Académie du Royaume: La Chine et le Maroc, à l’avant-garde du co-développement et des partenariats gagnant-gagnant (Driss Guerraoui)

Académie du Royaume: La Chine et le Maroc, à l’avant-garde du co-développement et des partenariats gagnant-gagnant (Driss Guerraoui)

mardi, 10 décembre, 2019 à 23:33

Rabat- La Chine et le Maroc se positionnent à l’avant-garde du co-développement et des partenariats win-win, a affirmé, mardi à Rabat, le président du Conseil de la concurrence, Driss Guerraoui, en mettant en avant le rôle des deux pays dans la promotion de la paix et de la sécurité internationales.

S’exprimant à l’occasion de la 4é session plénière de la 46é session de l’Académie du Royaume du Maroc sur “l’Asie comme horizon de pensée : Chine, expériences de modernisation et de développement”, M. Guerraoui a fait observer que “tous les indicateurs les plus pertinents sur la place du Maroc et de la Chine, à l’échelle continentale et mondiale, révèlent que si la Chine est la locomotive du continent asiatique, le Maroc sera aussi celle de l’Afrique”.

Braquant les projecteurs sur les deux modèles adoptés par le Maroc et la Chine, qui sont basés sur des ressorts et leviers de développement avec une diaspora qui a su conserver sa culture et s’ouvrir sur l’autre, M. Guerraoui a relevé que ces mêmes modèles de développement marocain et chinois nécessitent une identification des défis majeurs notamment à caractère social et stratégique sans pour autant négliger la gouvernance.

Il a, par ailleurs, estimé que la Chine et le Maroc “pourront jouer un rôle majeur pour la construction d’une nouvelle relation internationale tenant compte du poids du Maroc en Afrique et de la Chine en Asie”, ajoutant que les deux pays “ont su adopter les principes de la gestion pacifique et la non-ingérence, ce qui leur a permis de figurer parmi les pays qui contribuent à la paix et sécurité internationales, préférant ainsi un co-developpement et un partenariat Win-Win”.

De son côté, la professeur de géographie et directrice de la section d’études sur l’Afrique à l’Institut de recherche sur l’Asie occidentale et l’Afrique, He Wenping a signalé que les modèles marocain et chinois se distinguent par leur transition dans divers domaines notamment en matière d’infrastructures et de tourisme.

Saluant le modèle éducatif marocain comme moderne et attractif surtout pour les étudiants sub-sahariens et chinois, Mme Wenping a fait savoir que le Maroc est considéré comme un exemple d’ouverture et de dynamique économique pour d’autres pays.

Elle a expliqué que l’expérience sino-marocaine permet d’avoir un apprentissage par le biais de réciprocité dans les deux sens, “puisqu’il n’y a pas un unique modèle de développement référence” qui doit être généralisé mais plutôt des expériences et une régénérescence de ces interactions.

Décrivant l’expérience chinoise en matière de développement économique et social, He Wenping a déclaré qu’il eut un processus de réunification, suivi d’une réforme économique et l’ouverture au monde, durant la période de Deng Xiaoping (1904-1997).

“Grâce aux reformes des quarante dernières années, la Chine a adopté un système visionnaire équilibré, poussé par une économie privée innovatrice avec des résultats positifs moyennant une culture d’expérience et non livresque”, a -t-elle affirmé.

Pour sa part, le professeur de géographie et directeur de l’Institut des études africaines de l’université de Nanjing, Zhang Zhenke a déclaré à la MAP à cette occasion, que la richesse naturelle et la diversité biologique du Maroc fera de son agriculture une économie influente dans la région.

Arborant l’expérience chinoise, M. Zhenke a fait savoir que le gouvernement central a lancé des politiques publiques au profit des agriculteurs et développé la zone rurale de la Chine, qui a connu des avancées durant les 40 dernières années.

“Le développement rural de la Chine revêt une grande importance vu sa valeur positive dans l’éradication des problèmes alimentaires et la garantie d’une sécurité alimentaire”, a rappelé Zhang Zhenk.

A travers cette 46-éme session, l’Académie du Royaume du Maroc tient à explorer les forces du changement qui façonnent l’Asie et comprendre les processus qui ont conduit ce continent vers des expériences de modernisation.

L’Académie du Royaume poursuit ainsi son exploration des grandes régions du monde, en vue de créer des passerelles entre les intellectuels des deux bords et favoriser l’échange, le dialogue et les expériences diverses dans la perspective d’une approche pluridisciplinaire.

De part sa vocation et ses missions, l’Académie du Royaume du Maroc se penche sur la question lors de sa 46éme session sous le thème : “l’Asie, comme horizon de pensée : expériences de modernisation et de développement à travers 3 séquences: la Chine, l’Inde et le Japon, qui se déroule du 9 au 17 décembre 2019 à Rabat.

Lire aussi

Le nouveau khalife général de la famille tidjane Niass remercie SM le Roi pour sa constante sollicitude

samedi, 8 août, 2020 à 19:57

Le nouveau khalife général de la famille tidjane Niass, Mouhamadou Mahi Niass, a exprimé ses remerciements à SM le Roi Mohammed VI, Amir Al-Mouminine, pour la constante sollicitude dont Il a toujours entouré la faida ibrahimia Tijania.

Tiznit: Extinction d’un incendie déclenché à l’Oasis d’Ait mansour

samedi, 8 août, 2020 à 18:32

Un incendie, qui s’est déclaré au niveau de l’Oasis d’Ait mansour relevant de la province de Tiznit, a été maîtrisé par la protection civile , a-t-on appris samedi auprès des autorités locales.

Saad Lamjarred… Le magicien !

samedi, 8 août, 2020 à 14:10

Dans son dernier clip “Adda Elkalam”, Saad Lamjarred est déguisé en artiste de cirque, jouant plusieurs rôles “danseur, clown, dompteur, chanteur, mais surtout un magicien, qui éblouit les spectateurs avec ses jeux et ses feintes.