La loi sur le droit d’accès à l’information, “une brique importante” dans l’édification du Maroc moderne

La loi sur le droit d’accès à l’information, “une brique importante” dans l’édification du Maroc moderne

jeudi, 10 octobre, 2019 à 17:30

Rabat – La loi 31-13 relative au droit d’accès à l’information constitue “une brique importante” dans le processus d’édification du Maroc moderne sous la conduite éclairée de SM le Roi, a souligné jeudi le président de la Commission du droit d’accès à l’information (CDAI), Omar Seghrouchni.

Ce texte, a relevé M. Seghrouchni dans une interview dans le cadre des rencontres “Face à la MAP”, réalisée en marge de la réunion hebdomadaire de la CDAI, s’inscrit dans un “dispositif global de mise en place et de déploiement d’outils de bonne gouvernance”.

Il vient en complémentarité avec des lois et des périmètres portés par d’autres institutions, allant des droits de l’Homme à la lutte contre la corruption et au Médiateur, et ce dans l’optique d’adopter de la transparence et de “fiabiliser la gestion de la chose publique”, a-t-il relevé.

Au travers de cette législation, a souligné M. Seghrouchni, le “citoyen pourra de façon raisonnée s’informer, avoir accès à l’information, pour comprendre, observer et se rassurer sur la manière avec laquelle la chose publique est gérée”.

Il a fait savoir que la loi, entrée en vigueur en 2019, concerne notamment la Chambre des Représentants, la Chambre des Conseillers, l’administration, les tribunaux, les collectivités territoriales, les institutions et les instances constitutionnelles, ainsi que toute entité en charge, ou à laquelle on a pu déléguer la gestion de la chose publique.

Il a, par ailleurs, souligné l’impératif d’aborder la mise en oeuvre de cette loi ensemble de façon raisonnée et sans en faire “un outil de conflit”. Ce texte, a dit M. Seghrouchni, doit être abordé en tant qu’un outil citoyen pour travailler ensemble à plus de transparence, et à un partage raisonné de tout ce qui permet de comprendre comment est gérée la chose publique”.

Installée en mars 2019, la CDAI compte dix membres dont un président nommé par SM le Roi. Les autres membres sont nommés respectivement par le président de la Chambre des Représentants, le président de la Chambre des Conseillers (un membre chacun), et le Chef du gouvernement (trois membres), en plus de représentants pour le CNDH, pour le Médiateur, pour l’Instance anti-corruption, et pour les Archives du Maroc.

Lire aussi

Interpellation de quatre individus à Laâyoune et Boujdour, soupçonnés d’implication dans la migration clandestine et le trafic des êtres humains (DGSN)

mercredi, 12 août, 2020 à 18:35

La police judiciaire de la ville de Laâyoune a réussi mardi soir, en coordination avec son homologue de Boujdour et sur la base d’informations précises fournies par la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST), à interpeller quatre individus âgés entre 30 et 40 ans, dont un Sénégalais et un autre de la Guinée-Conakry, soupçonnés de liens avec un réseau criminel s’activant dans l’organisation de la migration illégale et le trafic des êtres humains.

Explosion à Beyrouth: 15 milliards de dollars de pertes (président)

mercredi, 12 août, 2020 à 18:07

Quelque 15 milliards de dollars est le coût des dégâts causés à Beyrouth par l’explosion dévastatrice survenue dans son port, a annoncé mercredi le président du Liban Michel Aoun.

Hausse du déficit budgétaire à 41,9 MMDH à fin juillet

mercredi, 12 août, 2020 à 17:39

Le déficit budgétaire a atteint à fin juillet 2020 quelque 41,9 milliards de dirhams (MMDH), contre 24,2 MMDH à la même date de l’année dernière, selon la situation des charges et ressources du Trésor (SCRT), publiée mercredi par le ministère de l’Economie, des finances et de la réforme de l’administration.