Nasser Kamel SG de l’UpM “Face à la MAP” : Le Maroc joue un rôle important en faveur de l’intégration de la région euro-méditerranéenne

Nasser Kamel SG de l’UpM “Face à la MAP” : Le Maroc joue un rôle important en faveur de l’intégration de la région euro-méditerranéenne

jeudi, 12 juillet, 2018 à 17:15

Propos recueillis par Mohammed HAMIDDOUCHE.

Rabat  – Le Maroc, de par sa position géographique, ses relations avancées avec l’Union européenne, sa vision claire et sa lecture correcte de la situation géopolitique de son voisinage, joue un rôle important en faveur de l’intégration de la région euro-méditerranéenne, a affirmé, jeudi à Rabat, le nouveau Secrétaire général de l’Union pour la Méditerranée (UpM), Nasser Kamel.

Pays phare de la zone sud de la Méditerranée et grande civilisation arabo-muslmane, le Maroc, également premier pays à avoir accédé au statut avancé dans ses relations avec l’UE, s’impose avec force en tant que “pont” entre les deux rives de la Mare Nostrum, a indiqué M. Kamel dans une interview à l’Agence marocaine de presse dans le cadre de son nouveau concept “Face à la MAP”.

“Le Maroc est un exemple à suivre. Sa vision claire et stratégique de ce qu’est la région euro-méditerranéenne et le rôle qu’il assume pleinement au sein de l’UpM, font de lui un trait d’union naturel entre deux mondes, l’Europe et l’Afrique, et un parfait facilitateur du dialogue et de la coopération dans la région”, a-t-il souligné.

Le Royaume, sous le leadership de SM le Roi Mohammed VI, met la dimension régionale au centre de son action comme en témoignent aussi bien ses politiques vis-a-vis de l’Afrique subsaharienne qui participent à l’établissement de liens et la création d’opportunités à la fois au Maroc et dans les différents pays du continent, que les relations solides qu’il entretient avec l’UE et les pays arabes, s’est-il encore félicité.

M. Kamel a noté en outre que le renforcement de l’intégration régionale constitue une priorité pour l’UpM car la zone sud de la Méditerranée est l’une des régions les moins intégrées, faisant observer que l’ensemble des Etats membres sont conscients de la centralité de la question de l’intégration régionale et oeuvrent à travers une série d’initiatives et projets à remédier à cette situation.

Les projets de création d’une zone de libre-échange euro-méditerranéenne et de mise en place d’une stratégie industrielle pour la Méditerranée sont des réponses à la problématique du manque d’intégration régionale, a-t-il expliqué, relevant que face aux défis communs auxquels font face les pays de la région, il est nécessaire de réfléchir à des réponses collectives dans le cadre d’un partenariat nord-sud et suivant une approche qui privilégie particulièrement la dimension du développement socio-économique.

Pour relever les défis de l’extrémisme, du terrorisme et de la migration, il faut s’attaquer aux causes et aux origines de ces phénomènes plutôt qu’à leurs “symptômes”, a plaidé le Secrétaire général de l’UpM, insistant que les réponses nationales et l’approche sécuritaire ne sont qu’une partie de la solution qui appelle également des actions collectives centrées sur le développement économique et social.

Mettre en place des initiatives qui ciblent les jeunes et qui confortent leurs attentes et aspirations à une vie meilleure et à un avenir prospère est une nécessité de même que la mobilisation des générations montantes et des femmes pour qu’ils soient des acteurs dynamiques qui contribuent au développement économique et social de leurs pays, a-t-il soutenu, notant que sa mission en tant que SG de l’UpM est justement de traduire dans les faits cette vision à travers des politiques et des projets concrets.

A cet égard, M. Kamel a assuré que l’UpM traite les défis auxquels est confrontée la région de la Méditerranée avec une approche très constructive en s’attelant aux causes réelles de ces problématiques, précisant que l’extrémisme et le terrorisme reflètent des maux d’ordre économique et social d’où l’impératif de les appréhender sous le prisme du développement durable.

Le Secrétaire général de l’UpM s’est dit convaincu que c’est “en donnant aux femmes dans nos sociétés et dans l’Afrique subsaharienne la place qui leur échoit dans l’économie et dans la vie et en offrant aux jeunes une chance de participer activement au développement économique et social de leurs pays, que l’on pourra mettre un terme à l’extrémisme et au terrorisme”.

Abordant le bilan des 10 années d’existence de l’UpM, M. Kamel a indiqué que cette organisation régionale a pu avoir un “impact positif sur le terrain” et s’ériger en tant “qu’acteur de taille dans un environnement difficile et problématique”, compte tenu des “transformations énormes” qu’ont connues certains pays arabes et des multiples défis (migration, terrorisme, changements climatiques…) qui pèsent sur l’espace euro-méditerranéen.

A ce propos, M. Kamel s’est réjoui particulièrement de trois principales réalisations accomplies par l’UpM en cette décennie: l’élaboration du cadre institutionnel de l’organisation, la mise en place des structures du dialogue politique et sociétal et enfin la labellisation d’une cinquantaine de projets phares qui intéressent différents secteurs et pays de la région.

Lire aussi

Coup d’envoi de la 12è édition du Festival nautique international de Rabat

dimanche, 21 juillet, 2019 à 16:49

Le coup d’envoi de la 12è édition du Festival nautique international de Rabat (FNIR), qui se déroule du 21 au 31 juillet, a été donné dimanche à Rabat.

La région de Dakhla-Oued Eddahab s’est inscrite de manière positive dans la mise en oeuvre du nouveau modèle de développement des provinces du Sud 

dimanche, 21 juillet, 2019 à 15:47

La région de Dakhla-Oued Eddahab s’est inscrite de manière positive et efficace dans la mise en oeuvre du nouveau modèle de développement des provinces du Sud du Royaume, a souligné, samedi à Dakhla, le président du conseil régional, Yanja El Khattat.

Maroc-Jordanie : Signature à Amman d’une convention de coopération et de deux mémorandums d’entente

samedi, 20 juillet, 2019 à 18:01

Le Maroc et la Jordanie ont signé, samedi à Amman, une convention de coopération dans les domaines militaire et technique, ainsi que deux mémorandums d’entente relatifs à la concertation politique et à la collaboration entre l’Institut diplomatique jordanien et l’Académie marocaine des études diplomatiques.