• Accueil
Les Sud-Africains ont les yeux rivés sur le scrutin américain

Les Sud-Africains ont les yeux rivés sur le scrutin américain

lundi, 2 novembre, 2020 à 11:36

Par Hamid AQERROUT
Johannesburg – Les Sud-Africains ont ces jours-ci les yeux rivés sur le long processus électoral américain, tellement les enjeux sont grands et le locataire de la Maison Blanche et Président de la nation la plus puissante du monde peut avoir un impact fondamental sur tout, de la politique étrangère au commerce, pour la plupart des pays, Afrique du Sud incluse.

Mis à part les subtilités de l’élection américaine, pourquoi le gouvernement et les investisseurs sud-africains devraient-ils se soucier du résultat de ce scrutin ?

En réponse, nombreux sont les analystes Sud-Africains qui pensent que si Donald Trump est élu pour un second mandat, cela pourrait signifier une tension commerciale persistante avec la Chine et plus d’incertitude pour les marchés émergents comme l’Afrique du Sud.

C’est notamment le point de vue de l’économiste Lukman Otunuga qui estime que si les tensions commerciales ont un impact négatif sur la deuxième plus grande économie du monde, le choc pourrait se ressentir par de nombreuses économies qui ont des liens commerciaux étroits avec la Chine.

La nervosité préélectorale pourrait alimenter l’aversion au risque, éloignant ainsi les investisseurs des actifs plus risqués vers des destinations refuges, soutient-il, expliquant qu’une appréciation du dollar pourrait renforcer la pression sur la monnaie sud-africaine, le Rand, qui s’est déprécié de près de 20% depuis le début de l’année par rapport à la monnaie américaine.

Il ne fait donc guère de doute que les discussions sur les guerres commerciales ont soutenu la devise américaine tout en nuisant aux perspectives des devises des marchés émergents, notamment le Rand.

D’autres analystes font, à cet égard, remarquer qu’en ce qui concerne le commerce, les liens entre Pretoria et Washington se sont améliorés grâce à la loi sur les opportunités de croissance en Afrique, qui permet aux pays africains d’exporter en franchise de droits vers les États-Unis.

Néanmoins, étant donné les développements actuels à travers le monde et le paysage en constante évolution, l’avenir de cet acte demeure incertain.

C’est dire que les élections américaines et les impacts qu’elles pourraient avoir sur cet instrument restent un risque important pour de nombreux pays. Ceci est d’autant plus vrai que les élections américaines de 2016 ont révélé que les opinions du locataire de la Maison Blanche peuvent avoir un impact important sur tout, de la valeur du dollar américain au comportement des marchés financiers.
L’économiste international Larry Hatheway est de cet avis en faisant remarquer que l’élection américaine pourrait entraîner de nombreux changements susceptibles d’avoir un impact sur les marchés d’actifs et même sur les devises. Les investissements offshore doivent toujours faire partie d’un plan financier global et il est essentiel de s’assurer que le portefeuille d’investissement est correctement diversifié, suggère-t-il.

Il faut dire aussi que la révocation par les États-Unis des avantages commerciaux accordés dans le cadre du système général de préférences de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) pour les pays en développement pourrait coûter des milliards de Rands au secteur manufacturier de l’Afrique du Sud. En effet, plusieurs pays comme la Chine, l’Inde et l’Afrique du Sud pourraient être pénalisés par les États-Unis qui les considèrent comme ne convenant pas au statut de «pays en développement».

Craignant l’impact d’une éventuelle décision, l’Association nationale des constructeurs automobiles d’Afrique du Sud (Naamsa) a déclaré que cela constituerait une tragédie pour l’industrie et l’économie du pays, car tout traitement préférentiel était crucial. En effet, les États-Unis, troisième partenaire commercial de l’Afrique du Sud, ont été l’une des principales destinations des exportations sud-africaines au cours des trois dernières décennies.

Rappelant que le système général de préférence (SPG) permet à la majeure partie des composants automobiles locaux d’entrer aux États-Unis en franchise de droits, tandis que la loi sur la croissance et les opportunités en Afrique (Agoa) autorise l’accès en franchise de droits aux exportations de véhicules manufacturés.

L’économiste Michael Ade de la Fédération des industries de l’acier et de l’ingénierie de l’Afrique australe dira à ce propos que la révocation des préférences spéciales rendrait difficile pour l’Afrique du Sud la mise en œuvre de droits compensateurs.

Dans ce même ordre d’idées, d’autres analystes estiment qu’une victoire de Biden peut faire naître l’espoir d’une diminution du protectionnisme et d’une amélioration des relations commerciales avec la Chine. Une telle évolution positive pourrait alors renforcer l’appétit pour les actifs des marchés émergents.

Dans un tel contexte, le dollar devrait s’affaiblir ce qui sera chaleureusement accueilli par les devises des pays émergents, soutiennent-ils, arguant que des relations commerciales saines entre les deux plus grandes économies du monde se traduiraient inéluctablement par une croissance mondiale en hausse, ce qui profitera à tout le monde.
En attendant l’issue du scrutin américain, les sud-africains retiennent leur souffle en espérant que leur troisième partenaire commercial continuera à préserver les avantages concédés.

Lire aussi

Développement rural: 6.982 projets lancés sur la période 2017-2020

jeudi, 21 janvier, 2021 à 23:50

Un total de 6.982 projets et actions dans le secteur du développement rural ont été lancés, dont 4.145 achevés, sur la période 2017-2020 pour une enveloppe de 27 milliards de dirhams (MMDH), selon le ministère de l’Agriculture, de la Pêche Maritime, du développement rural et des eaux et forêts.

Des agents de voyage et des professionnels examinent les moyens de promouvoir la destination Dakhla

jeudi, 21 janvier, 2021 à 23:40

Une vingtaine d’agents de voyages marocains, issus de plusieurs régions du Royaume, ont fait le déplacement à Dakhla où ils ont examiné avec les professionnels locaux les moyens à mettre en œuvre pour promouvoir cette destination.

Le SG de l’ONU condamne avec force le double attentat-suicide à Bagdad

jeudi, 21 janvier, 2021 à 23:32

Le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a condamné jeudi, “avec force” le double attentat-suicide meurtrier perpétré contre des civils sur un marché de Bagdad.