Le Maroc est confiant dans ses institutions et n’hésite pas à ouvrir ses portes aux rapporteurs internationaux (CRDH/Al Hoceima)

Le Maroc est confiant dans ses institutions et n’hésite pas à ouvrir ses portes aux rapporteurs internationaux (CRDH/Al Hoceima)

jeudi, 3 avril, 2014 à 12:22

Al Hoceima- Le Maroc est confiant dans ses institutions et n’hésite pas à ouvrir ses portes aux rapporteurs internationaux, au moment où nombre de pays de la région se referment sur eux-mêmes, a affirmé Mohamed Lemrabti, membre de la Commission régionale des droits de l’homme (CRDH) Al Hoceima-Nador.

Au cours des dernières années, le Royaume a reçu la visite de nombreux rapporteurs onusiens qui ont tous salué les progrès réalisés dans les différents domaines de la vie du citoyen et en particulier les droits de l’Homme, a souligné M. Lemrabti dans un entretien à la MAP, ajoutant que le Maroc accompagne les recommandations des Nations unies et anticipe en permanence en lançant des réformes audacieuses.

Dans ce sens, le Maroc a mis en place un ensemble de mesures tendant au renforcement de la dynamique des droits de l’homme tel que l’octroi de davantage de compétences aux commissions régionales des droits de l’Homme, notamment dans les provinces du sud, la création au sein des départements concernés de cellules spéciales chargées de la communication avec les commissions régionales, ainsi que la fixation d’un délai de 3 mois pour donner suite aux doléances émises par les CRDH

Par ailleurs, ajoute M. Lemrabti, en vue d’ancrer davantage les principes universels des droits de l’homme, le Conseil national des droits de l’Homme (CNDH) a organisé dernièrement, en partenariat avec l’Institut de Genève pour les droits de l’Homme, des sessions de formation en matière des droits humains au profit des agents de police, les procureurs généraux, les avocats et les acteurs associatifs.

Concernant le projet de loi relatif à la justice militaire approuvé en mars dernier lors du Conseil des ministres, M. Lemrabti a rappelé que le texte prévoit d’exclure les civils de la compétence du tribunal militaire, quels que soient les crimes commis, et d’exclure les militaires de la compétence du tribunal militaire s’ils commettent des crimes de droit commun.

Lire aussi

Safi : La 2è édition du FICLS du 17 au 23 décembre

lundi, 20 septembre, 2021 à 18:38

Rabat – La 2éme édition du Festival international cinéma et littérature de Safi (FICLS), qui a pour vocation d’unir deux modes d’expression artistique (cinéma et littérature), se tiendra du 17 au 23 décembre prochain, annoncent lundi les organisateurs. Présidé par l’actrice et productrice française Mylène Demongeot, le jury officiel des compétitions (longs et courts métrages) […]

Le Maroc ouvert sur une nouvelle génération de chantiers de développement consacrant sa puissance régionale (Académicien)

lundi, 20 septembre, 2021 à 18:27

Le Maroc est ouvert sur une nouvelle génération de chantiers de développement qui sont de nature à consacrer sa place en tant que puissance régionale

La Bourse de Casablanca clôture en baisse

lundi, 20 septembre, 2021 à 17:44

La Bourse de Casablanca a clôturé lundi en baisse, pénalisée notamment par la mauvaise tenue des secteurs de “sylviculture et papier”, “participation et promotion immobilières” et “distributeurs”.