La coopération maroco-argentine appelée à d’être hissée au niveau des excellentes relations bilatérales

La coopération maroco-argentine appelée à d’être hissée au niveau des excellentes relations bilatérales

vendredi, 22 mars, 2019 à 21:34

Buenos Aires-Le ministre délégué auprès du ministre des Affaires étrangères et de la coopération internationale, chargé de la Coopération africaine, Mohcine Jazouli, a souligné, jeudi à Buenos Aires, la nécessité de renforcer la coopération maroco-argentine et de la hisser au niveau des excellentes relations qu’entretiennent les deux pays.

“La coopération maroco-argentine nécessite d’être renforcée eu égard à l’excellence des relations bilatérales. Les échanges actuels ne sont pas à la hauteur du niveau et de la qualité de ces relations”, a affirmé M. Jazouli, qui était l’invité de la rencontre périodique du Pôle Amérique du Sud de l’Agence Maghreb arabe presse (MAP).

En vue de réaliser cet objectif, le ministre délégué a préconisé une action commune sur un certain nombre de sujets, dont les investissements, les échanges commerciaux et les relations entre les milieux d’affaires des deux pays.

M. Jazouli, qui présidait la délégation marocaine ayant participé au travaux de la Conférence de haut niveau de l’ONU sur la coopération sud-sud (20-22 mars), a relevé que les deux pays partagent plusieurs similitudes et points communs, notamment au volet culturel, qui occupe une place importante dans les relations bilatérales.

“Nous sommes tout à fait conscients de la richesse culturelle de chacun des deux pays et des échanges culturels qu’il peut y avoir”, a-t-il souligné, en citant également le sport en tant que vecteur de promotion des relations bilatérales.

Côté coopération, M. Jazouli, qui a eu un entretien avec le vice-ministre argentin des Relations extérieures, Gustavo Rodolfo Zlauvinen, en marge de sa participation au conclave de Buenos Aires, a relevé que le Maroc et l’Argentine ont plusieurs accords en cours de finalisation notamment dans le domaine judiciaire, en soulignant la nécessité “d’aller plus loin” en élargissant la coopération aux domaines agricole et de l’élevage, mais aussi dans le domaine énergétique y compris le nucléaire et l’énergie renouvelable.

De son avis, les différentes visites effectuées au cours des dernières années par des hauts responsables argentins au Maroc mettent en relief “les relations de proximité” qui existent entre les deux pays.

S’agissant de coopération sud-sud, le ministre délégué a indiqué que le Maroc, sous la conduite de SM le Roi Mohammed VI, joue un rôle important en la matière, notamment en Afrique, son continent d’appartenance.

Il a ainsi relevé que le Souverain a effectué une cinquantaine de visites dans des pays africains, au cours desquelles une multitude d’accords ont été signés.

Ces accords, a rappelé M. Jazouli, couvrent aussi bien les domaines de coopération traditionnels (Justice, fiscalité, aérien) que des projets plus concrets comme celui du pipeline devant relier le Maroc et le Nigeria, considéré comme “un vrai projet de collaboration et de coopération dans le mesure où il est censé créer du développement”.

“Le Maroc est conscient de la nécessité de renforcer la coopération sud-sud”, a-t-il encore dit, en estimant qu’il y a une vraie nécessité d’accompagner le développement du continent africain, lequel devra compter 2,5 milliards de personnes dont un milliard de jeunes d’ici à 2050.

“A moins d’accompagner vigoureusement le développement concret du continent africain, nous allons nous retrouver en 2050 avec une réelle catastrophe humanitaire avec toutes les dérives que cela peut comporter en termes de migration, de terrorisme et en termes d’effets négatifs liés au manque de développement”, a averti le responsable marocain, en soulignant la position du Royaume en faveur d’une réelle prise de conscience sur l’accompagnement et le renforcement de la coopération sud-sud.

Et d’ajouter que l’Amérique du Sud a, elle aussi, besoin de croissance et de renforcement de la coopération, en relevant que l’Argentine joue un rôle moteur dans cette dynamique, au même titre que le Maroc qui joue un rôle important en Afrique.

S’agissant de la participation du Maroc au conclave de Buenos Aires, le responsable marocain a relevé que cette rencontre offre “un moment particulier pour la coopération sud-sud dans la mesure où toutes les délégations participantes pourront faire un bilan sur la coopération au cours des quarante dernières années et surtout d’imaginer de nouveaux mécanismes de coopération qui vont permettre aux pays du sud d’aborder certains de leurs défis”.

Ce rendez-vous s’inscrit dans le cadre des rencontres périodiques lancées par le Pôle Amérique du Sud de la MAP en vue de créer un espace pour débattre de différentes questions d’actualité locales, régionales et internationales.

Le pôle Amérique du Sud de la MAP, dont le siège se trouve à Buenos Aires, organise des rencontres périodiques en présence de médias locaux et internationaux, avec des personnalités de différents horizons pour mettre en lumière des questions d’actualité et d’autres intéressant les relations entre le Maroc et l’Amérique latine.

Lire aussi

Sahara marocain : “Soutien international accru” pour la proposition d’autonomie (Site d’informations Eurasia Diary)

lundi, 17 juin, 2019 à 20:10

Le Maroc recueille un soutien international accru pour sa position sur le Sahara, ainsi que pour la proposition d’autonomie présentée au Conseil de sécurité pour mettre fin à ce différend régional, écrit le site d’informations Eurasia Diary.

Bonne gouvernance, crédibilité et transparence: Prérequis pour une action africaine commune efficace et efficiente au service du citoyen africain

lundi, 17 juin, 2019 à 19:53

La bonne gouvernance au sein de l’institution panafricaine, la crédibilité et la transparence du processus intergouvernemental demeurent les prérequis pour une action africaine commune efficace et efficiente au service du citoyen africain, a affirmé, lundi à Addis-Abeba, l’ambassadeur, Représentant permanent du Royaume auprès de l’Union africaine et de la CEA, Mohammed Arrouchi.

Le droit d’accès à l’information, un axe fondamental pour réformer l’administration et lutter contre la corruption

lundi, 17 juin, 2019 à 18:22

Le droit d’accès à l’information est un axe fondamental pour réformer l’administration et lutter contre la corruption, ainsi que pour garantir la transparence et la gouvernance dans la gestion de la chose publique, a affirmé, lundi à Rabat, le ministre délégué chargé de la Réforme de l’Administration et de la Fonction publique, Mohamed Benabdelkader.