Journée des handicapés : Pour une intégration sans stigmatisation

Journée des handicapés : Pour une intégration sans stigmatisation

lundi, 2 décembre, 2019 à 15:08

Par: Fadwa EL GHAZI
Rabat – Le 03 décembre de chaque année marque la célébration par le monde de la Journée internationale des personnes handicapées dont le souci aujourd’hui reste sans contexte celui de promouvoir leur participation à la société sans stigmatisation, mais également de leur donner la place qui leur échoit.

La Journée internationale des personnes handicapées est célébrée depuis 1992, dans le but de promouvoir les droits et le bien-être des personnes handicapées dans toutes les sphères de la société et du développement et d’accroître la sensibilisation à leur situation particulière dans tous les aspects de la vie politique, sociale, économique et culturelle.

“Promouvoir la participation et le rôle des personnes handicapées : faire progresser le Programme de développement durable à l’horizon 2030” est le thème retenu en 2019, lit-on sur le site des Nations Unies.

Cette année, la Journée internationale des personnes handicapées met l’accent sur le rôle et la participation des personnes handicapées au développement inclusif, équitable et durable, comme prévu par le Programme de développement durable à l’horizon 2030. En effet, les 17 Objectifs de développement durable (ODD)et leurs cibles donnent la marche à suivre pour parvenir à un avenir meilleur et plus durable pour tous, en ne laissant personne de côté et en reconnaissant le handicap comme une question intersectorielle, selon un communiqué publié à l’occasion de la célébration de cet événement.

Le handicap, ajoute la même source, est mentionné à plusieurs reprises dans les Objectifs de développement durable (ODD), en particulier dans les domaines de l’éducation, de la croissance et de l’emploi, des inégalités, de l’accessibilité des villes et des établissements humains, ainsi que dans la collecte des données et du suivi des objectifs.

La Stratégie des Nations Unies pour l’inclusion du handicap, qui a été présentée le 11 juin dernier par le Secrétaire général de l’ONU, offre une base devant favoriser l’accomplissement de progrès durables et de transformations dans la prise en compte de la question du handicap dans toutes les composantes de l’action de l’ONU, et ce conformément à ses engagements visant à faire des Nations Unies une organisation inclusive et ouverte à toutes et tous.

La Convention relative aux droits des personnes handicapées, adoptée en 2006, a fait progresser les droits et le bien-être des personnes handicapées. La mise en œuvre du Programme de développement durable à l’horizon 2030 et d’autres cadres de développement internationaux, tels que le Cadre de Sendai pour la réduction des risques de catastrophe (2015-2030), la Charte sur l’inclusion des personnes handicapées dans l’action humanitaire, le Nouveau programme pour les villes et le Programme d’action d’Addis-Abeba sur le financement du développement ont tous pour objectif ultime la transformation de la société vers une société durable et résiliente pour tous.

Au Maroc, la constitution de 2011, qui met l’accent sur la nécessité de “réhabiliter et intégrer dans la vie sociale et civile les handicapés physiques sensorimoteurs et mentaux et faciliter leur jouissance des droits et libertés reconnus à tous”, le gouvernement s’est engagé en vue d’appliquer ces dispositions constitutionnelle et d’honorer les engagements internationaux du Royaume, notamment la ratification de la Convention relative aux droits des personnes handicapées, adoptée au Siège de l’Organisation des Nations Unies à New York.

L’adoption de la loi-cadre N° 97.13 relative à la protection et la promotion des droits des personnes en situation de handicap a été le couronnement de cet engagement puisque cette loi ambitionne principalement de fixer les engagements de l’État et des parties prenantes concernées par cette problématique et d’adapter les lois nationales aux dispositions de la convention internationale sur les droits des personnes handicapées.

Les objectifs de cette loi-cadre concernent également la détermination des principes de préparation et d’exécution par les autorités publiques des programmes, des politiques, des stratégies et des plans, ainsi que l’adoption de nouveaux concepts en phase avec l’évolution que connaît le domaine du handicap, tels que le concept de la situation du handicap, celui de la qualification et la distinction sur la base du handicap.

En outre, nombres de chantiers structurants sont en cours de réalisation par le ministère de la Solidarité, du Développement social, de l’Égalité et de la Famille, tels que le soutien à l’insertion professionnelle, surtout en ce qui concerne l’emploi des personnes en situation de handicap dans le secteur public, le lancement du premier programme national pour la qualification professionnelle de prise en charge des personnes atteintes d’autisme (Raafiq), la mise en service du Fonds d’appui à la cohésion sociale, la mise en place du programme national “villes accessibles” et le développement du cadre normatif et réglementaire de ce secteur.

Tout récemment, la Commission consultative relative au projet de la mise en place du nouveau système d’évaluation du handicap a tenu sa première réunion, consacrée à la présentation et à l’examen des composantes de ce projet et de la méthodologie de sa mise en œuvre.

Ce projet vise à rationaliser l’offre sociale des services à travers un ciblage précis et individuel des personnes en situation de handicap, notamment par la création d’une référence nationale d’évaluation du handicap, conformément aux dispositions de la Convention internationale des droits des personnes handicapées, ratifiée par le Maroc en 2009, et aux dispositions de la loi cadre n°13-97.

En ce qui concerne la protection sociale et le ciblage direct des catégories vulnérables, d’autres chantiers et projets nationaux sont menés par le gouvernement, notamment le projet de la mise en place d’un “Registre social unifié” et le système pour le soutien, l’encouragement et l’appui des personnes en situation de handicap.

Plusieurs initiatives concrètes ont été mises en place, notamment le concours unifié pour le recrutement de personnes en situation de handicap et une carte destinée à ces personnes pour leur permettre de bénéficier de diverses formes de soutien et du droit de priorité tel que stipulé par la loi.

Avec la consolidation de l’arsenal juridique, cette frange de la société, qui représente plus de 2 millions de personnes (selon les statistiques de la deuxième enquête sur le handicap rendue publique le 26 avril 2016), a plus besoin que ces lois soient applicables sur le terrain parce que le défis aujourd’hui est de les intégrer sans discrimination aucune.

Lire aussi

El Youssoufia: Une campagne de correction visuelle au profit des élèves des établissements scolaires de la province

dimanche, 8 décembre, 2019 à 15:41

Le Comité provincial du développement humain (CPDH) d’El Youssoufia organise une campagne de correction visuelle au profit des élèves des établissements scolaires de la province.

Al Hoceima: Conférence sur le régime des biens communs acquis pendant le mariage

dimanche, 8 décembre, 2019 à 15:33

Une conférence sous le thème “le régime des biens communs : quelle approche de protection des droits matériels entre les époux”, a été organisée, samedi à Al Hoceima, à l’initiative de l’Association Karama pour le développement de la femme.

Mme Bouchareb présente à Abidjan le bilan des réalisations du Royaume en matière de gestion urbaine en Afrique

dimanche, 8 décembre, 2019 à 14:09

La Ministre de l’Aménagement du Territoire, de l’Urbanisme, de l’Habitat et de la Politique de la ville, Nouzha Bouchareb, a présenté, récemment à Abidjan, le bilan des réalisations du Royaume en matière de planification et de gestion urbaine au niveau du continent africain.