Les musulmans du Chili et le mois sacré: une quête perpétuelle de spiritualité, de recueillement et de symbiose

Les musulmans du Chili et le mois sacré: une quête perpétuelle de spiritualité, de recueillement et de symbiose

jeudi, 24 mai, 2018 à 13:38

 

Par Brahim Salaheddine AMHIL.

 

Santiago – Le mois sacré du Ramadan est l’occasion pour les communautés musulmanes établies au Chili de se rendre dans les mosquées investies par des croyants en quête de recueillement et de symbiose avec le Créateur ou à la recherche de spiritualité au sein d’une société de plus en plus matérialiste.

En ce mois sacré de bienfaisance et de solidarité, les mosquées et les centres culturels et islamiques au Chili se transforment en lieux de rencontres et de communion pour les Musulmans de tout bord installés dans le pays andin.

Dans la capitale Santiago, le Centre Islamique du Chili et la Mosquée As-Salam, la première mosquée construite au Chili et l’une des plus grandes du pays, se deviennent une destination privilégiée des fidèles pour accomplir les rites religieux, assister aux séances de prédication et d’orientation religieuse, écouter les récitations du Saint Coran et prendre part aux repas d’Iftar collectifs au sein de ce lieu hautement symbolique en ce mois béni.

Depuis le début jeudi du mois de Ramadan, la communauté musulmane établie au Chili, à l’instar de l’ensemble des pays islamiques, observe le jeûne dans un climat de piété et de fraternité.

Forte de quelque  4.300 membres établis sur l’ensemble du territoire chilien, cette communauté met à profit ce mois à forte symbolique spirituelle et religieuse pour donner une image de tolérance et de piété dans une absence totale de toute distinction ethnique, sociale ou géographique.

Cette période particulière de l’année pour les Musulmans regorge de profondes significations morales et religieuses, dont le pardon, la mansuétude, la miséricorde, la charité et la bienfaisance.

Aussi, ce mois béni est une période particulière où les portes du paradis s’ouvrent, les rétributions augmentent et les prières et les implorations des fidèles sont exaucées conformément au hadith du Prophète Sidna Mohammed, que la paix et le salut de Dieu soient sur Lui “Celui qui jeûne le ramadan avec foi et en espérant la récompense, ses péchés précédents sont pardonnés”.

En somme, le jeûne est une soumission totale au Créateur et un rapprochement avec le Tout-Puissant dans le renoncement, la piété et le recueillement servant d’école de patience, d’implorations, d’endurance et de purification des âmes.

Dans les pays d’accueil, au Chili notamment, les communautés de musulmans trouvent dans les Iftars collectifs un moyen de communion, de communication loin de leurs familles et de leurs pays d’origine.

Ainsi, quelque 200 fidèles musulmans de différentes nationalités affluent chaque jour à la mosquée As-Salam au quartier Campoamor, qui relève du Centre Islamique du Chili, basé dans la capitale, pour prendre part aux repas d’Iftar et accomplir ensemble les prières d’Al Maghrib, d’Al Iichaaa et de Taraouih.

Des prières et de versets du Saint Coran récités chaque nuit tout au long de ce mois béni de Ramadan font le quotidien des musulmans du Chili lors de cette période distinguée de l’année empreinte de spiritualité et d’un fort sentiment de partage et de solidarité.

 

Lire aussi

Appel à faire de la lutte contre la corruption une réalité tangible dans les pratiques et comportements en Afrique (responsable)

samedi, 23 juin, 2018 à 0:08

Intervenant à un Side event portant sur “la transparence, l’intégrité et la lutte contre la corruption : une exigence clé pour la réalisation du développement durable” dans le cadre du Forum des Nations-Unies pour le service public, M. Elong Mbassi a mis l’accent sur la nécessité de se pencher de manière effective sur les moyens à même de venir à bout de ce fléau qui ronge le continent africain. 

Rissani: Coup d’envoi du festival de Sijilmassa du Malhoun

vendredi, 22 juin, 2018 à 23:20

Le ministre de la Culture et de la communication, Mohamed Laaraj, a mis en exergue l’importance que revêt le festival de Sijilmassa à travers la célébration de cet art authentique qui constitue une composante essentielle de la culture marocaine riche et diversifiée.

Essaouira poursuit son envol touristique durant les 5 premiers mois de l’année 2018

vendredi, 22 juin, 2018 à 19:03

En chiffres, pour le seul mois de mai dernier, la cité des Alizés a enregistré une hausse de 15% en termes de nuitées dans ses établissements d’hébergement déclarés, accompagnée d’une augmentation de l’ordre de 14% en ce qui concerne les arrivées et ce, comparativement à la même période de l’année précédente, selon les données communiquées par la Délégation provinciale du tourisme.