3 à 7 ans de prison ferme à l’encontre de mis en cause dans une affaire liée au terrorisme

3 à 7 ans de prison ferme à l’encontre de mis en cause dans une affaire liée au terrorisme

vendredi, 23 février, 2018 à 20:08

Salé – La Chambre criminelle de première instance chargée des affaires du terrorisme près l’annexe de la Cour d’appel à Salé a prononcé, jeudi, des peines allant de trois à sept ans de prison ferme à l’encontre d’accusés poursuivis pour “incitation et recrutement de jeunes pour le jihad en Syrie et en Irak”.

Ainsi, quatre accusés ont été condamnés à sept ans de prison chacun, un à cinq ans de prison, un autre à quatre ans de prison, alors que le dernier a écopé de trois ans de prison, pour “formation d’une bande en vue de préparer et commettre des actes terroristes, incitation et apologie d’une organisation terroriste”.

Le ministère public avait requis la peine maximum contre les accusés reconnus coupables suite à leurs aveux lors de l’enquête préliminaire et à l’expertise menée sur le dossier, tandis que la défense a plaidé l’innocence de ses clients.

Lire aussi

Ouverture à New York de la 73è session de l’Assemblée générale de l’ONU

mardi, 18 septembre, 2018 à 21:44

La présidente de l’AG, Maria Fernanda Espinosa, a ainsi donné le coup d’envoi officiel de cette 73è session.

Des experts examinent à Rabat les moyens de soutenir les ressources durables en eau et de réduire la pollution marine

mardi, 18 septembre, 2018 à 21:09

Des experts internationaux et des représentants des établissements publics étaient en conclave, mardi à Rabat, pour discuter des moyens de promouvoir les ressources durables en eau et de contribuer à la réduction de la pollution marine, dans le cadre du soutien européen au Maroc dans sa transition vers une économie plus verte.

L’amendement de certains articles du Code de la procédure pénale et du Code pénal vise à combler les vides juridiques en matière de spoliation foncière

mardi, 18 septembre, 2018 à 20:31

Les deux projets de loi portant amendement de certains articles du Code de la procédure pénale et du Code pénal visent à combler les vides juridiques constatés en matière de spoliation foncière, a affirmé, mardi à Rabat, le ministre de la Justice, Mohamed Aujjar.