Un marin marocain porté disparu suite à une collision entre deux bateaux au large de Barcelone

Un marin marocain porté disparu suite à une collision entre deux bateaux au large de Barcelone

lundi, 20 mars, 2017 à 21:00

Madrid – Un marin marocain et un autre de nationalité sénégalaise sont portés disparus suite à une collision survenu lundi au large de Barcelone entre un navire marchand russe et un bateau de pêche, selon des sources du port de la capitale catalane.

Les ressortissants marocain (34 ans) et sénégalais (37 ans) se trouvaient à bord du bateau de pêche dénommé “El Fairell” qui a coulé suite au choc avec le navire marchand qui s’est produit durant l’après midi à près de trois milles nautiques du port de Barcelone, ajoute une source de l’autorité portuaire de Barcelone, citée par les médias.

Le capitaine du bateau de pêche et un marin ont été secourus par l’équipage du cargo russe puis transférés à un hôpital de Barcelone, alors que les deux autres marins marocain et sénégalais sont toujours portés disparus.

Selon la même source, la collision entre les deux bateaux seraient due à une erreur dans l’interprétation de la procédure d’abordage commise par le navire marchand russe qui n’a pas pu éviter le bateau de pêche.

Lire aussi

Le doyen du corps diplomatique africain au Maroc met en avant la contribution du Royaume dans l’émergence de l’Afrique

jeudi, 24 mai, 2018 à 19:56

Le diplomate africain a appelé les pays africains à se concentrer sur la meilleure façon d’utiliser leurs budgets limités pour optimiser les rendements économiques et sociaux.

Le Centre d’addictologie du quartier Sidi Moumen, le neuvième du genre au niveau du Royaume

jeudi, 24 mai, 2018 à 18:57

L’action du Centre se fonde sur une approche participative intégrée, a-t-il ajouté, faisant observer que le nouveau centre offre des prestations à la fois médicales et sociales.

Colombie: la paix au cœur des enjeux de l’élection présidentielle

jeudi, 24 mai, 2018 à 15:20

La poursuite de la mise en œuvre de cet accord qui engage l’Etat colombien, et en vertu duquel les Farc ont abandonné la lutte armée, dépend en grande partie du bon vouloir du prochain locataire de la Casa de Nariño (Palais présidentiel).