• Accueil
Le Musée AMAN à Marrakech, une immersion dans l’épopée hydraulique du Maroc

Le Musée AMAN à Marrakech, une immersion dans l’épopée hydraulique du Maroc

mercredi, 27 janvier, 2021 à 13:41

-Par : Mohamed KOURSI-

Marrakech – De par la richesse de son architecture et de sa présentation, mais également du message combien crucial qu’il véhicule: “l’Homme et l’eau au Maroc, génie et tradition renouvelés”, le Musée Mohammed VI pour la Civilisation de l’Eau au Maroc-AMAN invite le visiteur à un voyage à travers l’épopée hydraulique du Royaume et ses différents défis depuis la période des Almoravides jusqu’aux réalisations majeures contemporaines.

Inauguré en janvier 2017 par SAR le Prince Héritier Moulay El Hassan, ce premier édifice, bâti spécialement pour exposer l’histoire et la civilisation de l’eau au Maroc, jette la lumière sur la politique hydrique dans le Royaume et le génie marocain dans l’entrepreneuriat de cette richesse.

Fruit de l’engagement inébranlable du ministère des Habous et des Affaires Islamiques pour la préservation de l’esprit du patrimoine marocain, cette structure muséographique a été fondée en reconnaissance au savoir-faire national dans la gestion de l’eau via des outils et techniques innovés à l’époque en fonction des différents systèmes écologiques (oasis, montagne, plaine et domaine désertique) ainsi qu’en hommage à l’oeuvre du regretté Souverain Feu SM Hassan II en la matière.

Ce fut également une initiative pour saluer et mettre en évidence la politique hydraulique prônée par SM le Roi Mohammed VI, en particulier en matière de construction des barrages et d’autres ouvrages modernes, expliquer les usages hygiéniques et rituels de l’eau et pour en rappeler les usages économiques et techniques traditionnelles.

La mission principale de ce Musée, réalisé pour un coût global de 163 millions de DH, consiste aussi à sensibiliser les communautés à la valeur de l’eau en vue de les inciter à en rationaliser la consommation, et à servir de passerelle entre le passé et le présent en faisant le récit de ce legs patrimonial et hydraulique du pays, notamment en termes de spécificités et techniques permettant de mobiliser, transférer, stocker et de distribuer cette matière vitale aux différents usagers.

Erigé sur 20.000 m2 à l’entrée du site emblématique de la Palmeraie, ce qui lui confère une dimension écologique et esthétique exceptionnelle, cette institution muséographique est dotée d’un espace d’exposition permanente et d’un autre dédié à des expositions temporaires, d’aires réservées aux activités, de bureaux pour les fonctionnaires et employés en plus de reconstitutions de pièces et techniques témoignant du patrimoine hydraulique séculaire du Royaume.

Sur le parvis du Musée, plusieurs dispositifs et maquettes hydrauliques mettent en avant différents aspects du génie marocain, dont la “Noria de Fès” pour relever l’eau, le “Moulin de Ouirgane” pour utiliser la force hydraulique et une grande maquette de la “Khettara” qui fonctionne toujours dans la vallée de Todgha pour capter l’eau sans épuiser la nappe phréatique souterraine.

La Tour permanente du Musée est aménagée, elle, en trois étages autour d’un axe : Le visiteur passe ainsi d’un étage à l’autre en faisant le tour de plusieurs salles d’expositions, alors que dans l’axe central, il peut apprécier un grand spectacle audiovisuel.

Cette Tour est accessible par l’étage supérieur consacré aux grands enjeux et aux données et caractéristiques fondamentales de l’eau au Maroc, tandis que l’étage intermédiaire est dédié aux différents espaces régionaux spécifiques du Maroc où les techniques se conjuguent avec le savoir-faire pour créer des arts et des cultures de l’eau remarquables.

Le visiteur poursuit son parcours à l’étage inférieur pour découvrir les eaux du Haouz de Marrakech, admirer les techniques et cultures urbaines de l’eau avant d’achever son itinéraire avec les transformations majeures opérées en la matière durant le XXème siècle et les grands défis du XXIè siècle.

En effet, cette exposition permanente offre une immersion à travers le génie et le patrimoine hydraulique marocains, tant traditionnel que moderne, et une invitation au questionnement sur les enjeux et défis futurs.

