Avortement d’une tentative d’entrée massive d’environ 250 subsahariens au préside occupé de Sebta

Avortement d’une tentative d’entrée massive d’environ 250 subsahariens au préside occupé de Sebta

vendredi, 17 février, 2017 à 12:36

 

M’diq – Une tentative d’entrée massive d’environ 250 immigrés clandestins subsahariens au préside occupé de Sebta, à travers Oued Lakhlout, a été avortée dans les premières heures de ce vendredi, ont indiqué les autorités locales de M’diq-Fnideq.

La tentative a fait 10 blessés parmi les forces de l’ordre et 20 parmi les immigrés clandestins qui ont été évacués à l’hôpital de la ville de Fnideq pour recevoir les soins nécessaires, ajoutent les mêmes sources.

Cette tentative avortée par les forces de l’ordre a permis l’arrestation de 110 immigrés clandestins qui ont été déférés aux services compétents de la police pour enquête, a-t-on précisé de mêmes sources.

Et de rappeler que le ministère de l’Intérieur avait indiqué que les tentatives d’immigration illégales, contraires aux règlements en vigueur au Maroc, exposent leurs auteurs à des poursuites judiciaires et des jugements qui peuvent aller, selon chaque cas, de l’expulsion en dehors du territoire du Royaume à des peines selon la gravité de leurs actes.

Lire aussi

Le doyen du corps diplomatique africain au Maroc met en avant la contribution du Royaume dans l’émergence de l’Afrique

jeudi, 24 mai, 2018 à 19:56

Le diplomate africain a appelé les pays africains à se concentrer sur la meilleure façon d’utiliser leurs budgets limités pour optimiser les rendements économiques et sociaux.

Le Centre d’addictologie du quartier Sidi Moumen, le neuvième du genre au niveau du Royaume

jeudi, 24 mai, 2018 à 18:57

L’action du Centre se fonde sur une approche participative intégrée, a-t-il ajouté, faisant observer que le nouveau centre offre des prestations à la fois médicales et sociales.

Colombie: la paix au cœur des enjeux de l’élection présidentielle

jeudi, 24 mai, 2018 à 15:20

La poursuite de la mise en œuvre de cet accord qui engage l’Etat colombien, et en vertu duquel les Farc ont abandonné la lutte armée, dépend en grande partie du bon vouloir du prochain locataire de la Casa de Nariño (Palais présidentiel).