Métiers des énergies renouvelables : le Maroc se dote d’Instituts de formation à la mesure de ses ambitions

Métiers des énergies renouvelables : le Maroc se dote d’Instituts de formation à la mesure de ses ambitions

lundi, 30 novembre, 2015 à 10:59

Rabat – La stratégie énergétique nationale visant à réduire la dépendance du Maroc aux énergies conventionnelles s’appuie sur une approche intégrée qui place la formation de l’élément humain au centre de sa démarche pour accompagner les grands projets d’infrastructures énergétiques.

Lancée en 2009, la stratégie nationale énergétique ambitionne, à travers le développement de projets d’énergies solaire et éolienne, d’atteindre 42 pc de la puissance installée à base d’énergie renouvelable en 2020 (hydraulique : 2000 MW, solaire : 2000 MW et éolien : 2000 MW) et de limiter les émissions des gaz à effet de serre.

A grande ambition, grands moyens: le Royaume investit des milliards de dirhams pour la réalisation de mégaprojets dans les domaines liés notamment aux énergies solaire et éolienne, comme en témoignent les projets énergétiques indépendants NOOR II et NOOR III représentant la 2e phase du complexe solaire NOOR de Ouarzazate, et le programme intégré de l’énergie éolienne qui prévoit la réalisation à l’horizon 2020 de plusieurs parcs éoliens.

Pour accompagner ces projets grandioses, une convention de partenariat a été signée, le 31 mai 2011, sous la présidence de SM le Roi Mohammed VI, entre l’Etat et les professionnels du secteur des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique.

Cette convention porte sur la mise en place et la gestion de trois Instituts de formation aux métiers des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique (IFMEREE) à Oujda (déjà construit et équipé), Ouarzazate et Tanger.

Le coup d’envoi des travaux de réalisation du futur IFMEREE de Tanger a été donné, en septembre dernier à la commune urbaine Gueznaya (préfecture de Tanger-Assilah), par SM le Roi Mohammed VI et le Président de l’Etat Français, François Hollande.

Mobilisant des investissements de l’ordre de 285 millions dirhams, les trois IFMEREE ont pour mission, entre autres, la formation des opérateurs, des techniciens et des cadres intermédiaires dans des métiers ayant trait aux énergies renouvelables et à l’efficacité énergétique, notamment la maintenance et l’exploitation des parcs éoliens, l’installation et la maintenance du matériel solaire, thermique et photovoltaïque, la maintenance et l’exploitation de l’électricité solaire thermodynamique et la valorisation et l’exploitation de gisement de biogaz.

Ils sont chargés également d’assurer des formations pré-embauche et à l’embauche, ainsi que des parcours de formation en cours d’emploi, en vue de répondre aux besoins en compétences des entreprises du secteur.

Bénéficiant de l’autonomie de gestion, les IFMEREE, qui se singularisent par leur conception et leur mode de gestion, veulent s’ériger en référence régionale en matière de formation dans le secteur et devenir une vitrine technologique.

La mise en place du réseau des IFMEREE est le fruit d’un partenariat entre, d’une part, le ministère de l’Education nationale et de la formation professionnelle, le ministère de l’Energie, des mines, de l’eau et de l’environnement, le ministère de l’Economie et des finances, l’Agence marocaine de l’énergie solaire (MASEN), l’Office national de l’électricité et de l’eau potable (ONEE), l’Agence nationale pour le développement des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique (ADEREE), la Fédération des industries métallurgiques mécaniques et électromécaniques (FIMME), la Fédération nationale de l’électricité, de l’électronique et des énergies renouvelables (FENELEC), et d’autre part, l’Union européenne, l’Agence française de développement et Deutsche Gersellschaft Fur Internationale Zusammenarbeit (GIZ).

Partant du souci d’assurer plein succès à ces structures, la gestion des Instituts de formation aux métiers des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique est confiée aux professionnels du secteur (MASEN, ONEE, ADEREE, FENELEC et FIMME) qui se sont constitués en une société de droit privé “IFMEREE-SA”.

La 21ème session de la Conférence des parties à la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (COP21), qui se tient du 30 novembre au 11 décembre à Paris, est l’occasion pour le Maroc, pays hôte en 2016 de la COP22 à Marrakech, de mettre en avant ses efforts en matière de promotion des énergies propres et de plaider pour une action solidaire et forte en faveur du climat sur la base de l’Appel de Tanger, lancé le 20 septembre 2015 par SM le Roi Mohammed VI et le Président de l’Etat Français, François Hollande.

L’Appel de Tanger est une sonnette d’alarme quant à l’urgence d’entreprendre une action solidaire et forte en faveur du climat et la nécessité d’agir ”vite, bien et collectivement” pour amplifier la lutte contre le dérèglement climatique.

Lire aussi

Entreprises: La Caravane 2021 des 500, du 26 octobre au 05 novembre

lundi, 20 septembre, 2021 à 16:33

La prochaine édition de la Caravane annuelle des 500 se tiendra du 26 octobre au 5 novembre, sous le thème “Les grandes entreprises et leur effet d’énergie sur l’économie”.

L’IPC en hausse de 0,8% en août 2021 (HCP)

lundi, 20 septembre, 2021 à 16:25

L’indice des prix à la consommation (IPC) a enregistré une hausse de 0,8% au cours du mois d’août 2021, comparé au même mois de l’année dernière

Rénovation des laboratoires de l’AIEA pour les applications nucléaires (ReNuAl+) : Remise au Maroc d’une plaque en tant que contributeur au projet

lundi, 20 septembre, 2021 à 16:19

Le directeur général de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), Rafael Mariano Grossi, a organisé, lundi, après la première session de la 65e Conférence Générale de l’AIEA, une cérémonie de remise de plaques aux pays ayant contribué au projet pour la rénovation des laboratoires de l’AIEA pour les applications nucléaires, dont le Maroc