Essaouira: Mme Bouayach appelle à faire de la culture un bouclier contre la violence

Essaouira: Mme Bouayach appelle à faire de la culture un bouclier contre la violence

vendredi, 21 juin, 2019 à 16:44

ES: Hakim Ennadi.

Essaouira – La présidente du Conseil national des droits de l’homme (CNDH), Amina Bouayach a appelé vendredi à Essaouira à faire de la force de la culture “un des outils idoines” pour contrer la violence.

La culture reste la meilleure arme contre la violence, a martelé Mme Bouayach dans son allocution à l’ouverture du 8ème forum des droits de l’homme qui se tient en marge de la 22ème édition du Festival Gnaoua et musiques du monde, mettant en avant le rôle de la tolérance dans la lutte contre toutes les formes de violence.

“Il ne faut pas désespérer des guerres, du terrorisme et du communautarisme car, bien qu’ils soient omniprésents, ils seront toujours confrontés à cette arme que l’homme a su fabriquer, que les siècles perfectionnèrent, et que les constitutions consacrèrent” a-t-elle insisté, lors de ce Forum qui se poursuit jusqu’à samedi.

“Les sociétés les plus prospères, furent-elles, celles ayant réussi à faire de la tolérance de l’autrui, au-delà des limites de l’individu isolé, une donne structurelle”, a poursuivi Mme Bouayach, estimant que la tolérance est une invention sociétale. Il n’y a pas de respect de la dignité de l’autre, sans éducation, a-t-elle estimé, soulignant: “apprendre à tolérer est un droit”.

Dans une intervention similaire, la productrice du Festival Gnaoua et musiques du monde, Neila Tazi a appelé à une prise de conscience plus importante quant au rôle de la culture au Maroc. “C’est un appel à une prise de conscience pour garder le cap d’une civilisation humaine de progrès, de justice et d’égalité

“C’est dans le vide de la pensée que s’inscrit le mal”, a-t-elle dit, en citant la philosophe Hanna Arendt, faisant remarquer que ce sujet s’est imposé de lui-même comme une évidence face à notre société menacée par la récurrence d’une violence qui risque de mettre à mal les principes démocratiques chèrement acquis.

Cette violence aveugle, qu’elle soit politique, religieuse ou sociale, ne pourra pas vaincre le génie de l’esprit humain, car la culture demeure un lien vital qui porte la civilisation humaine, a soutenu Mme Tazi, expliquant que la culture est un catalyseur d’émotions et d’harmonies qui appelle à la paix et la prospérité.

“La recherche de l’excellence dans la culture est au cœur de notre démarche, car la culture est une ressource essentielle pour le développement et l’épanouissement”. C’est un bouclier contre toutes les formes de violence, a-t-elle affirmé.

A leur tour, les panélistes ont mis en exergue le rôle de la culture et de l’éducation dans la prévention contre toute forme de radicalisation et de xénophobie, soulignant que la culture, la littérature, la poésie pour les uns, les romans où le cinéma pour d’autres, ont constitué un véritable bouclier contre les pratiques et les pensées violentes et une voie vers la culture de la paix et du dialogue.

Pour eux, la culture est un acte inachevé, qui a, continuellement besoin d’être construit, développé et nourri, plutôt que de cultiver les pratiques et les actes violents, à travers notamment les jeux vidéos qui banalisent de plus en plus les atrocités.

Combattre la violence c’est aussi poser le problème de la justice, ont-ils fait remarquer, expliquant qu’il peut y avoir des recours à la violence qui soient motivés par des injustices.

Le forum des droits de l’homme se veut, selon ses initiateurs, un espace de débats, d’échanges et d’ouverture. Plus de 150 intervenants de 25 pays ont pris part aux éditions précédentes, ce qui donne raison aux fondateurs de cet espace unique dans leur désir de produire du sens, de donner à réfléchir, d’accompagner le mouvement créé par le Festival Gnaoua et musiques du Monde d’Essaouira.

Fidèle à sa tradition, le Forum accompagne les grands débats qui traversent les sociétés actuelles. Pour débattre de ces questions actuelles, le Forum invite comme à son habitude des intellectuels, des artistes, des écrivains, des anthropologues, des journalistes et des acteurs associatifs.

Ils partageront leurs expériences dans différentes régions du monde, et nourriront la réflexion autour du rôle de la culture et de l’acteur culturel pour un monde moins violent et plus apaisé. Ils en débattront en toute liberté, avec les festivaliers et le public du forum, ouvert à tous.

Lire aussi

Démantèlement par la Gendarmerie Royale d’une bande de braqueurs de camions de transport de marchandises

mardi, 16 juillet, 2019 à 15:33

Les éléments de la Gendarmerie Royale de Fès ont mis hors d’état de nuire, vendredi dernier, une bande de malfaiteurs, spécialisée dans le vol, de nuit, de cargaisons à bord de camions de transport de marchandises et qui s’activait dans l’axe autoroutier reliant Khémisset à Taza, apprend-on auprès des autorités locales de la Wilaya de la région de Fès-Meknès.

Agadir: Arrestation de trois individus soupçonnés de possession et vente illégale de boissons alcoolisées

mardi, 16 juillet, 2019 à 12:20

Le Service préfectoral de la Police judiciaire (SPPJ) d’Agadir a arrêté, lundi, trois individus, âgés entre 22 et 47 ans pour leur implication présumée dans la possession et la vente illégale de boissons alcoolisées.

La Fondation des Femmes d’Essaouira pour le Développement Économique voit le jour

mardi, 16 juillet, 2019 à 10:49

Une assemblée générale pour la création de la Fondation des Femmes d’Essaouira pour le Développement Economique, a eu lieu samedi dans la cité des Alizés.