Création d’une commission chargée de l’examen des prix des produits les plus commercialisés

Création d’une commission chargée de l’examen des prix des produits les plus commercialisés

mercredi, 16 mai, 2018 à 11:20

Rabat  – Le Chef du gouvernement, Saâd Eddine El Othmani a annoncé, mardi à Rabat, la création d’une commission chargée de l’examen des prix des produits les plus commercialisés et les plus demandés sur le marché afin de proposer des solutions à même d’alléger la pression sur le pouvoir d’achat des ménages.

Répondant à une question sur “la politique publique relative à la protection du consommateur”, lors de la séance mensuelle consacrée à la politique générale à la Chambre des conseillers, M. El Othmani a souligné la détermination du gouvernement à prendre les mesures nécessaires pour défendre les intérêts des citoyens, appelant les producteurs d’aliments à forte consommation ainsi que les professionnels de la distribution et les commerçants à entreprendre des initiatives pour baisser les prix, alléger le fardeau sur le panier des ménages et booster la consommation intérieure.

S’agissant de “la campagne du boycott de certains produits”, le ministre a affirmé “suivre avec grand intérêt le boycott de certaines marques commerciales avec lequel les citoyens ont interagi”, soulignant que “contrairement à ce que certaines allégations, le gouvernement n’a jamais été contre le citoyen, mais reste à jamais attaché à la défense des intérêts de l’ensemble des citoyens, toutes catégories confondues, mais également de ceux de l’économie nationale, en tant que gouvernement responsable et émanant de la volonté populaire”.

“Il revient au gouvernement de veiller sur les droits du citoyen et de préserver sa dignité, qu’il soit consommateur, commerçant ou salarié, ainsi que de préserver le pouvoir d’achat des ménages, garantir la liberté de l’investissement, assurer des conditions favorables à la production et encourager les entreprises”, a-t-il dit.

M. El Othmani a, également, assuré la détermination du gouvernement à veiller quotidiennement à protéger le consommateur, à prendre les mesures nécessaires pour contrer les pratiques illégales pouvant entraver l’approvisionnement des marchés ou la qualité des produits ou entraîner des hausses des prix.

Il a, dans ce sens, passé en revue les efforts consentis en vue de mettre fin à certaines pratiques qui impactent le marché, en particulier à l’approche du mois de Ramadan, en termes de pénurie, de spéculation, de monopole et leurs retombées les prix, et ce grâce à la conscience des citoyens et aux efforts des autorités publiques ainsi que l’implication des entreprises citoyennes.

Le Chef du gouvernement a souligné l’importance de conjuguer les efforts afin d’œuvrer à la protection du consommateur, de préserver son pouvoir d’achat, d’améliorer les sources de revenus des salariés et des agriculteurs et de défendre les intérêts générales de l’économie nationale.

Il s’est, par ailleurs, arrêté sur l’arsenal juridique relatif à la protection des droits du consommateur, rappelant que le programme gouvernemental a mis l’accent sur l’engagement du gouvernement en faveur de la mise en œuvre des mécanismes de protection du consommateur en matière de d’approvisionnement et de contrôle du marché, tout en proposant des mesures à même de protéger le pouvoir d’achat à travers le renforcement des opérations de contrôle et la mise en place d’un système de veille pour un bon approvisionnement des marchés.

Vu la particularité du mois sacré de Ramadan, durant lequel les marchés locaux connaissent une croissance commerciale considérable et une augmentation du niveau de la demande de certains produits de consommation, le chef du gouvernement a indiqué que toutes les mesures ont été prises, notamment à travers la mobilisation des services du contrôle pour assurer un suivi permanent des prix de ces produits et faire face à toute pratique illégale au niveau des prix, de la qualité des produits, des conditions d’hygiène et de sécurité, tout en imposant les sanctions nécessaires en cas de violation des lois en vigueur.

Le suivi de l’évolution des prix des produits les plus demandés entre 2013 et 2018, a fait ressortir une relative stabilisation avec l’enregistrement de certaines évolutions circonstancielles et saisonnières oscillant entre la baisse et l’augmentation, selon la nature du produit et la demande, tandis que les produits subventionnés par l’état n’ont connu aucune hausse pendant cette période, a-t-il relevé.

Dans ce même contexte, M. El Othmani a indiqué que les associations de protection du consommateur, aux côtés des autorités publiques compétentes, pourront suivre l’évolution des prix, à l’instar des pays développés.

S’agissant des produits pétroliers, le Chef du gouvernement a affirmé que les autorités compétentes assurent l’approvisionnement du marché national dans des conditions qui prennent en considération la sécurité et la qualité requises, conformément aux textes juridiques en vigueur, ajoutant que ces produits sont strictement contrôlés avant leur mise en place sur le marché national.

Concernant les bonbonnes de Gaz, M. El Othmani a rappelé que les autorités compétentes veillent au contrôle des centres et des entrepôts concernés d’une manière régulière, tout en effectuant des visites de terrain en vue de s’assurer du respect de ces unités des standards de sécurité et des lois organisant ce secteur.

 

Lire aussi

Colombie: la paix au cœur des enjeux de l’élection présidentielle

jeudi, 24 mai, 2018 à 15:20

La poursuite de la mise en œuvre de cet accord qui engage l’Etat colombien, et en vertu duquel les Farc ont abandonné la lutte armée, dépend en grande partie du bon vouloir du prochain locataire de la Casa de Nariño (Palais présidentiel).

La France annonce une enveloppe de 65 millions d’euros pour le financement de startups africaines

jeudi, 24 mai, 2018 à 13:41

Le Salon Viva Tech, qu’accueille pour trois jours la capitale française, met cette année à l’honneur les startups africaines dont une centaine sont présentes, avec une représentation officielle de plusieurs pays comme le Maroc, le Rwanda, l’Afrique du Sud, la Tunisie ou le Nigeria.