A Londres, les différentes cultures se rencontrent pour célébrer le Ramadan

A Londres, les différentes cultures se rencontrent pour célébrer le Ramadan

lundi, 13 mai, 2019 à 16:04

– Par Nabila Zourara

Londres – Comme dans toutes les capitales occidentales, le mois de Ramadan est célébré à Londres dans le respect de la différence et l’inter-culturalité. Pour la communauté musulmane, ce mois sacré vient offrir une bouffée de spiritualité qui dissipe l’effet du brouillard londonien et allège le poids de la nostalgie des proches et de la patrie.

Dans cette métropole de plus de 8 millions d’habitants, des milliers de Marocains, Syriens, Libanais, Pakistanais, malaisiens, Somaliens, Érythréens et Irakiens se réunissent pour faire la prière des Tarawih et partager des Iftars collectifs, dans une ambiance 100% melting-pot.

Mis à part le message d’unité, de coexistence, d’entraide et de dévotion que véhiculent ces fidèles lors de leur rassemblement à la mosquée Al-Manar à Londres, ce métissage culturel donne une image impressionnante d’une communion, qui reflète une parfaite fusion entre les différentes communautés, un échange culturel et traditionnel et un lien humain entre les individus. Bref, une incarnation à la lettre des valeurs concrètes de ce mois sacré.

Ces rencontres offrent aussi l’occasion d’apprendre les traditions et l’art culinaire de chaque pays, notamment ceux du Maroc.

Créé en mai 2001 au Nord de Kensington à l’Ouest de Londres, le centre Al-Manar pour le patrimoine islamique qui abrite ces Iftars collectifs, réunit chaque année environ 2.000 fidèles après la prière d’Al Ichaa.

“Ce chiffre pourrait atteindre jusqu’à 3.000 personnes durant les dix derniers jours de Ramadan”, selon le président du centre, Abdurahman Sayed.

“Ici, le chirurgien, le médecin, le chauffeur de taxi, le chômeur et l’étudiant se réunissent dans la même salle et partagent le même repas. C’est un sentiment solide de fraternité et d’unité islamique”, a déclaré M. Sayed à la MAP, faisant savoir que le centre abrite aussi des conférences religieuses et des orientations sociales après la prière d’Al Asr.

Bien que ce centre soit pionnier dans ses opérations de solidarité, il ne détient pas à lui seul l’exclusivité du mécénat. Plusieurs restaurants, libanais, pakistanais, et malaisiens entre autres, offrent des repas gratuits ou des réductions spéciales.

L’esprit du partage et de l’entraide est manifesté notamment auprès des jeunes, dont plusieurs se portent volontaires pour assurer le bon déroulement de ces rassemblements. Aussi, suite aux attaques terroristes ayant ciblé récemment la Nouvelle Zélande et le Sri Lanka, des jeunes se sont également portés volontaires pour assurer la sécurité de la mosquée.

“L’ambiance ramadanesque dans le centre est inédite. C’est une symbiose humaine et culturelle qu’on trouve nulle part”, a affirmé à la MAP, Altamush Khan, un jeune volontaire d’origine afghane, qui assure la sécurité de la mosquée avec une bande d’amis.

Shabbir, un quadragénaire du Bangladesh, employé dans le secteur des finances trouve dans ces repas collectifs une “occasion de retrouver les proches et de s’éloigner du stress quotidien”.

“A Londres, on vit dans un rythme infernal et on a rarement le temps de se réunir. Nous nous retrouvons dans cet espace pour jeûner, prier et manger ensemble, c’est exactement l’esprit de Ramadan”, a-t-il dit.

Pour Nadia, une marocaine originaire de la ville de Larache, qui se porte volontaire pour l’organisation des Iftars collectifs, ces rencontres sont surtout l’occasion de “faire connaître la culture marocaine et apprendre davantage sur celle des autres”.

Dans ce mélange culturel, le Maroc est également présent à travers la mission d’Imams et de prédicateurs envoyés par le ministère des Habous et des Affaires islamiques et la Fondation Hassan II pour les Marocains résidant à l’étranger.

Selon le consul général du Maroc au Royaume Uni, Khalid El Moujadidi, trois imams ont été déployés en Angleterre depuis le début du Ramadan, dont deux à Londres et un dans la ville de Leicester.

Dans cet esprit de partage qu’offre le mois de Ramadan, la cathédrale Saint-Paul de Londres a accueilli, mardi dernier pour la première fois de son histoire, un Iftar interconfessionnel.

Plus de 100 jeunes londoniens de diverses confessions se sont réunis, en présence de l’évêque de Londres, Sarah Mullaly et du maire de la ville, Sadiq Khan, pour échanger sur leurs fois respectives et célébrer la différence.

“En tant que ville, nous n’acceptons pas seulement la différence, mais nous la respectons, la célébrons et l’adoptons (..) le message que Londres envoie, c’est que nous allons construire des ponts plutôt que des murs”, avait souligné le maire de Londres à cette occasion.

L’islam est la deuxième religion en Grande Bretagne. Londres compte 12,4 % de musulmans, devancée par Manchester (15,8 %), Birmingham (21,8 %) et Bradford (24,7%).

Selon les résultats du recensement national de janvier 2016, la population musulmane en Grande Bretagne s’établit à 3.114.992 personnes, dont 3.046.607 vivent en Angleterre ou au Pays de Galles, alors que plus de 50% de cette population sont nés en dehors du Royaume Uni.

Lire aussi

Dakhla : Incinération de quantités importantes de stupéfiants, de cigarettes et de produits de la contrebande

vendredi, 19 juillet, 2019 à 22:02

Des quantités importantes de stupéfiants, de cigarettes et de produits de la contrebande, saisies par les services compétents au niveau de la région de Dakhla-Oued Eddahab, ont été incinérées, vendredi, sous la supervision d’une commission mixte composée de représentants du Parquet Général, des autorités publiques, de l’administration de la Douane, et de la protection civile.

L’Ambassadeur-représentant permanent du Maroc auprès de l’Unesco remet ses lettres de créance à Mme Audrey Azoulay

vendredi, 19 juillet, 2019 à 18:41

Le nouvel Ambassadeur-représentant permanent du Royaume du Maroc auprès de l’Organisation des Nations Unies pour l’Education, la Science et la Culture (Unesco), M. Samir Addahre, a remis, vendredi, ses lettres de créance à la Directrice générale de l’Unesco, Mme Audrey Azoulay.

Conseil supérieur du pouvoir judiciaire: La nouvelle promotion de conservateurs judiciaires et d’ingénieurs prête serment

vendredi, 19 juillet, 2019 à 18:38

La nouvelle promotion de conservateurs judiciaires et d’ingénieurs affectée au Conseil supérieur du pouvoir judiciaire a prêté serment, jeudi à Rabat, devant la Cour de cassation, lors d’une séance présidée par le président délégué du Conseil, Mustapha Fares.