PDG de l’IGD : Le Maroc, bien placé pour jouer le rôle de locomotive de croissance économique en Afrique subsaharienne

PDG de l’IGD : Le Maroc, bien placé pour jouer le rôle de locomotive de croissance économique en Afrique subsaharienne

mercredi, 3 juin, 2015 à 14:00

Abdelghani AOUIFIA
Le Cap – Le Maroc, de par sa stabilité politique, son niveau de développement et sa position stratégique, est bien placé pour jouer le rôle de locomotive de croissance économique en Afrique subsaharienne, a confié à la MAP, M. Mima Nedelcovych, président directeur général (PDG) de l’Initiative for Global Development (IGD).
Sous la conduite de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, le Maroc a su gérer avec clairvoyance la période d’instabilité dans son voisinage arabe et nord africain pour renforcer sa marche vers l’ancrage de la pratique démocratique et le renforcement du développement économique, a indiqué M. Nedelcovych, soulignant que le Royaume a pu réaliser durant les dernières années d’importants progrès dans de nombreux secteurs dont ceux des infrastructures, de la logistique et des services financiers.
Il s’agit là de secteurs clefs pour l’Afrique, un continent dans lequel les compagnies marocaines ne cessent de renforcer leur présence, fortes en cela par leur savoir-faire et leur force de pénétration, a fait observer le responsable, qui s’exprimait à l’occasion de la tenue du 31 mai au 2 juin dans la ville sud-africaine du Cap, du Frontier 100 Forum de l’IGD avec la participation de trois groupes marocains.
La position géostratégique du Maroc à la croisée des chemins entre l’Europe, le monde arabe et l’Afrique plaident aussi en faveur de cette présence remarquée et appréciée du Royaume en Afrique, un continent qui demeure le prolongement naturel du Maroc, a-t-il dit.
Le savoir-faire acquis par les compagnies marocaines est très utile pour le développement de l’Afrique, a-t-il encore dit, citant notamment les secteurs des services financiers, du BTP, du logement et de l’énergie.
Le Maroc a un rôle de leader à jouer en Afrique subsaharienne dans bien d’autres secteurs dont le transport aérien avec la présence de plus en plus forte de la Royal Air Maroc sur le continent, a-t-il dit.
Le secteur agricole demeure aussi un secteur où le Maroc peut percer en Afrique et faire bénéficier les partenaires africains de ses acquis, à la faveur de l’expérience acquise grâce au Plan Maroc Vert.
Le PDG de l’IGD n’a pas manqué de relever l’importance stratégique de la tournée qu’effectue actuellement Sa Majesté le Roi en Afrique. Il a notamment souligné la dimension humaine que le Souverain accorde à Ses déplacement en Afrique, un continent qui occupe une place prioritaire dans la diplomatie Royale.
Il a mis en avant, dans ce contexte, l’importance des projets sociaux lancés par le Souverain dans les pays africains, témoignant de l’importance qu’occupe l’élément humain dans toute stratégie de développement.
Outre les liens économiques étoffés du Maroc avec les pays européens, l’accord de libre-échange liant le Royaume aux Etats-Unis donne au Royaume un avantage compétitif supplémentaire dans ses efforts de renforcer ses relations de coopération économiques avec les pays africains, a encore dit M. Nedelcovych, soulignant que les compagnies marocaines et américaines peuvent s’engager dans des partenariats pour le développement en Afrique.
M. Nedelcovych s’est, d’autre part, dit satisfait de la participation d’entreprises et groupes leaders du Maroc au “Frontier 100 Forum IGD” du Cap.
Les participants à ce conclave ont eu l’occasion, a-t-il dit, de suivre des interventions intéressantes sur les progrès remarquables réalisés par le Maroc dans des domaines aussi importants que ceux de la logistique, de l’énergie, des services financiers et de l’industrie.
En effet, le Forum du Cap a été l’occasion de présenter des exposés exhaustifs sur l’expérience marocaine dans le domaine de la construction de villes logistiques intégrées (une première en Afrique), la production privée de l’électricité et les services financiers à la lumière de la mise en place d’un hub financier international à Casablanca.
La délégation marocaine lors du forum du Cap comprenait des dirigeants du groupe Attijariwafa bank, Maghreb Industries et Zinafrik Development.
Le conclave, qui a réuni des directeurs exécutifs et présidents d’entreprises africaines et internationales de renom, a examiné les principaux défis liés au développement en Afrique, dont la réduction de la pauvreté et la stimulation de la croissance économique et les investissements générateurs d’emplois.
Constituée d’un réseau de dirigeants de compagnies opérant dans des secteurs à fort potentiel de croissance, L’IGD s’assigne comme objectif la lutte contre la pauvreté à travers la promotion de la croissance stratégique et l’investissement notamment en Afrique.
Le Forum se tient deux fois par an aux Etats Unis et en Afrique
L’IGD dispose d’un réseau solide au Maroc à travers la participation de plusieurs compagnies marocaines, dont Attijariwafa Bank, BMCE Bank-Bank of Africa, les eaux minérales d’Oulmès, Maghreb Industries, OCP Group, et Zinafrik Holding.
La présidente de la CGEM, Miriem Bensalah-Chaqroun, siège au Conseil d’administration de l’IGD.

Lire aussi

C’est quoi le crowdfunding? un spécialiste répond

mercredi, 5 août, 2020 à 14:17

Très en vogue depuis quelques années, le crowdfunding ou financement collaboratif est devenu un mode de financement de plus en plus prisé à travers le monde et représente une alternative innovante aux sources de financement traditionnelles.

Essaouira : Session de formation sur “les Lifeskills” au profit de cadres et de fonctionnaires de la Commune

mercredi, 5 août, 2020 à 14:05

Une session de formation sur les “Lifeskills” est organisée, du 4 au 7 août, au profit de cadres et de fonctionnaires de la Commune d’Essaouira, avec pour objectif de renforcer leurs capacités et compétences professionnelles.

Le CCM prolonge les délais pour le dépôt des demandes de soutien au titre de la 2è session de 2020

mercredi, 5 août, 2020 à 13:45

Le Centre cinématographique marocain (CCM) a annoncé mercredi une nouvelle prolongation des délais pour le dépôt des demandes de soutien, au profit des sociétés de production cinématographique et audiovisuelle, au titre de la 2è session de l’exercice 2020.