Maroc-Amérique du Sud : vers un partenariat modèle et une coopération multiforme

Maroc-Amérique du Sud : vers un partenariat modèle et une coopération multiforme

mercredi, 17 juillet, 2019 à 16:17

Par Hicham LAKHAL

Buenos Aires – Les relations entre le Maroc et les pays d’Amérique du Sud connaissent un développement constant, grâce à la volonté et à la ferme détermination des deux parties de les promouvoir davantage afin de les hisser au rang d’un partenariat modèle dans tous les domaines.

Si le Maroc a fait de la coopération Sud-Sud un choix stratégique à travers la consolidation de ses relations politiques et la diversification de ses partenariats fructueux avec les pays du Sud, en particulier avec l’Afrique, l’Amérique du Sud occupe, elle aussi, une place importante dans la vision de Sa Majesté le Roi Mohammed VI en vue de renforcer l’ouverture du Royaume sur les pays issus de différentes zones d’importance géopolitique.

Compte tenu de la profondeur historique et de la qualité des relations unissant le Maroc et les pays d’Amérique du Sud, les deux parties disposent de tous les atouts requis pour développer un partenariat plus ambitieux à même de relever les défis du 21ème siècle.

Les relations de coopération entre le Royaume et de nombreux pays d’Amérique du Sud se sont renforcées grâce à une présence remarquable de la diplomatie marocaine, dont les représentations sont basées dans la plupart des capitales du sous-continent.

Cette présence est rehaussée par les multiples visites effectuées par des responsables marocains de haut niveau issus aussi bien du gouvernement que du Parlement.

Il est à rappeler à cet égard que le ministre des Affaires étrangères et de la coopération internationale, Nasser Bourita, a effectué en juin une tournée dans plusieurs pays de la région témoignant ainsi de l’importance qu’accorde le Royaume, sous le leadership de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, aux relations avec cette partie du monde avec laquelle il partage un héritage historique et culturel commun ainsi que des défis majeurs.

Le Royaume, un acteur fiable dont la voix est écoutée et respectée au sein des divers forums internationaux, est perçu comme un partenaire incontournable par les pays d’Amérique du Sud pour établir des ponts de coopération avec l’Afrique, d’autant plus que le Maroc constitue non seulement la meilleure porte d’accès de ces pays au Continent noir, mais aussi le pays le plus apte à assumer ce rôle pivot.

Tout en accordant un intérêt croissant à leurs relations avec le Maroc, les pays d’Amérique du Sud apprécient hautement la vision clairvoyante du Souverain qui a fait du Maroc un modèle à suivre dans le monde arabe et en Afrique.

À cet égard, le président du Sénat brésilien, Davi Alcolumbre, a hautement salué le leadership spirituel de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, Commandeur des Croyants, en tant que garant du libre exercice des cultes, tout en mettant en exergue les valeurs de coexistence entre les religions qui font la spécificité de l’identité marocaine, enrichie par ses affluents africains, andalous, hébraïques et méditerranéens.

Abondant dans le même sens, le président du Sénat chilien, Jaime Quintana, a souligné que Sa Majesté le Roi Mohammed VI joue un rôle important et jouit d’un leadership aussi bien dans le monde arabo-musulman qu’en Afrique.

Pour sa part, le gouvernement du Suriname a salué le rôle de Sa Majesté le Roi Mohammed VI en tant que “leader africain” ainsi que l’apport du Souverain à la diplomatie régionale tant en Afrique que dans le monde.

Concernant la cause nationale, la diplomatie marocaine officielle et parallèle a remporté, sous la conduite de Sa Majesté le Roi, un grand succès en obtenant le soutien des gouvernements, des parlements et des organisations de la société civile des pays de la région à la marocanité du Sahara et à la souveraineté du Royaume sur l’ensemble de son territoire.

Ce soutien à la cause nationale intervient alors que la thèse du séparatisme est en train d’agoniser non seulement en Amérique latine, mais aussi dans de nombreux pays à travers le monde ayant pris conscience du danger que représente le séparatisme pour la stabilité du monde et commencé à reconsidérer leurs relations avec des groupes qui jouent la carte du séparatisme en tant que prétexte pour justifier leurs activités.

