• Accueil
Ethiopie : Les préparatifs vont bon train pour les prochaines élections générales

Ethiopie : Les préparatifs vont bon train pour les prochaines élections générales

vendredi, 30 octobre, 2020 à 14:00

(Par Driss Sabri)

 

Addis-Abeba – Les préparatifs vont bon train pour l’organisation des élections générales prévues initialement le 29 août dernier avant leur report sin die par le Conseil national électoral d’Ethiopie dans le cadre des mesures prises pour lutter contre la propagation du coronavirus.

Le Conseil national électoral d’Ethiopie a reçu le feu vert pour entamer les préparatifs de ces échéances tant attendues et auxquelles le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed, dont le mandat du gouvernement prend fin ce mois d’octobre, a exprimé son attachement à leur tenue tout en rejetant la proposition de la formation d’un gouvernement de transition.

Ainsi, le ministère éthiopien de la Santé a recommandé la tenue des élections générales à l’instar d’autres mesures visant à rouvrir les écoles, reprendre les manifestations sportives et les célébrations des fêtes tout en prenant des mesures de précaution contre le COVID-19.

La ministre de la Santé, Mme Lia Tadesse, qui s’exprimait récemment devant la Chambre des Représentants du peuple (Chambre basse du parlement éthiopien) a noté que même si la pandémie de coronavirus constitue toujours une menace pour la santé, le pays peut organiser les élections générales arguant que la propagation de la pandémie est moins de ce qui a été prédit auparavant.

«Maintenant nous sommes mieux informés et avons également développé une meilleure connaissance du virus et compris que le coronavirus resterait parmi nous pendant une durée indéterminée», a-t-elle relevé, faisant état d’une amélioration des moyens de riposte contre la pandémie notamment au niveau des établissements de santé et des laboratoires d’analyse et de tests.

Après le feu vert du département de Santé, le Conseil national électoral d’Éthiopie a entamé les préparatifs qui ont atteint un niveau très avancé. Le Conseil avance dans ce sens que 90 pc des préparatifs de ces 6eme élections générales sont déjà réalisés.

Le Conseil a également annoncé que plus de 50 millions d’électeurs devraient voter à ces élections à travers 50 900 bureaux de vote.

«Le Conseil a travaillé d’arrache-pied pour organiser des élections crédibles et fiables en utilisant du matériel standard, contrairement aux élections précédentes, et les préparatifs vont bon train à cet égard», a affirmé la présidente du Conseil national électoral d’Éthiopie, Mme Birtukan Midheksa, dans des déclarations à la presse.

Le Conseil a préparé des urnes, les formulaires d’inscription des électeurs en cinq langues locales et les emballages pour le transport des urnes. Les bureaux de vote seront dotés de petits groupes électrogènes (644 au total) et plus de 2 500 ordinateurs portables et tablettes seront également distribués dans diverses circonscriptions.

De plus, près de 152 700 personnes ont suivi une formation sur les inscriptions des électeurs et 254 500 autres sur la gestion du processus de vote, indique-t-on auprès du conseil.

Alors que les préparatifs vont bon train pour ces élections générales, aucune date n’a été fixé pour ce scrutin qui verra la participation de 78 partis politiques et qui débouchera sur le renouvellement des deux Chambres du parlement et la formation d’un nouveau gouvernement.

En mars dernier, rappelle-t-on, le Conseil national électoral d’Ethiopie avait décidé le report sine die des élections générales prévues le 29 août dans le cadre des mesures prises pour lutter contre la propagation du coronavirus.

Suite au report de ces échéances, le Conseil de la fédération a voté pour la prolongation des mandats des Conseils fédéraux et régionaux et partant le maintien du gouvernement.

Le Conseil de la Fédération a approuvé la décision de prolonger les mandats de tous les Conseils jusqu’à ce que les institutions sanitaires mondiales considèrent le risque du coronavirus comme inexistant.

Le Premier ministre Abiy Ahmed avait réaffirmé son attachement à la tenue des élections, rejetant la proposition de la formation d’un gouvernement de transition.

“Nous voulons que les élections se tiennent. Le parti de la prospérité (PP) n’est pas un parti qui a peur des élections”, avait insisté M. Abiy Ahmed qui répondait aux questions des députés, jugeant inconstitutionnelle la formation d’un gouvernement de transition.

Le Premier ministre réagissait ainsi à une proposition de l’opposition pour la formation d’un gouvernement de transition.

Lire aussi

Phase I du Programme d’accompagnement et de suivi au profit des enfants ayant bénéficié de la Grâce Royale et d’alternatives au placement institutionnel : “Un bilan très positif”

mardi, 1 décembre, 2020 à 8:30

La phase I du Programme intégré d’accompagnement et de suivi au profit des enfants ayant bénéficié de la Grâce Royale et d’alternatives au placement institutionnel, a enregistré un bilan “très positif” à travers des services divers fournis par la plateforme “Allo Mousahaba”, qui constitue le pilier du programme opérationnel depuis mai dernier, selon la Fondation Mohammed VI pour la réinsertion des détenus.

L’intervention pacifique à El Guergarat démontre l’importance de développer la recherche sur la question du Sahara pour faire face aux mensonges du “polisario” (Boussouf)

lundi, 30 novembre, 2020 à 23:53

L’intervention pacifique marocaine au poste-frontière d’El Guerguerat vient confirmer l’importance de développer la recherche sur la question du Sahara marocain pour faire face aux mensonges et aux fausses informations véhiculées depuis plus de 40 ans, par le “polisario”, notamment dans les pays européens, a affirmé, lundi à Rabat, le secrétaire général du Conseil de la communauté marocaine à l’étranger (CCME), Abdellah Boussouf.

Rabat : Signature d’une convention de partenariat sur le plaidoyer au sujet de la question du Sahara marocain

lundi, 30 novembre, 2020 à 23:51

Une convention de partenariat a été signée, lundi à Rabat, entre le Conseil de la communauté marocaine à l’étranger (CCME) et la Faculté des Sciences Juridiques, Économiques et Sociales (FSJES) de Rabat-Agdal afin de renforcer les capacités de plaidoyer des Marocains du monde au sujet de la question du Sahara marocain