Hafida Bachir, un combat au quotidien en faveur d’un monde meilleur pour les femmes

Hafida Bachir, un combat au quotidien en faveur d’un monde meilleur pour les femmes

mercredi, 3 mars, 2021 à 12:00

Par Afaf Razouki
Bruxelles – Imprégnée par l’ambition de contribuer à l’amélioration des conditions de vie des femmes, Hafida Bachir a pris à bras le corps ce combat depuis plus de 30 ans pour devenir une figure emblématique du militantisme féminin en Belgique.

Depuis qu’elle a commencé son petit bonhomme de chemin avec le plus important mouvement féministe de Belgique “Vie Féminine” en 1988, le souci de “changer le monde” et de faire évoluer la situation des femmes continue de l’habiter au quotidien et de nourrir son engagement pour la cause qui lui est particulièrement chère.

Après avoir occupé diverses fonctions au sein de Vie Féminine, dont celle de présidente pendant 12 ans, Hafida Bachir a fait le grand saut en 2020 pour mener son combat sur la sphère politique en tant que conseillère de la Secrétaire d’État belge à l’Égalité des Chances au sein du gouvernement fédéral.

Avec ce passage en politique, la militante belgo-marocaine compte plus que jamais être la porte-voix de tous les femmes victimes de discrimination, de violence et de précarité.

“C’est le fil conducteur de tout mon parcours: faire changer les conditions de vie des femmes et rendre effectifs leurs droits et les améliorer”, affirme Mme Bachir à la MAP, assurant qu’elle a toujours la même motivation pour faire progresser la place des femmes dans la société.

Et pourtant, la Belgo-marocaine native de Tanger ne se prédestinait pas pour un tel parcours, elle qui s’orientait vers le domaine des langues. S’étant mariée jeune, elle a mis ses projets professionnels entre parenthèses. Et après avoir eu ses deux premiers enfants, elle a décidé de se lancer dans la quête d’un emploi pour commencer le premier chapitre de sa longue histoire avec le militantisme féminin.

“Je suis tombée par hasard sur une offre d’emploi dans un journal pour un travail d’animatrice avec Vie Féminine”, raconte-t-elle. Et c’était là le moment qui allait changer le cours de sa vie.

Cette première expérience professionnelle a été en effet un véritable déclic pour Hafida Bachir qui a trouvé sa vocation en côtoyant des femmes de divers horizons et en étant à l’écoute de leurs histoires et de leurs vécus.

“Ce travail comme jeune animatrice au sein de Vie Féminine a été une porte ouverte non seulement sur le monde mais aussi sur les conditions de vie des femmes”, souligne-t-elle, ajoutant que le travail sur le terrain a nourri petit à petit sa fibre de militantisme et son engagement envers les femmes.

La démarche de ce mouvement féministe basée sur un travail de groupe en participant à des ateliers ou à des activités, en suivant des formations ou en devenant bénévole, lui a permis d’être au chevet de femmes essentiellement issues de l’immigration, de les accompagner et de les aider à améliorer leur quotidien.

“Ce travail auprès des femmes qui pouvaient s’exprimer, raconter leurs histoires, transformer leur colère en action collective était très important pour moi”, assure-t-elle, notant que le féminisme revendicatif ancré dans le quotidien des femmes et axé sur une action collective est primordial “si on veut changer les choses de manière durable”.

Le plus important pour elle était toujours de créer des solidarités entre des femmes sans tenir compte de leurs origines et mettre le doigt sur leurs souffrances pour les aider à sortir la tête de l’eau.

Au fil des années, Hafida Bachir ne s’est jamais départie de son opiniâtreté et sa persévérance pour mener des combats ardus, changer des vies et faire évoluer les conditions de vie des femmes. Et elle se dit fière d’avoir fait partie d’un mouvement qui a pesé dans les choix et les orientations politiques en Belgique sur des tas de dossiers comme celui de la répudiation, du divorce, des pensions alimentaires, ou encore de lutte contre les violences à l’égard des femmes.

Après 32 ans de bons et loyaux services au sein de Vie Féminine, Mme Bachir porte désormais son combat sur un nouveau terrain, celui du gouvernement fédéral belge.

Si elle reconnait que le fait d’intégrer le cabinet d’un ministre ne faisait pas partie de ses projets, elle relève qu’à la fin de son mandat de secrétaire politique de Vie Féminine, elle a commencé à réfléchir à changer de cap tout en restant attachée à la cause qu’elle a fait sienne durant toutes ces années et qui lui a valu de recevoir en 2014 la distinction de “Commandeur de l’Ordre de la Couronne” décernée par le Roi des Belges.