Y sont aussi exposés des objets et des manuscrits authentiques d’une grande valeur patrimoniale provenant de l’ensemble du territoire national et recouvrant tous les aspects de l’eau (usage, captage, conduite, gestion et rituels, …).

Le visiteur est donc emporté dans un voyage à travers une muséographie innovante et créatrice d’émotions, surtout que chaque axe thématique fait l’objet d’un traitement scénographique différencié, combinant des supports muséographiques variés : objet, vidéo, audio, projection interactive et show multimédia sur maquette, etc…

“Les caractéristiques physico-chimiques de l’eau”, “Les ressources hydrauliques au Maroc : Etat des lieux”, “Le patrimoine hydraulique rural traditionnel des grands écosystèmes marocains (les oasis, la montagne, la plaine et le Sahara)”, “Le patrimoine hydraulique urbain de trois villes historiques (Fès, Marrakech et Tétouan)”, “Le Droit coutumier et les modes de gestion traditionnelle”, “Le rôle des Habous dans la gestion des eaux urbaines”, “La spiritualité, les fêtes et les rituels associés à l’eau”, “La politique des barrages de Feu SM Hassan II et la loi de l’eau”, “La stratégie nationale de l’eau et la nouvelle politique de SM le Roi Mohammed VI” ainsi que “Les enjeux et défis de l’avenir”, sont autant d’axes thématiques majeurs mis en lumière.

Outre les espaces muséaux, l’édifice comprend également des infrastructures dédiées à la recherche et à la dynamisation, notamment une salle polyvalente réservée aux expositions temporaires, colloques et séminaires, une médiathèque et une salle d’archives pour les chercheurs ainsi que des salles d’ateliers pour des activités pédagogiques.

Traitant d’une thématique d’actualité brûlante: l’eau, cette matière si proche et mystérieuse à la fois, avec le respect qu’elle inspire en tant que source vitale digne de glorification et avec ce qu’elle véhicule comme messages de paix, d’humanité et de spiritualité, le Musée met à la disposition du public une collection d’exception (maquettes de khettara, d’aqueducs, d’ougougs), des manuscrits et documents des Habous, ainsi que des vidéos, images et différentes présentations interactives autour du génie séculaire des Marocains dans la gestion de l’eau. Le tout régi par une muséographie innovante combinant divers supports technologiques de pointe et un show son et lumière inoubliable.

Outre cette mission majeure de mise en exergue du génie marocain en matière de gestion des ressources hydriques, le Musée Mohammed VI pour la Civilisation de l’Eau au Maroc se veut aussi un haut lieu d’innovation culturelle et une attraction majeure de la Palmeraie de Marrakech, figurant ainsi parmi les lieux incontournables dans le paysage marrakchi et les itinéraires touristiques de la cité ocre, tout en s’imposant comme portail nécessaire à tout visiteur intéressé par le patrimoine vivifiant de la ville des Sept Saints.

Il s’agit, en somme, d’un espace à la fois historique, scientifique, culturel, pédagogique et ludique unique en son genre, non seulement à Marrakech, mais aussi au Maroc et en Afrique.

Lire aussi

Approbation d’une convention portant sur la création d’une Faculté des sciences appliquées à Chichaoua

mardi, 2 mars, 2021 à 23:36

Le Conseil Régional de Marrakech-Safi a approuvé, lundi, lors de sa session ordinaire au titre du mois de mars, une convention de partenariat portant sur la création d’une Faculté des Sciences Appliquées au niveau de la province de Chichaoua.

L’Association d’amitié maroco-israélienne voit le jour aux Etats-Unis

mardi, 2 mars, 2021 à 22:35

Une Association d’amitié maroco-israélienne (MIFA) a vu le jour récemment aux Etats-Unis, dans le but de renforcer les relations entre les deux pays.

L’intégration de l’informel tributaire d’un climat des affaires local “adapté” (économiste)

mardi, 2 mars, 2021 à 22:11

L’intégration de l’informel, un fléau qui pèse sur l’économie nationale, est tributaire, entre autres, de la capacité des collectivités territoriales de créer un climat des affaires local “adapté”, a souligné, mardi, l’économiste Najib Saoumai.