Achat du mouton d’Al Aïd sur le net, une pratique en devenir appelée à un grand avenir

Achat du mouton d’Al Aïd sur le net, une pratique en devenir appelée à un grand avenir

vendredi, 9 août, 2019 à 13:02

.-Par Aziz Rami-.

Rabat-A l’ère du digital, la numérisation envahissante englobe tout ou presque. Une bonne partie des achats des Marocains sont désormais à portée de clic. Et en cette période de Fête du sacrifice, le mouton de l’Aid El Kébir s’invite timidement, mais sûrement, à la sphère virtuelle. Mais si la tendance d’acquérir son mouton sur la Toile s’affirme d’année en année, elle est loin de représenter un engouement général.

Avec les contraintes d’une vie toujours plus moderne, plus animée, occidentalisée dans certains cas, une frange de Marocains, certes minoritaire, s’adonne davantage à l’achat de l’agneau du sacrifice sur Internet.

Fonctionnaires, chefs d’entreprises, employés du secteur privé, ou simplement des gens n’ayant plus le goût de se faire bousculer dans les souks aménagés pour la circonstance, ils sont de plus en plus nombreux à opter pour l’achat du hawli sur le net, conciliant, tant par commodité que par flemme, le traditionnel et l’électronique.

Pour ce faire, ils recourent aux sites des petites annonces, où la vente du mouton de l’Aid prend de l’ampleur au fil des années. Les éleveurs avertis prennent ces sites d’assaut dès l’arrivée de la “saison de l’Aïd”, soit approximativement dix jours avant le jour J, qui tombera le 12 août cette année.

“Cette méthode est d’autant plus convenable pour les acheteurs que pour nous, vendeurs”, affirme Ahmed Fouad, éleveur d’ovidés dans une ferme de la banlieue de Rabat, qui propose des moutons majoritairement des fameuses races sardi et bergui, qui jouissent d’une notoriété remarquée auprès des Marocains.

En plus, Ahmed propose à ses clients la livraison à domicile du mouton, “qui peut s’effectuer la veille, voire le jour de l’Aid”. Le vendeur exige, par contre, une avance de 20 à 25% sur le montant total de l’agneau, “pour s’assurer du sérieux de l’acheteur”.

Il nous assure que pour l’alimentation de ses ovidés, le fourrage utilisé est “entièrement bio”. Il affirme que même le grammage des matières servant d’alimentation aux animaux est fixé par les ingénieurs de l’Institut agronomique et vétérinaire Hassan II de Rabat.

Si les clients d’Ahmed ne se comptent pas par centaines, la majorité étant des habitués de sa ferme, il se félicite que ses consommateurs assidus et satisfaits sont la meilleure publicité pour son activité. “Ce sont eux qui ramènent chaque année des nouveaux clients souhaitant se défaire du fardeau de la recherche du mouton”, se réjouit-il.

Samir Talbi est l’un de ces Marocains devenus au fil des années des adeptes du net pour cet exercice annuel. “L’achat sur la Toile m’épargne la tâche ardue de l’achat du mouton, avec tout son cortège de recherche, de vérification et de marchandage”, indique ce fonctionnaire quadragénaire rbati.

Samir, qui s’est habitué de ce moyen d’achat depuis “plusieurs années”, assure avoir confiance en son fournisseur quant à la qualité de la nourriture fournie à l’animal, “mais aussi par rapport au prix, généralement aligné, soit légèrement inférieur au prix de marché”.

Plus à l’est de Rabat, près de Tiflet, Fouzia propose des moutons “cent pour cent bio”. Propriétaire d’une ferme exerçant dans le domaine depuis une dizaine d’année, Fouzia s’est aventurée cette année, pour la première fois, dans la vente sur le net. Elle reste optimiste quant à l’avenir de ce créneau.

“Nous avons reçu énormément de demandes tant par des clients habituels que par de nouveaux consommateurs”, s’est-elle félicité, notant que même si elle n’offre qu’un service à minima ne comprenant pas de livraison à domicile, “nombreux sont ceux qui réservent leurs animaux, qu’ils récupèreront la veille de l’Aid”.

Si cette nouvelle tendance peine à réussir un décollage fulgurant, en raison des traditions et d’une méfiance résiduelle à l’égard de l’achat sur internet, elle semble destinée à s’installer sur le long terme dans la culture et les mentalités, tant les mutations de la société s’annoncent fortes et inévitables.

Lire aussi

Meknès: Atelier mi-parcours du programme de la coopération triangulaire sud-sud

samedi, 14 décembre, 2019 à 9:02

L’agropôle de Meknès a abrité, vendredi, l’atelier mi-parcours du programme de la coopération triangulaire sud-sud (CTSS), avec pour objectif d’évaluer les réalisations accomplies depuis son lancement.

M. Akhannouch s’enquiert de projets agricoles au niveau de la province de Taourirt

vendredi, 13 décembre, 2019 à 23:55

Le ministre de l’Agriculture, de la Pêche maritime, du Développement rural et des Eaux et Forêts, Aziz Akhannouch, a effectué, vendredi, des visites de terrain pour s’enquérir de projets agricoles au niveau de la province de Taourirt.

Rabat: “Création d’au delà des murs ou quand l’art libère”, une exposition à la découverte de la créativité chez les détenus marocain

vendredi, 13 décembre, 2019 à 21:21

A l’occasion de la journée nationale des détenus, une exposition artistique intitulée : “Créations d’au delà des murs ou quand l’art libère” a été organisée, vendredi au Musée de Bank Al-Maghrib à Rabat, en présence de plusieurs artistes peintres incarcérés.