Le concert de Marouan Bendabdallah, une occasion de mettre en exergue les liens musicaux qui lient l’Espagne et le Maroc

Le concert de Marouan Bendabdallah, une occasion de mettre en exergue les liens musicaux qui lient l’Espagne et le Maroc

mercredi, 9 octobre, 2019 à 15:48

Rabat – Le concert offert par le célèbre pianiste marocain Marouan Benabdallah, mardi soir à Rabat à l’occasion de la Fête nationale de l’Espagne, est une occasion de mettre en exergue les liens musicaux qui lient les deux pays, a indiqué l’ambassadeur d’Espagne au Maroc, Ricardo Diez-Hochleitner Rodriguez.

“Nous sommes deux pays avec huit siècles d’histoires communes, qui se reflètent dans la langue, la musique, la danse et même la gastronomie”, a déclaré à la presse le diplomate espagnol à l’issue de ce concert organisé en partenariat avec la Bibliothèque nationale du Royaume du Maroc (BNRM) et la Casa Mediterraneo d’Alicante.

La combinaison parfaite d’une musique espagnole et arabe avec un grand pianiste marocain est placée sous le signe d’une amitié chaque fois plus profonde, intense et bénéfique pour l’Espagne et le Maroc, a-t-il dit.

Au côté du couplet nocturne du pianiste marocain Nabil Benabdeljalil, dont la composition ressemble à des pièces de Granados avec quelques touches de Chopin, le programme de la soirée comprenait “4 pièces Granados” et une “Romance sans parole”.

Se réjouissant de ce concert, Marouan Benabdallah a indiqué que la présence musulmane dans la péninsule ibérique a eu une influence indéniable sur la musique espagnole, se concluant par un échange culturel profond.

Le virtuose marocain a émerveillé la salle par une musique saisissante, reprenant un répertoire espagnol inspiré de la culture andalouse, construit de différentes harmonies et de mélodies avec des demi-temps, à la croisée des cultures et des traditions musicales et orientales, tel que Granados, (Goyescas), Albeniz (Granada, Sevilla, Asturias).

Les pianistes arabes ont eux aussi fait partie du subtil programme élaboré par Marouan Benabdallah, avec “Zarani” du pianiste libanais Zaad Moultaka, un cycle pour contralto, oud, piano et percussions ou “Crépuscule sur la Baie d’Alger”, du musicologue algérien Salim Dada.

Lire aussi

Vernissage de “C’était en 2040”, une exposition de Moulay Tayeb El Alaoui et sa fille Ikram El Alaoui

samedi, 19 octobre, 2019 à 21:25

Le vernissage de “C’était en 2040”, une exposition de deux artistes peintres, Moulay Tayeb El Alaoui et sa fille Ikram El Alaoui, a eu lieu samedi au Royal Golf de Dar Es-Salam à Rabat, en présence d’une pléiade de personnalités du monde culturel et artistique.

Débat sur la place du cheval dans les écosystèmes marocains

samedi, 19 octobre, 2019 à 18:51

La place du cheval dans les écosystèmes marocains a été, vendredi, au cœur d’un riche débat, qui a mis en exergue la dimension culturelle de l’élevage de cette noble créature chez une bonne partie de la société, en marge de la 12ème édition du Salon du cheval d’El Jadida.

Des experts à Tanger pour discuter des moyens de prévention de l’usage des drogues

samedi, 19 octobre, 2019 à 18:09

Des experts se sont penchés, samedi à Tanger, sur les différents moyens de prévention de l’usage des drogues, lors de la 2ème édition du Congrès sur l’addictologie.