Casablanca : 3ème conférence de l’association de Médecine addictive et pathologies associées autour de la crise sanitaire et santé mentale

Casablanca : 3ème conférence de l’association de Médecine addictive et pathologies associées autour de la crise sanitaire et santé mentale

samedi, 27 novembre, 2021 à 21:42

Casablanca – “Crise sanitaire et santé mentale: Quelle réduction des risques ?” a été la thématique centrale d’une conférence organisée, samedi à Casablanca, par l’Association de Médecine addictive et pathologies associées (MAPA).

Lors de cette 3ème conférence de la MAPA, différents intervenants, notamment des médecins, enseignants universitaires, économistes, sociologues et acteurs opérant dans le domaine des maladies mentales, ont apporté des regards croisés sur le sujet.

Imane Kendili, psychiatre, addictologue, présidente de la MAPA et vice-présidente du CARS (Centre africain de recherche en santé), a indiqué à cette occasion que l’association, avec plusieurs sociétés médicales et autres partenaires et la contribution de spécialistes, organise cette 3ème conférence internationale pour réfléchir ensemble sur la santé mentale et la Covid-19, ainsi que la protection sociale, la prévention et la réduction de risques.

Elle a, dans ce cadre, fait état de la mise en place d’un observatoire de la santé psycho-sociale en Afrique destiné à réfléchir à la santé de manière coordonnée au Maroc, par le Maroc et à travers le Maroc dans toute l’Afrique et la région MENA, ajoutant que la Covid a révélé l’importance des mesures de prévention qui permettent de réduire les risques de contamination.

Mme Kendili, qui intervenait dans le cadre de la deuxième table ronde intitulée: “Santé Mentale : Réalités pandémiques et protection sociale”, a souligné que la Covid a poussé à repenser le concept santé.

Dans son intervention sur la “prévention, cessation et réduction des risques : Tabac et Sucre – rédaction d’un guide santé”, Mme Kendili a fait remarquer que selon l’OMS, le sucre et le tabac sont des “serial killers”, ajoutant que les nuisances créées par le tabac et le sucre sont toujours d’actualité et constituent des facteurs de risque.

Ces facteurs de risque ne touchent pas seulement la santé physiologique, mais la transcende pour affecter également la santé mentale, a-t-elle prévenu.

Dr Kendili a, dans ce sens, mis l’accent sur la nécessité de repenser les choses en amont, un amont réfléchi pour économiser les budgets.

Elle a, d’autre part, annoncé la publication d’un manifeste en français et en anglais qui sera présenté la semaine prochaine à Washington afin de réfléchir les politiques de santé publique de demain.

Ce manifeste, rédigé sous la direction de Imane Kendili, Abdelhak Najib et Jalal Toufik, et qui rassemble 28 auteurs, est une initiative marocaine avec le concours d’experts de différents horizons, a-t-elle précisé dans une déclaration à la MAP.

C’est un tour d’horizon complet sur les réductions des risques dans le domaine de la santé (dans toutes ses ramifications) que propose cet ouvrage à la fois au corps médical et aux citoyens, soucieux aujourd’hui d’avoir sous la main des livres de référence à même de les aider à mieux se protéger et à traverser les lourdes crises sanitaires qui nous menacent.

Une sélection de plusieurs compétences dont le savoir-faire et l’expertise sont avérées signent une série d’études à travers des textes fouillés, explicatifs, parfois didactiques dans un langage simple pour toucher le plus grand nombre possible de lecteurs au Maroc et à l’étranger.

Mme Kendili a de même fait état de la signature d’une charte de coalition de plusieurs associations et universités dans le but de créer des commissions de réflexion, annonçant l’organisation, à Dakar en septembre 2022, du premier congrès sur la santé et la protection sociale pour rédiger des guides dans un but d’élaborer des recommandations pour les médecins et les politiques, relatives à des sujets tels la Covid, les addictions le diabète, le tabac-sucre…etc.

Mme Kendili, qui est intervenue également dans le cadre de la première table ronde intitulée “Pandémie, addiction et troubles psychiatriques”, a évoqué les nouvelles thérapeutiques en matière de dépression majeure, car avec la crise Covid, a-t-elle dit, il y a une augmentation de 30% dans le monde des maladies psychiatriques, particulièrement la dépression et les risques suicidaires.

“Nous sommes mieux nantis au Maroc car on a bien géré la crise liée au Covid. Le Maroc est exmplaire sur le plan mondial grâce au leadership clairvoyant de SM le Roi Mohammed VI”, a-t-elle affirmé.

Parmi les interventions présentées lors de cette conférence, celle axée sur “L’Hygiène de vie, Tabac et santé sexuelle”, un thème abordé par le Pr. Rédouane Rabii, spécialiste en urologie et président de l’Association marocaine d’endo-urologie (AMEU) qui a indiqué que la Covid-19 a eu des retombées sur la santé mentale, outre la santé physique.

M. Rabbi, expert en santé sexuelle et l’un des pères fondateurs de l’endourologie au Maroc, a notamment mis l’accent sur l’importance de la santé sexuelle dans la lutte contre l’anxiété.

Pour sa part, Mohamed Berrada, professeur à l’université Hassan II de Casablanca, a indiqué que la pandémie de Covid-19 n’a pas que des conséquences économiques et sociales. Elle a aussi des conséquences sur la santé mentale et psychosociale de la population, ce qui nécessite un soutien local ou extérieur visant à protéger ou à favoriser le bien-être psycho-social.

Dans son intervention: “Covid-19 et Santé Psycho-Sociale : les impératifs”, M. Berrada, ancien ministre de l’économie et des finances, a relevé qu’il ne peut y avoir de solution unique pour répondre aux besoins de santé mentale et de soutien psychosocial de la population, ajoutant que si la crise planétaire nous a appris à vivre ensemble sans être ensemble, si elle a mis en relief la communauté de destin de tous les humains sur terre, par le jeu de l’interdépendance issue du phénomène de la mondialisation, l’humanisme sous l’impulsion de la solidarité et d’un peu d’amour pourrait alors susciter dans ce monde en bouleversement une véritable politique de l’humanité.

Les autres interventions ont porté sur la “Covid-19 santé mentale : Le rôle du médecin généraliste”, “Soigner qui, Traiter quoi ? Le patient est-il une nouvelle catégorie de pensée ? Réflexion transversale”, “Les perspectives santé en protection sociale” et “La Santé Mentale et Protection sociale’’.

Lors de cette conférence, un hommage a été rendu au Pr. Mohamed Berrada, désigné président d’honneur de l’observatoire de la santé psycho-sociale en Afrique.

Lire aussi

France/Covid: près de 19.000 classes fermées, un record depuis le début de la pandémie

vendredi, 21 janvier, 2022 à 11:00

Un total de 18.786 classes sont actuellement fermées en France à cause de la pandémie du Covid-19, ce qui représente 3,56% des 527.200 classes du pays, a annoncé vendredi le ministère de l’Education nationale.

L’IPC annuel moyen en hausse de 1,4% en 2021 (HCP)

vendredi, 21 janvier, 2022 à 9:35

Casablanca – L’indice des prix à la consommation (IPC) annuel moyen a enregistré, au terme de l’année 2021, une augmentation de 1,4% par rapport à l’année 2020, indique le Haut-Commissariat au Plan (HCP).

Province d’Errachidia : caravane médicale au profit des habitants de la commune d’Amellagou

vendredi, 21 janvier, 2022 à 9:25

Une caravane médicale a été organisée jeudi par la délégation provinciale de la Santé et de la Protection sociale à Errachidia au profit des habitants de la commune territoriale d’Amellagou.