Depuis novembre 2020, elle est conseillère politique “Genre” au cabinet de la Secrétaire d’État à l’Égalité des genres, à l’Égalité des chances et à la Diversité, Sarah Schlitz. Une nouvelle aventure qui s’inscrit à ses yeux dans la continuité de son action en faveur des droits des femmes.

D’après elle, les institutions sont là pour rendre effectives les décisions qui sont prises au niveau politique et qui ne peuvent pas être prises sans consultation de la société civile. “Pour moi, ce qui est important c’est cette triangulation entre la société civile, les décideurs et les institutions pour faire changer les politiques publiques”, souligne-t-elle.

Hafida Bachir pourra ainsi poursuivre la défense de la cause à laquelle elle s’est toujours dévouée à l’échelon politique en gardant toujours ce lien avec la société civile.

Et la Secrétaire d’État belge Sarah Schlitz ne peut cacher sa fierté et son honneur d’avoir Hafida Bachir à ses côtés pour mener à bien son programme gouvernemental axé sur la lutte contre toutes les formes de violence et de discrimination dont sont victimes les femmes et la promotion de leur autonomie financière.

“Hafida Bachir est la grande figure du mouvement de lutte pour les droits des femmes en Belgique. C’est vraiment un grand honneur pour moi qu’elle ait rejoint mon équipe”, indique la Secrétaire d’État belge à la MAP.

Elle affirme qu’elle pourra compter sur la grande expérience de Mme Bachir, sa vision “très affûtée” sur des questions comme la précarité des femmes, ainsi que sur son combat pour l’égalité des chances.

Selon Sarah Schlitz, “le parcours de Hafida Bachir est un magnifique modèle pour toutes les filles et les femmes immigrées en Belgique”.

Sur la situation des femmes issues de l’immigration en Belgique, Hafida Bachir se réjouit que de nombreuses parmi elles issues notamment de la communauté marocaine sont parfaitement intégrées dans la société belge et brillent dans différents domaines, tout en déplorant la persistance de la discrimination contre les femmes d’origine étrangère, en particulier sur le marché de l’emploi.

Elle pointe également l’exacerbation des inégalités dans le contexte de la crise actuelle et la montée du racisme et de la xénophobie.

Évoquant ses liens avec le Maroc, Hafida Bachir, arrivée en Belgique en 1969 dans le cadre d’un regroupement familial, affirme qu’elle a un fort ancrage dans son pays d’origine.

“Même si nous avons quitté le Maroc, le Maroc ne nous a jamais quitté”, dit-elle tout émue, ajoutant que ses parents sont retournés vivre à Tanger, sa ville natale.

Se disant imprégnée par la culture marocaine dans ses différentes dimensions, elle affirme qu’elle veille aussi à partager son expérience avec celles qui mènent le même combat qu’elle au Maroc.

Récompensée en 2019 à Marrakech dans le cadre de la 3ème édition des Trophées “Marocains du monde” pour son action associative dans le domaine des droits des femmes, Hafida Bachir confie qu’elle se sent liée au combat global pour améliorer les conditions de vie des femmes en général et au Maroc en particulier.

Engagée à plein temps dans le combat en faveur des droits des femmes, Hafida Bachir a un quotidien très chargé. Mais le peu de temps libre dont elle dispose, elle le consacre à sa famille qui lui permet de se ressourcer et d’avoir toujours la force et la motivation de continuer à se battre corps et âme pour un monde meilleur pour les femmes.

Lire aussi

Marrakech : Suivi de l’état d’avancement du projet d’aménagement de la première tranche de la Place Jemaâ El Fna

mardi, 22 juin, 2021 à 21:55

Le wali de la région Marrakech-Safi, gouverneur de la préfecture de Marrakech, M.Karim Kassi-Lahlou, a effectué, lundi, une visite de terrain pour s’enquérir de l’état d’avancement des travaux du projet d’aménagement de la première tranche de la Place Jemaâ El Fna.

Secousse tellurique de 3,7 degrés dans la province de Driouch

mardi, 22 juin, 2021 à 20:56

Une secousse tellurique de magnitude 3,7 degrés sur l’échelle de Richter a été enregistrée, mardi, dans la province de Driouch, a indiqué l’Institut national de géophysique (ING).

La Chambre des représentants adopte un projet de loi relatif au prêt de titres

mardi, 22 juin, 2021 à 20:37

La Chambre des représentants a adopté à l’unanimité, mardi en séance plénière, le projet de loi n° 83-20 portant des dispositions relatives au prêt de titres.