Loi organique relative au caractère officiel de l’amazigh, une preuve de la volonté politique du Maroc de promouvoir cette langue

Loi organique relative au caractère officiel de l’amazigh, une preuve de la volonté politique du Maroc de promouvoir cette langue

mardi, 14 janvier, 2020 à 11:46

-Entretien réalisé par: El Mustapha Ayach-

Rabat – L’entrée en vigueur de la loi organique 26-16 relative à la mise en œuvre du caractère officiel de l’amazigh, en septembre 2019, témoigne de la “volonté politique” du Maroc de promouvoir cette langue et ses affluents culturels, a indiqué le recteur de l’Institut royal de la culture amazighe (IRCAM), Ahmed Boukous.

Dans un entretien accordé à la MAP à l’occasion du nouvel an amazigh 2970, M. Boukous a souligné que le plus important acquis apporté par cette loi consiste en la mise en place d’un cadre juridique complétant l’article 5 de la Constitution et engageant les établissements publics eu, égard à la langue et la culture amazighes, ce qui est en mesure de “rassurer la société et les citoyens quant à la volonté politique de l’État”.

Partant de cette capacité juridique, le recteur de l’IRCAM a estimé que l’État s’engage à protéger et développer l’amazigh, et ce en rendant progressivement son enseignement obligatoire à tous les niveaux du système national d’éducation et de formation, et ce en fonction de la disponibilité des ressources financières et humaines et des équipements dans des périodes déterminées.

Il a fait valoir que la loi organique stipule non seulement la responsabilité des institutions en matière de promotion de la langue amazighe, mais met aussi l’accent sur la nécessité d’intégrer cette langue dans les domaines de l’enseignement, de l’information, de la communication, de la création culturelle et artistique, de la justice, de la législation, de la réglementation, de l’action parlementaire, ainsi que dans l’administration.

M. Boukous a souligné que l’approche juridique à elle seule ne suffit pas, mettant en avant l’action de sensibilisation des citoyens qui figure parmi les missions dévolues à l’État et ses institutions, en particulier l’école et les médias, outre la famille et la société. Cette action, estime-t-il, devrait être menée selon une approche efficace fondée sur la coordination et imprégnée des principes d’universalité et de modernité.

Abordant le rôle que joue l’IRCAM dans l’optimisation de la mise en œuvre de cette loi, M. Boukous a relevé que les tâches et prérogatives dévolues à l’Institut seront déterminées par la loi organique portant création du Conseil national des langues et de la culture marocaine, laquelle loi est à même de permettre à l’Institut d’élargir la base de ses acquis et réalisations scientifiques et d’intégrer de nouveaux chantiers pour apporter des réponses idoines aux défis à venir.

Depuis sa création, l’IRCAM œuvre conformément à une stratégie intégrée qui comprend des recherches pratiques dans l’objectif de promouvoir la langue et la culture amazighes, tout en assurant leur ouverture sur leurs environnements politique, économique, sociétal, culturel, juridique et environnemental, a-t-il assuré.

Pour ce faire, l’Institut a conclu des accords de partenariat avec des institutions et des organisations de la société civile actives dans le domaine de la promotion de la langue, de la culture et de la terre, a-t-il rappelé, faisant part de sa conviction que l’Institut demeurera fidèle à l’essence de cette stratégie et qu’il œuvrera à créer de nouvelles méthodes appropriées aux attentes des citoyens.

Lire aussi

Voie express Tiznit-Dakhla: “un projet titanesque à portée stratégique” (portail malien)

dimanche, 12 juillet, 2020 à 0:07

La construction en cours d’une voie express de plus de 1000 km entre Tiznit et Dakhla en passant par Laâyoune, est “un projet titanesque à portée stratégique notoire qui influera positivement sur les échanges humains, économiques et culturels entre le Royaume du Maroc et des pays comme la Mauritanie, le Sénégal ou le Mali”, écrit samedi le portail malien d’informations +Malijet+.

Décès du directeur général de Chada TV et Radio Chada FM Mohamed Hayak

dimanche, 12 juillet, 2020 à 0:03

Le directeur général de Chada TV et Radio Chada FM, Mohamed Hayak est décédé, vendredi à Casablanca, à l’âge de 66 ans, a-t-on appris auprès de sa famille.

Meknès: Des mesures d’urgence pour garantir l’approvisionnement continu de la ville en eau potable (ONEE)

dimanche, 12 juillet, 2020 à 0:02

L’Office national de l’électricité et de l’eau potable (ONEE) a annoncé samedi une série de mesures d’urgence pour garantir l’approvisionnement continu en eau potable de la ville de Meknès.