La coopération régionale et internationale, clé de voûte de la lutte antiterroriste

La coopération régionale et internationale, clé de voûte de la lutte antiterroriste

jeudi, 11 octobre, 2018 à 11:10

    – Propos recueillis par Mohamed Chennouni –

 

 Rabat – Le Maroc ne ménage aucun effort pour partager son expérience en matière de lutte antiterroriste avec les pays partenaires tant à l’échelle régionale qu’internationale, a affirmé M. Abdelhak Khiame, directeur du Bureau central d’investigations judiciaires (BCIJ).

Dans une interview accordée à la MAP, M. Khiame a souligné que plusieurs pays africains, européens, asiatiques, et tout récemment l’Australie, ont exprimé leur souhait de tirer profit de l’expérience marocaine en la matière, une expérience qui s’articule autour d’une approche multidimensionnelle, intégrant les aspects sécuritaire, éducatif, de lutte contre la précarité et de lutte contre l’idéologie extrémiste à travers la diffusion des valeurs de l’Islam modéré.

 “Sous la conduite éclairée de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, le Maroc a mis en place une approche multidimensionnelle efficace en matière de lutte contre le fléau du terrorisme et qui s’érige désormais en modèle pour les autres pays”, a expliqué le directeur du BCIJ.

 Face à cet élan de coopération, M. Khiame a déploré que l’Algérie s’entête toujours à refuser de coopérer avec ses voisins, notamment le Maroc, en vue d’une meilleure lutte contre le phénomène qui sévit dans la région de l’Afrique du Nord.

 “Pour des raisons politiques, connues de tous et qui n’ont rien à voir avec le souci sécuritaire, Alger refuse toujours d’instaurer un mécanisme de coopération régionale face à un phénomène transnational”, a indiqué M. Khiame, soulignant que “la menace terroriste s’accentue dans la région du Sahel et du grand Sahara, devenant une source d’inquiétude pour les pays de la région”.

 “Nombre de groupes extrémistes se déploient dans la région et s’évertuent à y répandre leur idéologie dévastatrice. Face à cela, l’Algérie rejette les appels à la coopération et, pire encore, parraine sur son territoire un foyer de tension. Il s’agit de Tindouf où nombre de Marocains sont séquestrés par une bande de séparatistes. Cela constitue un danger aussi bien pour les citoyens algériens que les citoyens marocains”, a prévenu le directeur du BCIJ.

 “A signaler que les séparatistes ont noué des relations avec des organisations répertoriées extrémistes. Un danger réel qui a été souligné au sein même du Congrès américain. Les Algériens sont appelés à entendre la voix de la raison et collaborer avec leurs voisins immédiats, le Maroc et la Tunisie”, a-t-il poursuivi.

 M. Khiame a, par ailleurs, expliqué qu’en raison de la situation d’instabilité en Libye, l’organisation terroriste Daesh renforce son positionnement dans ce pays, surtout après le resserrement des étaux sur la scène syro-irakienne, concluant qu’une lutte efficace contre le phénomène terroriste dans la région de l’Afrique du Nord reste tributaire de l’instauration d’une coopération entre les différents pays.

 

 

 

 

 

Lire aussi

Le Maroc plaide à Addis-Abeba pour une meilleure représentation des femmes dans les institutions nationales et internationales pour la mise en œuvre de la résolution 1325 du CS de l’ONU

vendredi, 19 octobre, 2018 à 19:17

 Le Maroc a plaidé, vendredi à Addis-Abeba, pour une meilleure représentation des femmes dans les institutions nationales, régionales et internationales pour la mise en œuvre effective de la résolution 1325 du Conseil de sécurité de l’ONU.

L’éthique et le professionnalisme, seules réponses pour endiguer la prolifération des fake news (Forum)

vendredi, 19 octobre, 2018 à 15:27

 La prolifération des fake news, favorisée par la montée en puissance des réseaux sociaux, impose aux journalistes de s’attacher plus que jamais aux principes d’éthique et de professionnalisme, ont souligné, vendredi à Rabat

Le cadavre mutilé dans la banlieue de Mohammedia appartient à un vagabond faisant l’objet d’avis de recherche (DGSN)

vendredi, 19 octobre, 2018 à 14:21

Les expertises génétiques, menées par la police scientifique et technique, ont permis de déterminer l’identité du cadavre mutilé jeudi soir à la banlieue de Mohammedia, a indiqué vendredi la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN).