La Statue Akwaba à Abidjan, symbole de l’hospitalité de la terre d’Eburnie

La Statue Akwaba à Abidjan, symbole de l’hospitalité de la terre d’Eburnie

vendredi, 6 avril, 2018 à 12:16

             -(Par Otmane El Mibrak, correspondant à Abidjan)-.

Abidjan – A la sortie de l’aéroport international Félix Houphouët-Boigny d’Abidjan, se dresse fièrement un monument qui symbolise, à lui seul, toute l’hospitalité et la bonhomie du peuple ivoirien : la statue “Akwaba” synonyme de “Bienvenue ou Bonne arrivée” en langue Akan, parlée par près de 8,5 millions de personnes notamment en Côte d’Ivoire et au Ghana voisin.

La charge emblématique de ce monument de la métropole économique ivoirienne serait d’ailleurs à l’origine de son emplacement. Juché à la sortie principale de l’aéroport international d’Abidjan, il souhaite bon séjour aux arrivants et dit adieu aux partants qui, en passant à côté, prennent congé de la terre d’Eburnie.

Montée d’abord à Bouaké (Centre) en 1989 avant d’être transporté à Abidjan, la statue Akwaba mesure une dizaine de mètres et pèse 18 tonnes. Conçue en forme cubique, elle est posée sur un socle de 24 tonnes et un fondement de 8 mètres de profondeur. Pour sa construction, on a usé du fer tissé sous forme de toiles d’araignée, du marbre concassé et ciment blanc.

En effet, l’idée de sa construction germait lors d’un conclave des maires ivoiriens, qui s’était tenu dans la capitale administrative ivoirienne Yamoussoukro vers la fin des années 80 du siècle écoulé, sous le thème “l’aménagement du territoire et le développement”.

A cheval sur la question, le maire d’Abidjan à l’époque avait ordonné l’organisation d’un concours national des arts plastiques, dont le thème fut “la symbolisation de l’hospitalité en Côte d’Ivoire” sans toutefois notifier aux candidats que l’œuvre lauréate serait destinée à l’aménagement du carrefour de l’aéroport international d’Abidjan.

Parmi les nombreuses œuvres en lice, le jury avait jeté son dévolu sur la statue du professeur des Arts plastiques à Bouaké et spécialiste de la sculpture monumentale, Koffi Donkor qui, au tout début, l’a baptisée “Attour”. Cette première appellation suscitait plutôt une polémique sur le vrai nom à retenir pour ce monument.

Contrairement à “Akwaba” qui est une formule unidirectionnelle, “Attour” s’emploie pour marquer la joie des deux parties qui se retrouvent. Chez les communautés “Akan”, l’hôte et l’invité se disent mutuellement “Attour” en faisant l’accolade.

Le débat ne fera pas long feu. Les peuples Akan, en particulier les ethnies Agni et les Baoulés, ont une deuxième expression qui n’est autre que la traditionnelle “Akwaba” que tout Ivoirien souhaite chaleureusement à ses convives venus d’ailleurs.

Le mois de décembre1989 a finalement connu l’inauguration de cette œuvre architecturale marquant ainsi l’épilogue de huit bons mois où plusieurs appellations et formes avaient été accolées à ce monument.

Selon son concepteur Koffi Donkor, cette statue a une charge symbolique très profonde. “Quand il y a eu la guerre en 2002, les images du monument +Akwaba+ ont été diffusées sur la télévision ivoirienne. Une façon pour que les Ivoiriens et les Ivoiriennes sachent que les valeurs normatives telles que l’unité, l’amour et la fraternité doivent être en tous lieux cultivées. L’Art aussi joue un rôle prépondérant dans la société”, avait-il lâché lors d’un entretien accordé à un média local.

En effet, la statue Akwaba incarne subtilement la cohabitation et la symbiose régnant entre les dizaines d’ethnies vivant en Côte d’Ivoire et toutes les autres communautés présentes dans ce pays ouest-africain.

Lire aussi

Nouvelle vague de Covid-19: Les Marocains appelés à renforcer leur immunité collective (Tayeb Himdi)

mercredi, 29 juin, 2022 à 14:09

Les Marocains sont appelés à renforcer leur immunité collective face à la nouvelle vague de Covid-19 marquée par la hausse du nombre des cas d’infection, a affirmé le chercheur en politiques et systèmes de santé, Dr Tayeb Himdi.

Sondage du CESE: 85% des interrogés insatisfaits de l’état d’aménagement et d’urbanisation du littoral

mercredi, 29 juin, 2022 à 14:06

La grande majorité des participants (85%) à un sondage du Conseil Économique, Social et Environnemental (CESE) sont insatisfaits de l’état d’aménagement et d’urbanisation du littoral national, a indiqué le CESE qui a sollicité, du 11 au 24 mai 2022, la contribution des citoyen(ne)s à travers sa plateforme « ouchariko.ma », et ce, dans le cadre de l’élaboration de son avis sur l’aménagement et l’urbanisation durables du littoral.

Les travaux sont en cours pour le développement des zones logistiques dans quatre régions du Royaume (Ministre)

mercredi, 29 juin, 2022 à 12:43

Le ministre du Transport et de la Logistique, Mohamed Abdeljalil, a souligné, mardi à Rabat, que le ministère veille, en coopération et en coordination avec les conseils régionaux, à inclure le développement des zones logistiques dans les contrats programmes de développement régional pour l’aménagement de zones logistiques dans les régions de Souss-Massa, Fès-Meknès, Béni Mellal-Khénifra et Dakhla Oued-Eddahab.