• Accueil
Canada: la relance économique passe par les garderies

Canada: la relance économique passe par les garderies

vendredi, 30 octobre, 2020 à 14:20

– Khadija Benhaddouch –

 

Montréal –Alors que le Canada fait face à une deuxième vague de Covid-19 qui s’annonce plus rude que la première, les services de garde à l’enfance deviennent de plus en plus essentiels pour soutenir une économie essoufflée par une crise sans précédent.

«L’accès à des services de garde de qualité, abordables et souples, sera la clé pour que les parents canadiens retournent au travail et que notre économie se relève de cette crise», soutient le ministre canadien de la Famille, des Enfants et du Développement social, Ahmed Hussen.

Le gouvernement fédéral s’est en effet engagé à verser, d’ici la fin de 2020, 14 milliards de dollars sous forme de nouveaux paiements de transfert aux provinces et aux territoires afin de les aider à financer la relance de l’économie, notamment à rouvrir les services de garde.

Ces transferts fourniront des fonds aux services de garde afin que « chaque parent sache que son enfant a accès à une place sécuritaire », a assuré le Premier ministre Justin Trudeau.

En ce temps de pandémie, les services de garde sont considérés comme la clé d’une relance économique viable, partant du fait que « les parents ne peuvent pas aller travailler s’ils n’ont pas accès à des services de garde ».

En raison de leur caractère essentiel, les services de garde éducatifs à l’enfance restent ouverts même en cas de resserrement des mesures sanitaires visant freiner la propagation du virus et aplatir la courbe qui ne cesse d’augmenter avec la recrudescence des cas de Covid-19.

D’ailleurs, une des principales composantes de la réponse des gouvernements provinciaux à la pandémie durant le confinement du printemps, fut la mise à la disposition des travailleurs des secteurs jugés essentiels des services de garde.

Dans son discours de Trône prononcé en septembre, le gouvernement fédéral s’est engagé à mettre en place un système national de services de garde éducatifs à travers le pays qui permet aux parents de réintégrer les emplois sans trop se faire de souci pour leurs enfants. Le secteur étant depuis toujours régis par les gouvernement provinciaux.

La création de ce programme, qui devra s’inspirer du modèle québécois, coûterait environ 11,5 milliards $ par année, selon un rapport élaboré par des économistes de la Banque Scotia Jean-François Perrault et Rebekah Young.

Ce projet contribuerait à renforcer le marché du travail et augmenter le taux d’emploi chez les femmes en particulier.

En effet, plus de 1,5 million de femmes ont perdu leur emploi en mars et en avril, selon des données de l’agence Statistique Canada.

L’agence indique qu’au cours des trois dernières décennies, les besoins en matière de services de garde d’enfants se sont accrus de façon constante, de concert avec la hausse des taux d’emploi chez les femmes et l’augmentation correspondante des familles où les deux conjoints travaillent.

En plus de son caractère éducatif et économique, le secteur des services de gardes présentent des mesures de conciliation travail-famille et un horaire avantageux d’où l’importance du nombre de femmes travaillant dans ce secteur.

«Le métier d’éducatrice offre un travail valorisant en plus d’une meilleure intégration au sein du pays d’accueil», a déclaré à la MAP, Amina M, une ressortissante marocaine qui a immigré au Canada depuis 10 ans.

Responsable d’un service de garde en milieu familial, Amina affirme qu’en plus de l’autonomie financière son travail lui a permis de mieux comprendre la société québécoise.

Même son de cloche chez Hasnaa. B qui travaille dans un service de garde du milieu scolaire. «On travaille régulièrement en équipe et en étroite collaboration avec les parents des enfants ainsi qu’avec d’autres intervenants du milieu, ce qui nous permet de s’ouvrir sur plusieurs franges de la société.

Lire aussi

OCP: Nadia Fassi Fehri rejoint le Top Management

lundi, 30 novembre, 2020 à 16:04

Le Groupe OCP, accueille au sein de son Top Management Nadia Fassi Fehri, en tant que Chief Transformation Officer, et membre du comité stratégique du Groupe.

Le président du groupe parlementaire Pologne-Maroc exprime sa reconnaissance pour les actions pacifiques de SM le Roi

lundi, 30 novembre, 2020 à 15:47

Le président du groupe parlementaire polono-marocain, Tomasz Kostus, a exprimé sa reconnaissance pour les actions pacifiques de Sa Majesté le Roi Mohammed VI.

Chambres professionnelles : l’inscription sur les listes électorales du 1er au 31 décembre 2020 (communiqué)

lundi, 30 novembre, 2020 à 15:37

La période réservée à l’inscription sur les listes électorales des chambres professionnelles, à l’occasion de leur révision annuelle au titre de 2021, est fixée du 1er au 31 décembre 2020, indique lundi un communiqué du ministre de l’Intérieur.