Fès: Mme Hayar souligne l’importance de la coopération entre les pouvoirs judiciaire et exécutif pour assurer une protection globale des enfants

Fès: Mme Hayar souligne l’importance de la coopération entre les pouvoirs judiciaire et exécutif pour assurer une protection globale des enfants

lundi, 10 juin, 2024 à 21:18

Fès – La ministre de la Solidarité, de l’Insertion sociale et de la Famille, Aawatif Hayar, a souligné, lundi à Fès, l’importance de la coopération entre les pouvoirs judiciaire et exécutif pour assurer une protection globale des enfants.

Dans une allocution lue en son nom à l’ouverture de la rencontre nationale consacrée au suivi de la mise en œuvre des Assises nationales sur la protection des enfants en contact avec la loi sous le thème “Protection des enfants en contact avec la loi”, la ministre a expliqué que le domaine de la protection de l’enfance, étant multidimensionnel et multidisciplinaire, la coopération entre les pouvoir judiciaire et exécutif est nécessaire pour assurer une protection intégrée de l’enfant garantir son intérêt supérieur, en particulier pour les enfants en contact avec la loi.

Dans ce contexte, elle a souligné l’importance de la contribution de tous les intervenants, y compris les forces de l’ordre et les acteurs sociaux, éducatifs, culturels et autres, pour parvenir à une prise en charge efficace et intégrée des enfants en contact avec la loi, qu’ils soient en conflit avec celle-ci, dans une situation difficile ou victimes de crimes.

Mme Hayar a rappelé que le ministère de la Solidarité, de l’Insertion sociale et de la Famille s’est penché sur l’élaboration du deuxième programme national de mise en œuvre de la politique publique intégrée de protection de l’enfance 2015-2025, dont les axes ont été présentés le 27 mai à l’occasion de la Journée nationale de l’enfance.

Elle a expliqué que ce programme s’articule autour des axes principaux de prévention et de protection en élargissant l’offre de services sociaux pour parvenir à une justice spatiale et créer une nouvelle génération de services, tout en ayant recours au développement personnel et aux loisirs pour libérer les énergies créatives des enfants et les préparer à l’étape post-18 ans.

La responsable gouvernemental a ajouté que le deuxième programme exécutif national de la politique publique intégrée de protection de l’enfance se concentre également sur le problème de la violence numérique, en soutenant les enfants les plus jeunes et en fournissant un environnement institutionnel de proximité et de qualité dans les services et les pratiques.

D’autre part, la ministre a fait savoir que le gouvernement travaille à préparer le cadre juridique pour la création d’une agence nationale chargée de la protection de l’enfance et de l’amélioration de la situation des enfants nécessitant une prise en charge, qu’il s’agisse d’enfants en situation difficile, d’enfants négligés ou en contact avec la loi.

En ce sens, elle a affirmé que cette réunion constitue une occasion pour réaffirmer la volonté et la détermination d’intensifier les efforts des différents acteurs en vue de faire avancer les questions de l’enfance, auxquelles Sa Majesté le Roi Mohammed VI accorde une attention particulière, rappelant aussi l’engagement et l’implication personnelle de Son Altesse Royale la Princesse Lalla Meryem, présidente de l’Observatoire National des Droits de l’Enfant (ONDE).

“S’engager dans d’ambitieux chantiers de réforme liés au développement du système de protection de l’enfance au Maroc fait partie des priorités de son département”, a souligné, de son côté, le ministre de la Jeunesse, de la Culture et de la Communication, Mohamed Mehdi Bensaid, dans une allocution lue en son nom.

Le ministre a ajouté que les enfants en contact avec la loi font partie du tissu social et qu’ils doivent, en ce sens, bénéficier d’une protection et d’une prise en charge dans un environnement sûr et stable, étant donné qu’il s’agit “non seulement de leurs droits fondamentaux, mais aussi d’un investissement dans l’avenir de notre société dans son ensemble”.

M. Bensaid a relevé que le traitement de cette catégorie d’enfants repose sur la coopération et la convergence entre les différentes parties concernées, de manière à rationaliser les ressources humaines et financières mobilisées à cet effet.

Il a souligné, à cet égard, que le ministère travaille sans relâche pour mettre en œuvre ses engagements concernant l’activation de l’accord tripartite de protection des enfants, ainsi que l’accord relatif à l’activation du protocole territorial de prise en charge des enfants en situation de vulnérabilité.

Le ministre a aussi évoqué la mobilisation de toutes les capacités disponibles afin de renforcer le rôle des centres de protection de l’enfance et du système de liberté surveillée pour suivre et intégrer les enfants en contact avec la loi, en renforçant les programmes de réintégration des enfants et en assurant leur participation et leur insertion dans diverses initiatives et programmes culturels et récréatifs organisés par le ministère et ses partenaires aux niveaux national et local et qui ont donné des résultats encourageants.

Le programme de la première journée de cette rencontre, initiée en collaboration avec le Fonds des Nations unies pour l’enfance (UNICEF) et avec l’appui de l’Union européenne, comprend des séances plénières au cours desquelles seront présentées l’état des lieux des différentes étapes, ainsi que les problématiques et les défis les plus importants liés aux questions de l’enfance.

Le deuxième jour de cet évènement comprend des ateliers thématiques consacrés notamment à l’examen et à la discussion des indicateurs d’efficacité pour une prise en charge judiciaire optimale des enfants en contact avec la loi, à la prise en charge des enfants en situation difficile en dehors des centres de protection de l’enfance et à la situation des enfants placés dans des institutions pénitentiaires

Lire aussi

Maroc: L’économie a fait preuve de résilience (Banque mondiale)

jeudi, 18 juillet, 2024 à 15:37

L’économie marocaine a fait preuve de résilience et s’est redressée, avec une production réelle augmentant de 3,4% en 2023, selon le dernier rapport économique de la Banque mondiale qui prévoit un ralentissement de la croissance à 2,9 pc cette année.

HCP: le déficit budgétaire devrait s’établir à 3,8% du PIB en 2025

jeudi, 18 juillet, 2024 à 12:58

Le déficit budgétaire devrait s’établir à 3,8% du PIB en 2025, en allègement par rapport à son niveau estimé à 4% du PIB en 2024, selon le Haut-Commissariat au Plan (HCP).

La Bourse de Casablanca ouvre en hausse

jeudi, 18 juillet, 2024 à 9:57

La Bourse de Casablanca a démarré en hausse jeudi, son principal indice, le MASI, progressant de 0,15% à 13.605,73 points (pts).