Mohamed Chabab, le jeune virtuose marocain du piano qui s’illustre

Mohamed Chabab, le jeune virtuose marocain du piano qui s’illustre

vendredi, 5 mai, 2017 à 12:21

–Par  Hakim Ennadi–

 

Rabat – Le virtuose marocain du piano, Mohamed Chabab a livré, jeudi à Rabat, un récital en guise d’avant-première du prochain grand concert de musique classique, qu’il compte donner prochainement au Théâtre Mohammed V.

Devant une centaine de mélomanes, le jeune pianiste, lauréat en 2015 du Prix spécial du jury au concours international de composition de Bulgarie, a emporté le public de différents horizons par les notes sublimes de son récital intitulé “Sur le chemin de la création”.

Dans une déclaration à la MAP, le jeune pianiste-compositeur, a fait savoir que ce récital-conférence, vient après la réalisation d’un album qui réunit deux opus. En effet, “il rentre dans le cadre de la promotion de l’album et de l’artiste”, a-t-il précisé.

Il avait lancé son premier album, consacré à sa muse et son premier amour en musique, un fidèle compagnon de ses inspirations et de son vécu, l’instrument le plus proche de sa sensibilité et de son idéal créatif et esthétique ; le piano en l’occurrence.

L’album est une première au Maroc dans le style de la musique instrumentale dite savante ou classique. C’est le recueil de deux opus comprenant seize pièces pour piano seul, composé et interprété par le compositeur lui-même.

En outre, des textes poétiques viennent accompagner chaque morceau, pour introduire quelques moments d’inspiration voire d’intimité psychologique même du langage musical de l’artiste.

“L’intérêt de ce travail réside dans son indéniable dévouement aux règles de l’art tout en s’imprégnant d’une sensibilité artistique très singulière chez ce grand talent”, explique M. Chabab.

L’artiste fait déjà la fierté de son pays lorsqu’il remporte en 2015 le prix spécial du jury à l’unanimité au concours international de composition de Bulgarie, mais avant tout, il passa par de solides études de piano et de composition musicale, récompensées par de nombreux prix nationaux.

Ce cursus de formation musicale allait nourrir sa pensée et sa plume, contribuant ainsi à la conception d’un art fidèle jusqu’au bout à sa passion et à sa personnalité humaine et artistique.

Autant par sa musique que par son caractère, ce prodige marocain de la composition se définit comme le dernier de la tradition romantique, non seulement par son pur penchant vers l’idéalisme et le rêve bleu, mais aussi par la sincérité et l’originalité de son œuvre.

C’est une écriture qui ne cesse de sombrer dans ces dessins et atmosphères harmoniques à l’identité imaginaire, un style où couronne un lyrisme à la sentimentalité et à la douceur presque maladives et infinies.

“Ma musique est un paysage sempiternel de poésie et de sensibilité qu’on déguste en rêvant… Mes œuvres sont pour l’âme s’appropriant un chemin de quête d’amour et de paix et puisant toujours dans les forêts et montagnes lointaines de l’enfance”, a expliqué l’artiste, pour qui la composition musicale est “l’art suprême d’une communication forte de valeurs humaines”.

C’est une invitation à explorer toutes les facettes de la beauté, qui est elle-même source d’inspiration et de recherche d’un idéal en esthétique, en forme et en contenu.

La musique est déjà une thérapie intérieure quand elle est liée à une âme sensible, à la pensée et à une poésie profonde dans la pratique. C’est un besoin expressif et vital vis-à-vis de la création, sous ses multiples formes, qui s’affirme par la prise de conscience du devoir envers l’auditeur.

“Née au cœur d’une partition, ma musique continue sous les doigts de l’interprète. Aussi se convertit-elle à toutes les formes d’expression et devient presque inconditionnée quand vous l’écoutez. Dès lors il vous appartient de la conduire à travers votre imagination et vos émotions…», confie l’artiste.

 

 

Lire aussi

La déclaration de Laâyoune, un document de référence pour les relations Maroc-Parlacen

samedi, 23 mars, 2019 à 0:01

La présidente du Parlement centraméricain (Parlacen) Irma Amaya a affirmé que la Déclaration de Laâyoune, qui a couronné la réunion du bureau exécutif du Parlacen et du bureau de la Chambre des Conseillers présidé par Hakim Benchamach le 13 juillet 2019, demeure un document de référence et une feuille de route pour l’ensemble des responsables et des composantes du Parlacen.

Journée internationale de la femme: Lancement de la formation de superviseurs femmes des Maisons de l’artisane

vendredi, 22 mars, 2019 à 23:46

Le Secrétariat d’État chargé de l’Artisanat et de l’Économie sociale a procédé, vendredi à Rabat, au lancement d’une initiative visant à former des superviseurs femmes des Maisons de l’artisane.

Le secteur privé, un des principaux piliers du développement inclusif en Afrique (CEA)

vendredi, 22 mars, 2019 à 21:24

Le secteur privé est un des principaux piliers du développement inclusif en Afrique, a relevé, vendredi à Marrakech, la directrice du Bureau de la Commission Economique pour l’Afrique (CEA) en Afrique du Nord, Lilia Hachem Naas.