Lima, la capitale latino-américaine où la pluie fait défaut à longueur de l’année

Lima, la capitale latino-américaine où la pluie fait défaut à longueur de l’année

jeudi, 6 décembre, 2018 à 14:40

 

Par Abdellah KITTOU.

 

Lima – Bien qu’elle soit proche de l’Océan Pacifique et en dépit de son ciel gris de manière presque permanente, la ville de Lima n’enregistre presque jamais de précipitations au long de toute l’année, si ce n’est un peu de brouillard ici et là.

La ville qui enchante par ses caractéristiques exotiques, n’enregistre pas de chutes de pluie malgré sa présence dans une zone tropicale. Outre l’absence presque totale de précipitations pendant les 12 mois de l’année, la capitale péruvienne se caractérise par un taux élevé d’humidité et un ciel couvert de nuages la plupart du temps, suggérant au visiteur de Lima qu’il pleuvra bientôt, chose qui n’arrive jamais.

Lima, qui abrite environ 10 millions d’habitants (soit un tiers de la population péruvienne), se caractérise par toute une gamme de zones climatiques atypiques, un phénomène qui s’explique par l’influence du courant d’Humboldt sur la capitale du pays des Incas.

Ce courant froid qui longe le littoral de la ville entraîne une réduction drastique de la température de l’eau, ce qui la rend plus froide par rapport à la moyenne correspondante à la latitude tropicale dans laquelle se trouve Lima.

Cette situation, ainsi que les Andes environnantes, agissent comme une barrière naturelle, formant une couche semi-permanente de nuages extrêmement denses à basse altitude empêchant le passage du rayonnement solaire direct et, par conséquent, la formation des nuages générant la pluie.

Dans une déclaration à la MAP, Nelson Quispe Gutiérrez, un responsable au sein du Service national de météorologie et d’hydrologie du Pérou a indiqué que “la zone de haute pression au-dessus du Pacifique Sud est à l’origine du courant de Humboldt”, affirmant que la moyenne annuelle des précipitations sur Lima est d’environ 15 mm.

Cela ne signifie aucunement l’absence d’événements climatiques exceptionnels pouvant générer des pluies abondantes, comme en 2012 lorsque la ville avait enregistré 30 mm de précipitations en deux heures ou de fortes pluies provoquant des inondations dans la capitale péruvienne comme celles survenues en 1970, a-t-il affirmé.

Lima n’est pas prête à subir de fortes pluies aujourd’hui, en raison du manque d’inclusion du climat dans les politiques publiques de la capitale, a poursuivi Gutiérrez.

Néanmoins, malgré l’absence de précipitations, la ville de Lima est une cité verte, avec ses rues végétalisées, ses jardins écologiques et ses parcs attrayants, ce qui rend difficile de croire que la capitale péruvienne n’enregistre pas de chutes de pluies tout au long de l’année.

Pendant l’été austral, qui s’étend de décembre à mars, la température atteint 28 degrés le jour et environ 20 degrés la nuit, tandis qu’en hiver (juin à septembre) Lima n’enregistre pas de tonnerres ou d’éclairs et les températures varient entre 19 degrés le jour et 12 degrés la nuit.

Fondée par le conquistador espagnol Francisco Pizarro González le 18 janvier 1535, la ville de Lima se prépare à fêter le bicentenaire de l’indépendance du Pérou en 2021 après avoir relevé certains défis tels que la congestion routière, la sécurité et l’augmentation des espaces verts pour accompagner son expansion et garantir un environnement sain pour ses habitants, dans un climat marqué par une forte humidité.

Lima, capitale administrative, économique et financière du Pérou, compte sur son climat, son emplacement, son histoire et son architecture uniques, pour offrir à ses visiteurs un cadre idéal pour voyager dans le temps.

Malgré l’absence de précipitations, Lima offre au visiteur un cadre touristique riche en paysages, en histoire et en traditions ainsi qu’une gastronomie ancestrale faisant d’elle l’une des destinations touristiques les plus importantes en Amérique du Sud.

 

Lire aussi

Amina Bouayach élue à la tête du Groupe de travail africain sur la migration

dimanche, 9 décembre, 2018 à 21:19

La présidente du Conseil national des droits de l’Homme (CNDH), Amina Bouayach, a été élue dimanche à la tête du Groupe de travail sur la migration relevant du Réseau des Institutions nationales africaines des droits de l’Homme.

WAC – AS FAR: Les Rouges en tête du classement grâce à une tête d’El Karti

dimanche, 9 décembre, 2018 à 18:37

Le Wydad de Casablanca s’est imposé à domicile par 1 but à 0 face à l’AS FAR, dimanche en match de la 11è journée de Botola Maroc Télécom D1 de football, disputé au Complexe sportif Mohammed V.

Le Pacte mondial sur la migration, la voie sûre vers le bon port

dimanche, 9 décembre, 2018 à 17:52

Le monde s’apprête à vivre les, 10 et 11 décembre à Marrakech, un événement historique qui va chambouler toute la conception du phénomène de la migration en en faisant une vraie opportunité. Il s’agit de l’adoption d’un Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières, un document de 41 pages qui fera office de référence internationale en matière de gestion et de facilitation des flux migratoires à travers le monde.