Le suicide dans la ligne de mire de la Journée de la santé mentale

Le suicide dans la ligne de mire de la Journée de la santé mentale

mercredi, 9 octobre, 2019 à 13:06

 

.-Par Fadwa EL GHAZI-.
Rabat – Célébrée le 10 octobre de chaque année, la journée mondiale de la santé mentale constitue une occasion idoine pour sensibiliser l’opinion publique en faveur de ces maladies et pour conjuguer les efforts pour la prévention.

En 2019, la célébration de cette journée internationale met l’accent sur la prévention du suicide. Et pour cause, près de 800.000 personnes mettent fin à leurs vies. Le suicide, qui touche des personnes de tous âges et de toutes catégories socio-professionnelles, est la deuxième cause de décès dans le monde parmi les 15-29 ans.

“A l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), nous accordons une très grande importance à la prévention du suicide. C’est pourquoi, cette année, le 10 octobre, la journée mondiale de la santé mentale sera consacrée à ce thème”, indique Dévora Kestel, directrice du département santé mentale et abus de substances psychoactives dans un message vidéo publié, à cette occasion, sur le site web de l’OMS.

La Journée mondiale de la santé mentale 2019 est l’occasion pour lutter contre la stigmatisation afin que davantage de personnes se sentent capables de demander de l’aide.

“Nous profiterons de cette occasion pour sensibiliser à ces problème très graves et malheureusement si souvent négligés du suicide”, a-t-elle dit, ajoutant que “toutes les 40 secondes, une personne met fin à ses jours. Cela veut dire que nous perdons 800.000 vies chaque année. Et chaque perte est une tragédie indescriptible pour la personne qui a perdu la vie tout comme pour tous ceux qui restent, les amis, la famille, les collègues et les membres de la communauté qui ne reçoivent souvent le soutien dont ils ont besoin”.

“Le suicide est la deuxième cause de décès des 15/29 ans”, a avancé Mme Kestel, appelant tous les intervenants à redoubler d’efforts pour donner aux personnes suicidaires des mécanismes d’adaptation pour relever les défis qu’ils rencontrent à l’école, à l’université ou encore au travail.

“Nous devons aussi à veiller à ce qu’ils aient accès au soutien nécessaire au moment voulu”, a martelé la responsable onusienne, soulignant que le suicide peut toucher n’importe qui n’importe où et contrairement aux idées reçues, ces problèmes ne touchent pas seulement les pays à revenus élevés, “près de 80% de ces actes surviennent dans des pays à revenus faibles ou intermédiaires où l’on manque de ressources pour recenser et soutenir ces personnes”.

Il est devenu impératif de renforcer les systèmes de santé mentale et de soins dans tous les milieux. “Pour chaque suicide, on compte 20 tentatives. Les personnes qui survivent à une première tentative risquent de recommencer. Il donc faut leur apporter un soutien constant”, a-t-elle tenu à préciser.

Heureusement, le suicide est évitable, “nous savons ce qui peut les aider”, a dit la responsable onusienne, en détaillant différentes interventions en vue de prévenir le suicide.

Elle a ainsi relevé que quatre interventions clés contribuent à éviter le suicide notamment la réduction de l’accès aux moyens de se suicider, la dissémination de messages porteurs de motifs d’espoir par les médias, l’octroi d’une aide aux jeunes pour obtenir les compétences nécessaires face aux difficultés de la vie ainsi que l’identification, le plus tôt possible, des risques de suicide afin d’apporter le soutien nécessaire.

Le suicide n’épargne aucune région ni aucune tranche d’âge mais il est évitable si les personnes aux idées suicidaires sont prises en charge grâce notamment à des stratégies globales de prévention du suicide selon une approche multi-sectorielle de la santé publique.

Lire aussi

Vernissage de “C’était en 2040”, une exposition de Moulay Tayeb El Alaoui et sa fille Ikram El Alaoui

samedi, 19 octobre, 2019 à 21:25

Le vernissage de “C’était en 2040”, une exposition de deux artistes peintres, Moulay Tayeb El Alaoui et sa fille Ikram El Alaoui, a eu lieu samedi au Royal Golf de Dar Es-Salam à Rabat, en présence d’une pléiade de personnalités du monde culturel et artistique.

Débat sur la place du cheval dans les écosystèmes marocains

samedi, 19 octobre, 2019 à 18:51

La place du cheval dans les écosystèmes marocains a été, vendredi, au cœur d’un riche débat, qui a mis en exergue la dimension culturelle de l’élevage de cette noble créature chez une bonne partie de la société, en marge de la 12ème édition du Salon du cheval d’El Jadida.

Des experts à Tanger pour discuter des moyens de prévention de l’usage des drogues

samedi, 19 octobre, 2019 à 18:09

Des experts se sont penchés, samedi à Tanger, sur les différents moyens de prévention de l’usage des drogues, lors de la 2ème édition du Congrès sur l’addictologie.