Dublin: Un expert marocain met en avant le rôle de la Constitution de 2011 dans la consolidation du caractère multiculturel du Maroc

Dublin: Un expert marocain met en avant le rôle de la Constitution de 2011 dans la consolidation du caractère multiculturel du Maroc

mardi, 12 mars, 2019 à 16:08

Dublin – Le professeur Albert Sasson, membre fondateur de l’Académie Hassan II des sciences et techniques a mis en avant, lundi soir à Dublin, le rôle de la Constitution de 2011 dans la consolidation du caractère multiculturel du Maroc.

Animant une conférence, organisée par le département d’études du Proche et Moyen-Orient, relevant de la prestigieuse université “Trinity College” de Dublin et l’ambassade du Maroc en Irlande, sous le thème : “Le Maroc en mouvement”, M. Sasson, qui était membre de la Commission consultative chargée de la révision de la constitution, a fait état des principales étapes de l’adoption de ce texte, notant que la commission s’est beaucoup penchée sur l’étude des “caractéristiques pluriculturelles du Maroc” avant de parvenir à élaborer le préambule de la nouvelle constitution.

Ce préambule, souligne l’expert, met en avant pour la première fois dans l’histoire du Maroc le caractère “multiculturel” du pays et son unité, forgée par la convergence de ses composantes arabo-islamique, amazighe et saharo-hassanie, nourrie et enrichie de ses affluents africain, andalou, hébraïque et méditerranéen.

Toutes ces communautés, a-t-il relevé, avec leurs différentes traditions et origines ethniques, continuent à cohabiter en toute harmonie au Maroc, estimant que cette “coexistence” constitue la force de la société marocaine.

Il s’agit, selon le conférencier, des éléments qui ont façonné ce Maroc en mouvement, un pays dynamique, ouvert et diversifié, dont les ressources multiples peuvent assurer un développement économique et social et faciliter la coopération avec d’autres pays.

Précédée par la projection d’un film sur les atouts économiques et la diversité culturelle, historique et naturelle du Royaume, la conférence a mis l’accent sur la singularité du pays dans un environnement confronté à de multiples défis.

Devant un parterre de personnalités diplomatiques, universitaires et politiques, le conférencier a souligné que le Maroc est certes un pays aux traditions ancestrales et aux cultures diverses, mais c’est un pays qui change, qui bouge selon ses propres spécificités.

«Nous sommes très proches de l’Europe géographiquement et économiquement, mais nous avons aussi nos propres spécificités et le Maroc se modernise en prenant en compte ses différents aspects historiques, religieux et sociaux », a affirmé M. Sasson, également membre du Conseil économique, social et environnemental (CESE).

Il a également mis en exergue les réalisations économiques du Royaume ainsi que les projets prometteurs en marche qui ambitionnent de créer un “environnement propice à une accélération économique inédite en Afrique”, et à contribuer au rayonnement et au “maintien de la stabilité dans la région”, notant que le Maroc, qui essaye d’accompagner les changements en cours dans le monde, a réalisé des avancées indéniables en matière de la protection des droits des femmes, faisant savoir que la nouvelle constitution de 2011 a insisté essentiellement sur les principes de l’égalité et la parité.

Passant en revue les autres réformes qui ont consolidé le champ des libertés, notamment la liberté de la presse, la réforme de la justice, la modernisation de l’administration, le conférencier a rappelé que la diversité culturelle est un grand atout et une source de la force du Maroc, «un pays ouvert sur le monde tout en préservant son identité et sa richesse linguistique et culturelle».

M. Sasson a expliqué que «le Maroc est actuellement ancré entre la tradition et le modernisme, deux aspects très présents qu’il est important de préserver, de promouvoir et d’accompagner », faisant remarquer qu’il reste de nombreux défis à relever et auxquels le Maroc s’attache avec détermination, notamment l’emploi des jeunes et le chantier de l’éducation et de la formation.

Évoquant, par ailleurs, le rôle que joue le Maroc dans son environnement régional, Albert Sasson a rappelé la politique africaine du Royaume, son retour à l’Union africaine et les relations de coopération et de solidarité qu’il entretient et développe avec nombreux pays du continent. Il a souligné dans ce contexte les engagements du Maroc dans la résolution des problématiques mondiales, tels que la migration, le terrorisme et la lutte contre les effets du changement climatique.

Cette conférence s’est déroulée en présence de l’ambassadeur du Maroc en Irlande, Lahcen Mahraoui, de plusieurs ambassadeurs accrédités à Dublin, de représentants du ministère irlandais des Affaires étrangères, d’universitaires, de nombreux étudiants et de membres de la communauté marocaine.

Lire aussi

MCR, instrument clé pour atteindre les objectifs de développement en Afrique (commission de l’UA)

lundi, 25 mars, 2019 à 9:29

Le mécanisme de coordination régionale pour l’Afrique (MCR-Afrique) joue un rôle clé dans l’atteinte des objectifs de développement sur le continent, a souligné, dimanche à Marrakech, la Commissaire chargée des ressources humaines, des sciences et technologies à la commission de l’Union africaine (UA), Sarah Mbi Enow Anyang Agbor.

Le Directeur général de l’ONUDI salue le processus d’industrialisation en cours au Maroc

lundi, 25 mars, 2019 à 8:15

Le directeur général de l’Organisation des Nations-Unies pour le développement industriel (ONUDI), M. Li Yong a salué dimanche, à Marrakech, le processus d’industrialisation du Maroc, un pays qui sert de modèle dans ce domaine.

COM2019: L’inclusion financière et les nouvelles technologies, leviers majeurs de développement socioéconomique

lundi, 25 mars, 2019 à 8:04

Des experts africains ont mis en relief, dimanche à Marrakech, le rôle de l’inclusion financière et des nouvelles technologies en tant que leviers majeurs de développement économique et social et moteurs essentiels de la croissance équitable.