Focus à Paris sur la nouvelle dynamique de développement dans les provinces du sud du Royaume

Focus à Paris sur la nouvelle dynamique de développement dans les provinces du sud du Royaume

samedi, 14 mai, 2022 à 17:12

Paris- La dynamique de développement dans les provinces du Sud du Royaume a été au centre d’une conférence-débat, samedi à Paris, dans le cadre de la 14ème édition de la Journée de la Création d’Entreprise.

Cette table-ronde, intitulée “Le Maroc des régions : nouvelle dynamique pour les territoires du sud”, a vu la participation de Driss Guerraoui, président de l’université ouverte de Dakhla, Majida Maârouf, directrice de l’Agence nationale pour le développement de l’Aquaculture, et Tarik Hamane, directeur exécutif en charge du pôle développement au sein de MASEN.

Les conditions de réussite du nouveau modèle de développement pour les provinces du sud résident dans la volonté politique de SM le Roi Mohammed VI, qui dès le début de son règne a décidé d’engager le Royaume dans une “grande réforme” de l’Etat fondée sur le Maroc des régions, à partir d’un édifice institutionnel porté par la régionalisation avancée, à commencer par les provinces du sud, a souligné M. Guerraoui.

Le deuxième facteur favorisant cette réussite tient à une vision fondée sur deux piliers essentiels, le premier est celui de faire de la libération et la souveraineté par le développement et la démocratie la clé de la réussite du développement régional, a-t-il expliqué.

Le second, a ajouté M. Guerraoui, consiste à se doter d’une démarche de réforme sur la base de cinq principes directeurs : Réformer en profondeur en opérant des inflexions et des transformations fondamentales, réformer de façon graduelle, réformer par l’écoute des acteurs et des forces vives des régions, réformer à partir des besoins, des attentes et des aspirations des populations et réformer en tenant compte des spécificités de chaque région.

Pour les provinces sahariennes du Royaume, en plus de cette volonté politique et de cette vision claire, le panéliste a fait état d’une ambition d’élargir la base sociale des activités productives, de diversifier les sources de la production de la richesse dans ces provinces et de jeter les bases d’une gouvernance offrant un environnement propice aux affaires, dans la finalité de libérer toutes les énergies créatrices de toutes les composantes et de tous les acteurs des trois régions qui composent les provinces du sud.

Pour ce faire, des objectifs ont été fixés, en l’occurrence augmenter le PIB des provinces du sud de 10 milliards de DH à 22,5 milliards entre 2010 et 2025, créer 120.000 emplois stables et réduire le chômage de 17% en 2012 à 9% en 2025, a-t-il expliqué.

De son côté, Mme Maârouf a présenté la stratégie du département de la pêche maritime pour le développement de l’aquaculture depuis la stratégie Halieutis, qui a été lancée par SM le Roi en 2009 jusqu’à aujourd’hui, avec un focus sur les projets de développement de l’aquaculture dans la région de Dakhla-Oued Eddahab, qui accueille actuellement 214 dont 100 projets portés par des jeunes entrepreneurs.

Elle a évoqué à cet effet les mesures d’accompagnement de cette catégorie d’investisseurs, notamment l’amorçage des projets dans le cadre des financements et les programmes de formation et d’assistance technique menés par l’agence.

Mme Maarouf a souligné les nouvelles opportunités d’investissement et le climat des affaires, ainsi que l’intérêt des stratégies et des leviers mis en place pour l’amorçage des projets et la facilitation de l’installation des projets.

A son tour, M. Hamane a rapproché l’assistance des atouts du Maroc dans le domaine des énergies, renouvelables en particulier, relevant que le Royaume dispose d’un potentiel énorme, spécialement le solaire et l’éolien, avec des objectifs clairs sous l’égide de SM le Roi, qui place les énergies renouvelables au centre de la stratégie énergétique du royaume.

Il a passé en revue les réalisations du Royaume en la matière et les perspectives de développement qui s’offrent dans ce secteur, notamment pour l’entrepreneuriat de la diaspora marocaine, qui souhaiterait investir dans ce domaine, mettant en avant les nouvelles applications qui viendraient de l’utilisation de ces énergies renouvelables, comme l’hydrogène vert et le biocarburant, secteurs où le Maroc dispose des ressources nécessaires pour parvenir à ce développement au niveau des territoires, particulièrement dans le sud du Royaume.

L’ouverture de la 14ème édition de la Journée de la Création d’Entreprise, organisée à l’initiative de l’association Maroc Entrepreneurs, a vu la participation du ministre de l’Inclusion économique, de la petite entreprise, de l’emploi et des compétences, Younes Sekkouri et de l’ambassadeur du Maroc en France, Mohamed Benchaâboun.

Le programme comprend des conférences-débats, des masters class et du networking. Maroc Entrepreneurs met également à l’honneur des porteurs de projets accompagnés dans le cadre de son programme d’incubation “Tremplin Maroc” durant l’année 2021.

Lire aussi

Justice pénale : Le Maroc élu 1er vice-président de la 31è session de la CCPCJ

lundi, 16 mai, 2022 à 10:41

Le Maroc a été élu, lundi à Vienne par acclamation au nom de l’Afrique, à la première vice présidence de la 31ème session de la Commission pour la Prévention du Crime et la Justice Pénale (CCPCJ) et à la présidence du Comité Plénier (COW).

L’exposition “Autour des colonnes d’Hercules” à Madrid, une ode à l’histoire commune entre le Maroc et l’Espagne (Mehdi Qotbi)

lundi, 16 mai, 2022 à 9:48

L’exposition inédite “Autour des colonnes d’Hercules”, qui sera organisée à partir du 24 mai au musée archéologique national de Madrid par la Fondation nationale des Musées (FNM), est une ode à l’histoire commune entre le Maroc et l’Espagne, a affirmé Mehdi Qotbi, président de la FNM.

Ministère de la Santé : lancement de la campagne nationale de promotion de l’allaitement maternel

lundi, 16 mai, 2022 à 9:34

Le ministère de la Santé et de la Protection sociale vient de lancer la campagne nationale de promotion de l’allaitement maternel dans le cadre du programme national de nutrition, et ce en partenariat avec l’Initiative Nationale pour le Développement Humain (INDH).