Accord agricole Maroc-UE: Le Maroc n’accepte ni négociation ni recul lorsqu’il s’agit de sa souveraineté nationale

Accord agricole Maroc-UE: Le Maroc n’accepte ni négociation ni recul lorsqu’il s’agit de sa souveraineté nationale

jeudi, 17 janvier, 2019 à 16:09

Rabat – Le Chef du gouvernement, Saâd Dine El Otmani, a affirmé que l’approbation par la majorité écrasante des membres du Parlement européen, mercredi à Strasbourg, de l’accord agricole avec le Maroc, intervient après deux ans environ de négociations et d’une manière qui préserve l’intégrité territoriale du Royaume et les intérêts politiques et économiques nationaux, soulignant que cela “prouve que le Maroc n’accepte ni négociation ni recul lorsqu’il s’agit de sa souveraineté nationale sur les différentes parties de son territoire”.

S’exprimant à l’ouverture jeudi de la réunion hebdomadaire du Conseil de gouvernement, M. El Otmani a estimé que l’adoption de cet accord constitue “une première car il se répercutera positivement sur d’autres accords à l’avenir, en premier lieu l’accord de pêche qui devrait être signé le mois prochain entre les deux parties”, notant que l’importance de ce document réside dans le fait qu’il stipule explicitement, pour la première fois, que les provinces du sud du Royaume bénéficient des mêmes mesures préférentielles que celles dont jouissent les autres régions du Royaume.

S’il y a un enseignement à tirer de la décision du Parlement européen, c’est bien la détermination du Maroc à défendre ses droits et sa souveraineté, a fait valoir M. El Otmani, mettant en avant l’importance du rôle joué par la diplomatie marocaine dans l’ensemble des conventions, pour faire profiter de son expertise et de son avis les différents départements gouvernementaux et non gouvernementaux.

Le chef du gouvernement a insisté, à cet égard, sur le fait que le Maroc ne peut aucunement signer un accord qui ne respecte pas sa souveraineté nationale sur l’ensemble de son territoire, ajoutant que “telle est la leçon fondamentale que nous tirons aujourd’hui de cette longue bataille et de ce débat juridique, politique et technique qui a eu lieu entre les différents ministères, administrations et parties concernées des deux côtés pour parvenir à cet accord”.

Rappelant que le partenariat entre le Maroc et l’Union européenne revêt une dimension “stratégique pour des considérations géographiques, historiques, économiques et autres”, M. El Otmani a affirmé que l’UE est aujourd’hui consciente de l’importance du Maroc dans la région eu égard à sa stabilité et sa sécurité, mais aussi en raison des réformes majeures qu’il a conduites”, soulignant que le Royaume est unanimement considéré comme un modèle parmi les pays de la région.

S’arrêtant sur les fermes directives Royales visant à protéger davantage les intérêts du Royaume, M. Otmani a pointé du doigt les parties qui conspirent contre le Maroc, expliquant que le Royaume y fait face en suivant les voies juridiques et politiques appropriées qui préservent ses droits et sa souveraineté inaliénable.

Lire aussi

Le pilote marocain Michaël Benyahia signe sa 1er victoire en GT4 au circuit Nurburgring en Allemagne

mardi, 20 août, 2019 à 11:03

Au volant de sa McLaren 570s du Team GT, Benyahia décroche ainsi sa première victoire dans la catégorie GT4 ADAC Germany, remportant d’excellents points qui lui permettent d’accéder à la 5ème place au classement général sur 32 pilotes.

Accidents de la circulation: 30 morts et 1.615 blessés en périmètre urbain durant la semaine dernière (DGSN)

mardi, 20 août, 2019 à 8:07

La DGSN a relevé que les sommes perçues ont atteint 4.685.550 dirhams, faisant état de la mise en fourrière municipale de 2.611 véhicules, de la saisie de 2.889 documents et du retrait de la circulation de 103 véhicules.

Avec l’accentuation de la crise financière, l’Argentine est-elle à nouveau entrée dans le cycle vicieux des incertitudes politiques et économiques?

lundi, 19 août, 2019 à 23:56

Au cours de la semaine écoulée, le pays sud-américain a traversé des jours difficiles, rappelant le spectre des crises précédentes lorsque l’Argentine était en défaut de paiement, alors que l’économie agonisante ne réussit pas à décoller malgré les multiples tentatives de l’Exécutif piloté par le libéral Mauricio Macri.