Le ministère de la Culture et de la Communication a suivi les excuses présentées par France24 et examine leur conformité aux lois en vigueur

Le ministère de la Culture et de la Communication a suivi les excuses présentées par France24 et examine leur conformité aux lois en vigueur

lundi, 17 juillet, 2017 à 20:12

Rabat-  Le ministère de la Culture et de la Communication a suivi lundi les excuses présentées par la chaine d’informations en continu France24 dans son journal de 17H00 (HL), et ce après une lettre adressée par le ministre de la Culture et de la Communication, Mohamed Laaraj, suite à la diffusion par la chaine d’images n’ayant aucun rapport avec le traitement des évènements d’Al Hoceima.

Contactée par la MAP, une source au ministère de la Culture et de la Communication a indiqué que ce département procède actuellement aux consultations légales nécessaires pour déterminer si cette réponse est suffisante en l’état, ajoutant qu’une cellule juridique a été constituée pour suivre ce sujet dans le cadre des lois en vigueur et de la déontologie de la profession.

France 24 avait présenté, lundi, ses excuses à ses téléspectateurs suite à la diffusion la semaine dernière d’images d’un autre sujet lors du traitement d’une information sur le Maroc.

La chaîne a expliqué que la diffusion de ces images est due à une défaillance technique, faisant savoir qu’elle a œuvré à se rattraper lors des bulletins d’informations qui ont suivi, déplorant cet indicent technique.

 

 

Lire aussi

Prison locale Ain Sbaâ 1: Le détenu R.A prend régulièrement ses repas

dimanche, 17 juin, 2018 à 21:56

L’établissement pénitentiaire souligne que le détenu prend régulièrement ses repas, notant qu’il n’a adressé aucune notification à ce propos.

Mondial-2018: le Mexique fait tomber l’Allemagne, championne du monde

dimanche, 17 juin, 2018 à 18:40

Habitué aux huitièmes de finale, le Mexique espère cette fois aller plus loin.

Plus de 33.700 détenus placés en détention préventive au cours de 2017

dimanche, 17 juin, 2018 à 17:33

Ces détenus se répartissent sur les différentes juridictions, à savoir les tribunaux de première instance (5.654), soit 16,73 %, les Cours d’appel (26.154), soit 77,40 %, et la Cour de cassation (1.983), soit 5,87%.