L’émergence de l’Afrique va bouleverser la hiérarchie des puissances mondiales

L’émergence de l’Afrique va bouleverser la hiérarchie des puissances mondiales

jeudi, 14 mars, 2019 à 19:18

Casablanca- L’émergence du continent africain va bouleverser la hiérarchie des puissances mondiales, a estimé, jeudi à Casablanca, le ministre délégué auprès du ministre des Affaires étrangères et de la coopération internationale, chargé de la coopération africaine Mohcine Jazouli.

Intervenant à l’occasion de la 6ème édition du Forum international Afrique développement (FIAD 2019), M. Jazouli a souligné que l’Afrique, qui est riche de ses ressources, forte de sa vigueur démographique et solide par sa diversité culturelle, est sur le point d’assister à un “véritable Big bang”.

L’entrée en vigueur de la Zone de Libre Echange Continentale Africaine (ZLECAf) va bouleverser la donne, a-t-il indiqué, qualifiant cette zone de l’une des forces du “Big Bang Africain”, qui devra abolir les frontières, faire tomber les barrières tarifaires et non tarifaires, permettre d’accélérer la mobilité de la main d’œuvre et des capitaux et changer le visage de l’économie africaine.

De même, la ZLECAf aura plusieurs retombées, dont une économie qui croîtra deux fois plus rapidement que celle des pays développés avec un marché commun de 2,5 milliards de consommateurs à l’horizon 2050, une zone unique d’échanges commerciaux ouvrant des perspectives nouvelles et inédites aux entreprises et aux consommateurs, des écosystèmes qui intègrent pleinement les PME.

Elle sera, également, le levier qui contribuera à accroître le commerce intra-africain de plus de 50%, a-t-il ajouté.

“Pour récolter les fruits de ce Big Bang, il nous appartient de nous recentrer sur notre potentiel, de mettre en commun nos richesses et de transformer nos structures économiques dans un esprit de coopération solidaire et agissante, c’est ce que les experts appellent l’intégration”, a relevé le ministre délégué, soulignant que ce processus permettra de renforcer les synergies économiques et verra l’émergence de champions africains dans de nombreux domaines d’activités, dans l’ensemble des 54 pays du continent.

“Au Maroc, nous avons pris la mesure de l’importance de l’intégration de notre continent. Notre désir d’Afrique, notre envie d’Afrique est une constante des 20 années de règne de SM le Roi Mohammed VI”, a indiqué Jazouli, notant que cette dynamique a donné naissance à de belles “success stories” que le Maroc veut mettre en partage sans ostentation.

Pour sa part, Abdallah Boureima, président de la commission de l’Union économique et monétaire Ouest africaine (UEMOA), a souligné qu’il sera “de plus en plus difficile, voire impossible, pour les pays africains d’espérer se développer individuellement, pénalisés par la taille de leurs dimensions politiques et économiques à l’échelle internationale et les faiblesses structurelles qui constituent des véritables obstacles à leurs développement”

Par ailleurs, M. Boureima a fait état des actions menées par l’UEMOA pour la concrétisation de l’intégration économique du continent, rappelant les principes et les bases indispensables sur lesquels ses actions ont été menées.

De son coté, l’ambassadeur de la Chine à Rabat Li Li a souligné l’importance du thème du FIAD 2019, relevant que les échanges entre l’Est et l’Ouest favorisent l’avènement d’un monde diversifié.

Il a, en outre, rappelé que la Chine avait lancé l’initiative “la ceinture et la route” conformément aux principes de concertation synergie et partage, faisant remarquer que la Chine et l’Afrique ont entretenu, depuis plusieurs années, une coopération fructueuse, incarnée par le forum sur la coopération sino-africaine, un mécanisme regroupant 55 parties avec 2,6 milliards d’habitants.

Cette coopération a fait preuve d’un nouveau dynamisme, a t-il poursuivi, ajoutant qu’au cours du dernier Sommet de ce forum, l’Afrique et la Chine ont décidé de mettre en œuvre conjointement, dans le cadre de l’initiative “la ceinture et la route”, huit actions majeures.

Il a, par ailleurs, souligné que le Maroc milite, comme la Chine, pour le pluralisme et l’ouverture et s’attache à soutenir l’Afrique dans son développement.

“Situé dans un carrefour entre l’Afrique et l’Europe, entre la Méditerranée et l’Atlantique, le Royaume dispose d’une base industrielle solide, d’une longue expérience de coopération avec les pays européens et africains et surtout d’établissements financiers performants”, s’est il félicité, estimant “qu’une coopération tripartite (Maroc, Chine et Afrique) permettra de porter profit aux peuples marocain, chinois et africain”.

Placé sous le Haut Patronage de SM le Roi Mohammed VI, le 6ème Forum international Afrique développement (FIAD) se tient sous le thème “quand l’Est rencontre l’Ouest”, à l’initiative du fonds d’investissement panafricain Al Mada, actionnaire de référence du groupe Attijariwafa bank.

Le FIAD 2019, qui met à l’honneur la Sierra Leone, constitue une plateforme de référence en faveur du dialogue, de la promotion des investissements et du commerce intra-africain. Il prévoit ainsi de réunir et mettre en relation 2.000 opérateurs économiques de 34 pays africains.

Lire aussi

Le Mondial-2022 au Qatar se jouera à 32 équipes

mercredi, 22 mai, 2019 à 21:55

La Coupe du monde 2022 au Qatar se jouera à 32 équipes au lieu de 48, a annoncé mercredi la Fifa, renonçant à son projet d’élargir la compétition à 48 nations.

Ouverture des candidatures pour la 5ème édition du Prix Mohammed VI de l’art décoratif marocain sur papier

mercredi, 22 mai, 2019 à 11:47

Le ministère des Habous et des Affaires islamiques a annoncé que la période de dépôt des candidatures pour la 5-ème édition du Prix Mohammed VI de l’art décoratif marocain sur papier a débuté le 16 mai et se poursuivra jusqu’au 13 septembre prochain.

Meknès: Un inspecteur de police contraint de brandir son arme de service pour arrêter un individu qui mettait en danger la vie de citoyens et d’éléments de police

mercredi, 22 mai, 2019 à 9:41

Un inspecteur de police relevant du huitième arrondissement de la préfecture de Meknès a été contraint, mardi soir, de brandir son arme de service sans l’utiliser, pour arrêter un individu qui exposait des citoyens et des fonctionnaires de police à un danger sérieux à l’aide d’une arme blanche.