• Accueil
Nouveau revers pour le polisario en Espagne : La Cour suprême interdit l’usage de son fanion dans la sphère publique

Nouveau revers pour le polisario en Espagne : La Cour suprême interdit l’usage de son fanion dans la sphère publique

mardi, 2 juin, 2020 à 21:08

Madrid – Nouveau revers pour le polisario et ses mentors en Espagne. La justice du pays ibérique a infligé un nouveau coup dur aux séparatistes en interdisant l’usage de leur fanion dans la sphère publique.

La Cour suprême espagnole, plus haute instance judiciaire du pays, a mis son veto à l’utilisation, occasionnelle ou permanente, de drapeaux “non officiels” ou de toute expression politique à l’intérieur comme à l’extérieur des édifices publics.

Cette décision de justice constitue un nouveau revers pour le polisario qui perd de plus en plus du terrain en Espagne.

Selon le texte, l’utilisation de drapeaux, fanions ou symboles non officiels, comme celui des séparatistes du polisario, dans les édifices et les espaces publics n’est pas “compatible avec le cadre constitutionnel et juridique actuel” ou avec le “devoir d’objectivité et de neutralité des administrations” espagnoles.

Que ce soit occasionnellement ou de manière permanente, le fanion du polisario ne doit pas coexister “avec le drapeau de l’Espagne et les autres légalement ou statutairement institués”, souligne l’arrêt de la Cour suprême qui met fin à une anomalie des plus étranges dans un pays démocratique comme l’Espagne.

Ce revers cinglant pour le polisario en Espagne intervient quelques jours après le camouflet magistral essuyé par les séparatistes fin mai dernier à l’occasion de la journée de l’Afrique.

En effet, la ministre espagnole des Affaires étrangères, de l’Union Européenne et de la Coopération, Arancha González Laya, avait à cette occasion publié sur le compte Twitter de son département une carte de l’Afrique avec les drapeaux de tous les Etats membres officiels de l’Union africaine à l’exception de celui de la pseudo “rasd”.

L’Espagne, qui a balayé pour la première fois en septembre dernier devant l’Assemblée générale de l’ONU toute référence au “référendum d’autodétermination” et défendu la centralité du rôle de l’ONU dans le processus de règlement politique de la question du Sahara marocain, vient d’asséner un nouveau coup dur au polisario qui se trouve de plus en plus isolé.

Lire aussi

Sahara marocain : Une partie de la société civile espagnole adopte une position guidée plutôt par “les préjugés que par la raison” (académicien espagnol)

dimanche, 28 février, 2021 à 21:30

Peu informée de la réalité du conflit autour du Sahara marocain, une partie de la société espagnole adopte toujours une position guidée plutôt par «les contrevérités, le mensonge et l’émotion que par la raison », souligne l’académicien et sociologue espagnol, Rafael Esparza Machin.

Le Club des dirigeants Maroc prospecte les opportunités d’investissement dans la région de Dakhla-Oued Eddahab

dimanche, 28 février, 2021 à 21:09

Une délégation du Club des dirigeants Maroc (CDD), une structure qui regroupe plusieurs hommes d’affaires, a effectué, du 25 au 27 février, une mission de prospection des opportunités d’investissement et d’affaires dans la région Dakhla-Oued Eddahab.

Sahara: Des acteurs de la société civile latino-américains et africains soulignent dans une lettre adressée au président US l’importance de soutenir l’initiative d’autonomie

dimanche, 28 février, 2021 à 18:45

Des acteurs de la société civile latino-américains et africains ont souligné l’importance de soutenir l’initiative marocaine d’autonomie en tant que mécanisme sérieux, crédible et objectif et comme la seule base pour parvenir à une solution juste et durable au conflit artificiel autour du Sahara marocain.