Assala Nasri fait un tabac au Festival des musiques sacrées de Fès

Assala Nasri fait un tabac au Festival des musiques sacrées de Fès

vendredi, 14 juin, 2013 à 11:55

Fès – La mythique place Bab Al Makina a été incapable jeudi soir de contenir la marée humaine venue assister à la prestation toute en beauté de la chanteuse syrienne Assala Nasri, dans le cadre du Festival des musiques sacrées de Fès.

Quand Assala Nasri fera son apparition sur scène, avec un petit quart d’heure de retard sur l’heure prévue, le public se laissa emporter par la voix d’enfant, et teintée de chagrin, de cette légende de la chanson arabe contemporaine, créant une ambiance de fête exceptionnelle.

Dans sa communion avec le public marocain, Assala Nasri est allée jusqu’au bout, en interprétant avec brio “J’en ai marre”, la chanson de sa “grande amie”, la Marocaine Asmaa Menouar.

Accompagnée par le maestro Yahya Mouji, un grand nom de la scène artistique arabe, elle a également chanté des morceaux à la gloire de l’art, et qu’il a dédiés à la mémoire de feu SM Hassan II, un “grand homme d’Etat qui appréciait beaucoup l’art et les artistes”, explique-t-elle.

Lire aussi

L’expérience marocaine est avant-gardiste en matière de systèmes d’information météorologique

mardi, 19 février, 2019 à 20:52

L’expérience marocaine en matière de systèmes d’information météorologique est réussie et avant-gardiste, a affirmé, mardi au Caire, le directeur de la Direction de la Météorologie Nationale (DMN), Omar Chafaqui.

“Al Moutmir” de l’OCP débarque à Moammedia

mardi, 19 février, 2019 à 20:12

Le Groupe OCP a installé, mardi, son dispositif d’accompagnement des agriculteurs, “Al Moutmir Li Khadamat Al Qorb”, à Mohammedia pour la quatrième étape de la phase dédiée aux cultures maraichères.

La politique du médicament un véritable cheval de bataille de la stratégie sanitaire du Maroc

mardi, 19 février, 2019 à 19:19

La politique du médicament constitue, sans équivoque, un véritable cheval de bataille de la stratégie sanitaire du Maroc, a assuré, mardi à Rabat, le ministre de la Santé, Anass Doukkali.