Maroc-Gabon : Une excellente relation politique qui se reflète sur le plan économique

Maroc-Gabon : Une excellente relation politique qui se reflète sur le plan économique

jeudi, 16 juillet, 2020 à 11:33

Par Jalal Chouhani

Libreville – Le Maroc et le Gabon entretiennent depuis de longue date une excellente relation politique qui s’est reflétée sur le plan économique comme en témoignent la forte présence des entreprises marocaines en terre gabonaise avec des investissements couvrant les secteurs les plus stratégiques.

Cette relation d’exception dont les bases ont été fondées par Feus SM Hassan II et le président Omar Bongo Ondimba s’est renforcée davantage sous l’impulsion de SM le Roi Mohammed VI, un panafricaniste dans l’âme, et le président Ali Bongo Ondimba, deux leaders ayant pour point commun, la volonté d’ériger l’Afrique en un pôle d’émergence qui rivalise avec les autres continents du globe.

Partant du fait que toute action commune ou multilatérale africaine ne peut être efficace et agissante sans une base bilatérale solide, le Maroc sous le leadership de SM le Roi a fait de la coopération sud-sud solidaire et mutuellement bénéfique avec tous les pays du continent son cheval de bataille. Les relations entre Rabat et Libreville constituent une illustration éloquente de ce modèle, conçu et traduit dans les actes par le Souverain.

Diplomatie équilibré basée sur le respect de la souveraineté des Etats et la non-ingérence dans les affaires intérieures des pays, solidarité et convergence de point de vue sur les grandes questions internationales, sont autant d’atouts qui constituent aux côtés d’une amitié sans faille entre les dirigeants des deux pays, le ciment de cette relation d’exception.

L’un des actes de cette relation d’exception est l’ouverture en janvier dernier d’un consulat général du Gabon à Laâyoune. A cette occasion, le ministre gabonais des Affaires étrangères, Alain-Claude Bilie-By-Nze avait souligné que l’ouverture de ce consulat témoigne du soutien ferme du peuple et du gouvernement gabonais à la marocanité du Sahara, affirmant que le Gabon va continuer à travailler avec le Maroc sur d’autres sujets qui s’inscrivent “dans une dynamique de renforcement de notre coopération et des liens fraternels qui existent entre nos deux pays”.

Le chef de la diplomatie gabonaise n’a pas manqué de saisir cette opportunité pour inviter la communauté gabonaise à s’installer dans les provinces du Sud du Royaume pour bénéficier des formations dans les domaines de la pêche maritime, du tourisme, des énergies renouvelables et des bâtiments.

A ce lien politique fort s’ajoute une coopération économique dense, impulsée par le Souverain, défenseur de la doctrine de l’Afrique doit faire confiance à l’Afrique.

Ainsi, nombre d’entreprises marocaines ont investi dans différents pans de l’économie gabonaise tels le secteur bancaire et des assurances, les télécoms, les mines, les infrastructures, le transport et le BTP. Des investissements qui permettent d’une part d’enrichir le tissu économique local et, d’autre part, favoriser le partage du savoir-faire et de l’expertise accumulés par les entreprises marocaines dans plusieurs domaines d’activités.

La relation entre le Maroc et le Gabon est un exemple concret de la clairvoyance de la diplomatie royale, oeuvrant toujours à densifier les rapports avec les pays pour qu’ils dépassent l’aspect politique et couvrent tous les domaines économiques, culturels, religieux et autres.

Lire aussi

Le Serbe Zoran Manojlović nouvel entraîneur du Moghreb Athlétic de Tétouan

mercredi, 23 septembre, 2020 à 14:04

L’entraîneur serbe Zoran Manojlović a signé un contrat avec le club de football Moghreb Athlétic de Tétouan pour assurer la mission de superviseur général de l’équipe durant les matchs restants de la Botola Pro D1 au titre de 2019-2020, puis le poste d’entraîneur de l’équipe pour la saison sportive 2020-2021.

Rentrée politique sur fond de pandémie et de remue-ménage au parlement

mercredi, 23 septembre, 2020 à 13:07

L’Italie entame sa rentrée politique dans un contexte marqué par une réforme réduisant le nombre des parlementaires à la suite d’un référendum controversé, couplée à un agenda économique qui pose de sérieux défis au gouvernement italien, sur fond de répercussions désastreuses de l’épidémie de coronavirus sur les secteurs vitaux du pays.

L’art culinaire marocain entre souci de valorisation et risque d’aliénation

mercredi, 23 septembre, 2020 à 12:16

Avec le foisonnement des chaînes de télévision spécialisées et des apprentis-sorciers sur divers supports numériques, la gastronomie marocaine, dont la renommée s’étend au-delà des frontières de par la qualité légendaire de ses mets, se trouve confrontée à un défi de taille consistant en la préservation de son cachet authentique et la lutte contre les risques d’aliénation identitaire, tout en s’ouvrant positivement sur les influences venues d’ailleurs et pouvant enrichir ce précieux patrimoine.