Conçue comme un moyen alternatif de mobilité, la trottinette électrique devient vite un cauchemar en ville

Conçue comme un moyen alternatif de mobilité, la trottinette électrique devient vite un cauchemar en ville

jeudi, 15 août, 2019 à 16:45

Afaf Razouki.
Bruxelles – Derrière le succès fulgurant de la trottinette électrique, devenue rapidement le moyen de mobilité urbaine “trendy” en Europe, se cache bel et bien une réalité peu reluisante.

En quelques mois seulement, ces mini-deux roues ont littéralement envahi les routes et les trottoirs des plus grandes villes du Vieux Continent, apportant leur lot de promesses, mais surtout de nuisances !

Alors que certains parlent d’un nouveau phénomène de mobilité qui accompagne le changement des habitudes des citadins occidentaux souhaitant éviter les routes embouteillées et les moyens de transport congestionnés, d’autres évoquent un fléau qui sème la pagaille dans les villes.

Présentée comme une solution pour le “dernier kilomètre”, en assurant un lien pratique et rapide entre le domicile ou le lieu de travail et un plus grand pôle de mobilité (métro, tram ou train), la trottinette électrique s’est imposée au fil du temps comme un moyen de transport à part entière.

En moins d’une année, la société “Lime”, leader du marché belge a ainsi dit avoir enregistré plus de 175.000 utilisateurs à Bruxelles pour un total de 1,5 million de kilomètres parcours. Elle estime, par ailleurs, que 25% des trajets effectués auparavant en voiture auraient été remplacés par un trajet en trottinette.

Prises au dépourvu par le succès inattendu de ce nouveau mode de déplacement, les autorités locales tentent tant bien que mal de s’accommoder à cette situation, mais face au vide juridique, leur tache s’annonce des plus ardues.

Faute de législation qui réglemente la circulation de ces engins, les usagers prennent la liberté de rouler au milieu des voitures, sur les trottoirs ou à l’intérieur des parcs, provoquant désordre, confusion et parfois des drames.

Outre cet usage anarchique, la hausse alarmante des accidents impliquant les trottinettes électroniques devient un véritable motif de préoccupation. Collisions, lourdes chutes, piétons fauchés… les accidents se multiplient avec des conséquences parfois désastreuses.

D’après des chiffres du service des urgences de l’hôpital Saint-Pierre à Bruxelles, les accidents en trottinette sont deux fois plus nombreux que ceux impliquant un vélo.

Les blessures dont sont victimes les usagers de ces mini-deux roues peuvent être graves, mettent en garde les médecins, qui évoquent notamment des traumatismes crâniens, des lésions à la colonne cervicale, ainsi que des fractures des membres supérieurs, notamment les coudes ou les poignets.

Des accidents mortels ont été même enregistrés dans plusieurs pays européens comme la France, la Belgique et l’Angleterre.

Par ailleurs, même si la location en libre-service est théoriquement interdite aux moins de 18 ans, les adeptes des trottinettes sont de tous les âges et roulent à leurs risques et périls.

Face à cette situation préoccupante, de nombreuses voix se sont élevées pour exiger la mise en place de mesures strictes pour réglementer la circulation des trottinettes électriques.

En France, une association de défense des victimes d’accidents impliquant des trottinettes électriques est montée au créneau, se disant prête à lancer une action en justice contre la mairie de Paris, pour dénoncer un “encadrement insuffisant” de ces engins. L’association, qui regroupe 1.400 adhérents, dit recenser 200 accidents mensuels déclarés dans les hôpitaux.

En Belgique, Bruxelles mobilité, administration de la Région de Bruxelles-Capitale chargée des équipements, des infrastructures et des déplacements, insiste sur la nécessité de la sensibilisation en prodiguant plusieurs conseils aux usagers, comme l’affirme Paemen Inge, son porte-parole.

“On doit être conscient que la conduite d’une trottinette n’est pas un jeu mais qu’il y a bien des règles à respecter”, souligne-t-elle dans une déclaration à la MAP.

Bruxelles Mobilité exhorte ainsi les conducteurs à ne pas sous-estimer les conséquences d’un accident de trottinette, préconisant le port de casque et appelant les utilisateurs à ne pas dépasser “l’allure du pas” s’ils roulent sur le trottoir et la vitesse de 25 km/h sur les chaussées.

Le stationnement “sauvage” des trottinettes représente aussi un casse-tête pour les autorités. Souvent mal garées ou abandonnées un peu partout sur les trottoirs, elles perturbent la circulation des piétons et posent des problèmes de sécurité notamment pour les personnes malvoyantes.

Pour remédier à cette problématique, la Région de Bruxelles-capitale vient d’établir une carte des zones rouges dans lesquelles le stationnement des trottinettes sera interdit.

A Paris, en vertu d’une nouvelle décision de la mairie, entrée en vigueur le 30 juillet, le stationnement des trottinettes est interdit sur les trottoirs, les espaces piétons et la chaussée. En cas de non respect de cette mesure, les utilisateurs et les opérateurs s’exposent à une amende de 35 euros assortie d’une mise en fourrière. Ce montant peut atteindre 135 euros pour les trottinettes circulant sur les trottoirs.

En dépit du flou juridique qui entoure son utilisation et l’imprudence de ses usagers, la trottinette continue de faire fureur un peu partout en Europe et les opérateurs du secteur s’en frottent les mains.

Cependant, percer dans ce marché n’est pas chose aisée, comme en atteste le récent retrait de trois sociétés de la région bruxelloise. Si les opérateurs n’ont pas donné les raisons officielles de leur départ, les médias belges citent des facteurs liés notamment aux coûts élevés de maintenance, à des faits de vandalisme et à la rude concurrence entre les différents acteurs du marché.

Lire aussi

L’Académie internationale Mohammed VI de l’aviation civile fête ses lauréats de l’année 2018-2019

samedi, 14 décembre, 2019 à 10:50

L’Académie internationale Mohammed VI de l’aviation civile (AIAC) a organisé, vendredi à Nouaceur (Casablanca), une cérémonie de remise des diplômes à 124 lauréats

Meknès: Atelier mi-parcours du programme de la coopération triangulaire sud-sud

samedi, 14 décembre, 2019 à 9:02

L’agropôle de Meknès a abrité, vendredi, l’atelier mi-parcours du programme de la coopération triangulaire sud-sud (CTSS), avec pour objectif d’évaluer les réalisations accomplies depuis son lancement.

M. Akhannouch s’enquiert de projets agricoles au niveau de la province de Taourirt

vendredi, 13 décembre, 2019 à 23:55

Le ministre de l’Agriculture, de la Pêche maritime, du Développement rural et des Eaux et Forêts, Aziz Akhannouch, a effectué, vendredi, des visites de terrain pour s’enquérir de projets agricoles au niveau de la province de Taourirt.