Un colloque international à Rabat décortique les Carnets de voyage d’Eugène Delacroix

Un colloque international à Rabat décortique les Carnets de voyage d’Eugène Delacroix

jeudi, 12 septembre, 2019 à 16:32

Rabat- La deuxième séance du colloque international sur “La palette marocaine d’Eugène Delacroix de 1832 à 1863”, présidée par M. Pierre Brunel professeur émérite de littérature comparée à la Sorbonne s’est penchée, jeudi à Rabat, sur les Carnets de voyage de Delacroix.

Intervenant à cette occasion, Michèle Hannoosh professeure de français à l’Université de Michigan (USA) et spécialiste du XIXe siècle français, a fait observer que “dans les souvenirs que le peintre a rapporté de son voyage au Maghreb, l’écriture jouait un rôle aussi important que la peinture”. En effet, plusieurs carnets de notes, récits, feuilles volantes témoignent d’un effort littéraire considérable pour traduire son expérience, a-t-elle dit.

Selon Mme Hannoosh, à la différence de la peinture, l’écriture a permis une liberté qui correspondait à l’éblouissement du peintre. Mais d’un autre côté, elle affirme qu’une seule image peux dire plus que des volumes de description et transmettre les émotions plus intensément.

La professeure s’est également attardée sur les écrits d’Eugène Delacroix sur le Maghreb, saluant une écriture expérimentale, novatrice, pouvant contenir en même temps une réflexion sur les rapports entre écriture et peinture, texte et image. D’après elle, le voyage de 1832 aurait eu une influence cruciale non seulement sur la peinture de Delacroix mais aussi sur son écriture, mettant en œuvre une réciprocité créatrice entre les deux arts qui ont dominé sa maturité.

En illustration, Mme Hannoosh a présenté les carnets de Meknès et de Tanger, où Delacroix mélangeait croquis et mots. Les textes et les images “devenaient ainsi indissociables”.

Pour Mohamed Essaouri, professeur universitaire et ancien Président d’Université, les carnets marocains de Delacroix, outre leur portée historique et documentaire, sont de véritables viviers d’idées et de projets artistiques.. ils stimuleront, l’œuvre de Delacroix aussi bien scripturale que picturale, a-t-il souligné.

M. Essaouri a avancé que l’artiste aura également recours à la mémoire pour restituer progressivement les scènes marocaines.

Il a par ailleurs remarqué que “dans ces carnets, nous observons que les croquis et les dessins sont mêlés simultanément. Nous pouvons en outre en conclure que le peintre était à quelques moments de ses voyages pressé (compte tenu de son écriture)”.

De son côté, Marie-Pierre Salé, Conservateur en chef au Département des Arts Graphiques du Musée du Louvre à Paris, a affirmé dans une intervention sous le thème de «Delacroix, Burty, Charcot : un carnet du voyage au Maroc», que lors de la vente de l’atelier d’Eugène Delacroix en 1864, les sept carnets et albums du voyage en Afrique du Nord et en Espagne ont été dispersés, dont cinq sont aujourd’hui connus et localisés. Trois d’entre eux se trouvent actuellement au département des arts graphiques du Louvres.

Elle rapporte qu’étant ami du peintre, Philippe Burty “avait acquis le plus fabuleux et le plus important des sept carnets, dans lequel se mêlent textes et croquis pour retracer les souvenirs de ce voyage capital.”

“Burty était aussi un proche du docteur Jean-Martin Charcot, grand neurologue et chercheur en psychologie mais aussi un passionné d’art. Il avait pu admirer le carnet de Delacroix chez Burty, qui le lui légua en usufruit” a t-elle expliqué.

Ce colloque donne une occasion privilégiée d’échanges et de réflexion pour mieux comprendre l’artiste et son temps. Il propose dans une démarche pluridisciplinaire de faire découvrir au public l’œuvre et la personnalité d’Eugène Delacroix à un moment crucial de l’Histoire du Maroc, dans le jeu complexe des représentations. Il vise également à souligner l’extraordinaire apport d’Eugène Delacroix à la création artistique et littéraire.

Lire aussi

Agadir : Ouverture d’une enquête à l’encontre de deux individus, dont un policier, pour possession de drogue et dénonciation d’un crime fictif (DGSN)

jeudi, 27 février, 2020 à 21:08

Le service préfectoral de la police judiciaire de la ville d’Agadir a ouvert, jeudi, une enquête préliminaire sous la supervision du parquet compétent, à l’encontre de deux individus, dont un policier de grade brigadier chef, pour leur implication présumée dans des affaires de possession de drogue, dénonciation d’un crime fictif et humiliation de la police judiciaire.

L’Union africaine et l’Union européenne veulent un partenariat fort pour affronter les défis auxquels font face les deux Continents

jeudi, 27 février, 2020 à 19:14

La Commission de l’Union africaine et la Commission de l’Union européenne ont affirmé, jeudi à Addis-Abeba, leur détermination à renforcer le partenariat pour affronter les défis auxquels font face les deux Continents.

Tunisie: le gouvernement d’Elyes Fakhfakh prête serment

jeudi, 27 février, 2020 à 18:51

Le gouvernement d’Elyes Fakhfakh, qui a obtenu la confiance de l’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP/parlement), a prêté serment jeudi.