De nombreux pays du monde, y compris ceux d’Amérique du Sud, ont pris conscience du fait que le “polisario” et ses mentors n’ont rien d’autre à présenter que des discours idéologiques dépassés et obsolètes.

En revanche, le Maroc, pays le plus stable de la région, qui connaît un développement économique soutenu grâce à ses partenariats avec des puissances économiques telles que la Chine, l’Inde et la Russie, ainsi qu’avec ses partenaires traditionnels, dispose d’un énorme potentiel à partager avec les pays d’Amérique du Sud.

Ces derniers ne cessent de renouveler leur soutien à la marocanité du Sahara.

Dans ce sens, le Brésil, par la voix de son ministre des Relations extérieures, Ernesto Araujo, a récemment exprimé son soutien aux efforts du Maroc pour parvenir à “une solution réaliste” à la question du Sahara, faisant part de sa disposition à contribuer aux différents efforts pour parvenir à des “solutions qui vont au-delà de la simple rhétorique”.

Dans le même ordre d’idées, le Chili a exprimé, dans un communiqué publié à l’issue de la visite officielle effectuée en juin dans ce pays par M. Bourita, son “soutien aux efforts du secrétaire général des Nations Unies et de son envoyé personnel, ainsi qu’aux efforts sérieux du Maroc et au plan d’autonomie en vue de parvenir à une solution politique réaliste, viable et définitive” à la question du Sahara.

De son côté, le Suriname a réitéré, dans un communiqué conjoint publié au terme de la visite de M. Bourita dans ce pays, sa décision de retirer sa reconnaissance de la république fantomatique, tout en exprimant son appui à une solution politique définitive au différend régional sur le Sahara dans le cadre de la souveraineté du Maroc et de son intégrité territoriale.

La position récente du Salvador annonçant le retrait de sa reconnaissance de la prétendue république et la rupture de toute relation avec le “polisario”, “une entité virtuelle”, a planté le dernier clou dans le cercueil de la thèse des séparatistes dans cette région, qu’ils considéraient jusqu’à un passé récent comme un “bastion” où ils propageaient leurs mensonges et allégations sur la question du Sahara marocain, avant que la vérité n’éclate au grand jour.

Grâce à sa vigilance proactive, la diplomatie marocaine a réussi à faire face avec fermeté aux manœuvres du “polisario” qui désormais ne peuvent duper personne dans le sous-continent.

C’est grâce aussi à cette action inlassable que la pertinence du plan d’autonomie au Sahara en tant que seule solution viable et réaliste est unanimement saluée dans les différentes capitales d’Amérique du Sud.

Les relations historiques entre le Maroc et l’Amérique du Sud ne cessent de se renforcer devenant ainsi un modèle de partenariat Sud-Sud, basé sur une coopération multiforme bénéficiant aux peuples des deux régions.

Lire aussi

Le rôle primordial des jeunes dans la promotion de l’éducation mis en exergue à Al Hoceima

samedi, 17 août, 2019 à 16:25

Les intervenants lors d’une rencontre organisée par le réseau “Les citoyens” ont souligné, vendredi à Imzouren (province d’Al Hoceima), l’importance primordiale de la jeunesse dans le développement et la promotion de l’éducation au Maroc.

Le Maroc prend part au 2e Forum Sino-arabe de coopération dans le domaine de la santé

vendredi, 16 août, 2019 à 17:29

Une délégation marocaine prend part aux travaux du 2eme Forum Sino-arabe de coopération dans le secteur de la santé

Kénitra: Une brigade des motards utilise son arme de service pour arrêter un récidiviste qui mettait en danger la vie des éléments de la police sur la voie publique

vendredi, 16 août, 2019 à 17:00

Une patrouille de la brigade des motards, exerçant dans la préfecture de police de Kénitra, a été contrainte vendredi de faire usage de son arme de service pour arrêter un individu aux antécédents judiciaires, qui était sous l’emprise de la drogue et qui exposait la vie des éléments de la police à une menace grave et sérieuse sur la voie publique.