PLF-2020: La mise en oeuvre de la régionalisation, une priorité pour le gouvernement

PLF-2020: La mise en oeuvre de la régionalisation, une priorité pour le gouvernement

mardi, 22 octobre, 2019 à 13:59

Rabat – Le gouvernement accorde une grande importance à l’accélération de la mise en oeuvre de la régionalisation, a souligné, lundi soir à Rabat, le ministre de l’Economie, des finances et de la réforme de l’administration, Mohamed Benchaâboun.

Cette grande importance accordée par l’Exécutif à ce chantier s’explique par le fait que la régionalisation constitue un levier essentiel pour la transformation des structures de l’Etat, l’amélioration de la gouvernance territoriale, la lutte contre les disparités spatiales et la réalisation de l’équilibre escompté entre l’effort du développement global et les spécificités de chaque région, a indiqué M. Benchaâboun qui présentait le PLF 2020 lors d’une séance plénière commune des deux Chambres du Parlement.

Dans ce cadre, le projet de Loi de finances 2020 consacre un total de 9,6 milliards de dirhams (MMDH) aux régions, en hausse de 1 MMDH par rapport à l’exercice précédent, afin qu’elles puissent exercer leurs prérogatives et remplir leurs missions en matière de développement économique et social au niveau régional, a fait savoir le ministre, ajoutant que 10% de ces dotations seront alloués au Fonds de solidarité interrégionale, dans la perspective de réduire progressivement les disparités entre régions.

La priorité sera accordée à la mise en oeuvre du mécanisme de contractualisation entre l’Etat et les régions tout en apportant aux régions l’assistance nécessaire quant à l’élaboration de leurs programmes relatifs au développement régional et en encourageant la mise en place de Contrats-Programmes entre les deux parties ainsi qu’en poursuivant la concertation avec l’ensemble des partenaires pour permettre à la région d’exercer pleinement ses attributions, a fait savoir le ministre.

M. Benchaâboun a jouté à ce propos que le Programme de développement des Provinces du Sud (2016-2021) constitue un modèle phare en ce qui concerne le développement régional intégré qui fédère aussi bien les efforts de l’Etat, des établissements et des Entreprises publics, des collectivités territoriales que du secteur privé.

Un total de 87 projets d’un investissement de 7 MMDH ont été réalisés dans le cadre ce programme, a-t-il fait savoir, relevant que 308 autres projets sont en cours de réalisation avec un investissement de 48 MMDH. L’année 2020 verra le lancement de projets d’envergure à l’image du port de “Dakhla Atlantique” d’un investissement de 10 MMDH, le Centre hospitalier universitaire (CHU) à Laâyoune (1,2 MMDH) outre les parcs éoliens à Tiskrad et Boujdour (6,8 MMDH), a-t-il ajouté.

Il a également souligné que dans le cadre de l’accompagnent de la mise en oeuvre du chantier stratégique de la régionalisation, il sera procédé à l’accélération de la mise en application de la Charte nationale de la déconcentration administrative, en particulier les dispositions relatives au transfert des compétences à caractère décisionnel et fonctionnel ainsi que les ressources humaines et financières aux services déconcentrés.

Lire aussi

Projet de loi sur la grève : M. Amkraz plaide pour une approche de consensus et de concertation

mercredi, 20 novembre, 2019 à 12:15

Le ministre du Travail et de l’Insertion professionnelle, Mohamed Amkraz a plaidé, mardi à Rabat, en faveur de l’adoption d’un mécanisme consensuel et de concertation pour que la loi sur la grève puisse voir le jour.

Les Marocains de Séville célèbrent dans la joie et la mobilisation la fête de l’Indépendance

mercredi, 20 novembre, 2019 à 9:53

Cet événement phare de l’histoire du Royaume a été célébré à l’initiative du consulat général du Maroc à Séville, en présence notamment de représentants des associations marocaines œuvrant auprès des MRE dans les provinces de Séville, Huelva et Cordoue.

Maroc: Une entreprise sur cinq recourt au financement externe

mercredi, 20 novembre, 2019 à 9:43

Au Maroc, une entreprise sur cinq recourt au financement externe, dont 93% provient du crédit bancaire, selon le Haut-commissariat au Plan (HCP).