• Accueil
Marque employeur: Quand le marketing s’invite dans les départements RH

Marque employeur: Quand le marketing s’invite dans les départements RH

mardi, 22 septembre, 2020 à 14:14

-Par : Youness Akrim-

Casablanca – Attirer les meilleurs talents n’est plus une tâche aisée pour les entreprises qui se mettent désormais en ordre de bataille pour se construire l’image de “l’Entreprise où il fait bon vivre”, voire forger leur propre marque employeur.

Si le marketing ciblait traditionnellement les consommateurs dans une optique plus large, les départements RH s’en servent de nos jours pour atteindre les meilleurs profils, d’autant plus que les nouvelles générations sont de plus en plus sensibles à la réputation de leur futur employeur, ses valeurs partagées et sa politique interne.

Au Maroc, où des labels récompensent périodiquement les employeurs les plus attractifs, les entreprises développent progressivement des stratégies relationnelles pour fidéliser leurs collaborateurs actuels et séduire des futurs talents, un processus que maitrisent les grands opérateurs et les multinationales alors que des structures de moindre taille peinent à suivre le rythme faute de moyens et de ressources humaines qualifiées.

“Nous vivons une époque où, plus que jamais, les hommes et la réputation de l’entreprise sont ses biens les plus chers”, a déclaré à la MAP, Naïm Bentaleb, Co-Fondateur et Directeur d’Xpertize Africa, faisant observer qu’au Royaume, de plus en plus d’entreprises s’intéressent en la marque employeur.

“Pourquoi des personnes auraient envie de travailler chez nous ? pourquoi voudraient-elles rester ou s’investir ?”, telles sont les questions que doivent se poser les dirigeants, a-t-il indiqué, notant qu’il est est primordial de travailler sa marque employeur afin de garantir un recrutement efficace et facile, améliorer son turnover, le sentiment d’appartenance, le bien-être au travail mais également appuyer sa notoriété.

En effet, une marque employeur, selon l’expert, repose sur trois piliers qui sont l’identité de l’entreprise (son histoire, ses produits/services..), son image qu’elle soit interne ou externe et ses pratiques RH.

“Rien ne sert de communiquer sur le bien-être au travail d’une entreprise qui est connue soit pour son management archaïque, soit pour ses piètres conditions de travail”, insiste M. Bentaleb, estimant insuffisant de clamer sur les réseaux sociaux ou à coup de communiqués de presse “que nous sommes un bon employeur”.

L’expert recommande ainsi un effort intensif sur les trois piliers. “Il faut développer d’une part son identité, d’autre part le bien-être au travail, le management, et finalement l’image en interne et en externe”.

Pour sa part, le directeur général du portail d’emploi Rekrute, Philippe Montant, estime que les entreprises marocaines sont dans le premier stade du développement de la marque employeur, en ayant conscience que leur image influe sur leur attractivité vis-à-vis des candidats potentiels.

“Les entreprises ont appris progressivement à se vendre”, fait observer M. Montant, rappelant que ces dernières ont passé au fil des années des annonces d’emplois anonymes à une communication plus claire sur leur identité et la nature des opportunités qu’elles offrent.

Au delà de l’aspect rémunération, la marque employeur, poursuit-il, porte sur d’autres paramètres, notamment, l’environnement de travail, les perspectives d’évolution, l’apprentissage, la fierté d’appartenance où encore la confiance dans la capacité de la direction à assurer la survie et la pérennité de l’entreprise.

En tête du classement des employeurs les plus attractifs au Maroc en 2019, Rekrute a désigné deux banques et un groupe automobile, après avoir analysé plusieurs centaines de millions de requêtes effectuées par 1,5 million de cadres lors de leur recherche d’emploi sur le portail de ReKrute grâce à des solutions informatiques et le Big Data.

Lire aussi

Le Conseil de sécurité réitère sa “préoccupation” face aux provocations et violations par le polisario des accords militaires

vendredi, 30 octobre, 2020 à 21:10

Le Conseil de sécurité des Nations-Unies a réitéré, vendredi, sa “préoccupation” face aux provocations et violations par le polisario des accords militaires au Sahara, tout en sommant le mouvement séparatiste de respecter ses “engagements” pris à cet égard auprès de l’ancien Envoyé personnel du Secrétaire général de l’ONU, Horst Köhler.

Sahara: le Conseil de sécurité réaffirme la consécration du “processus des tables-rondes”

vendredi, 30 octobre, 2020 à 21:02

Le Conseil de sécurité des Nations-Unies s’est félicité, vendredi, du nouvel élan impulsé par les tables-rondes entre le Maroc, l’Algérie, la Mauritanie et le polisario, réaffirmant ainsi la consécration de ces tables-rondes comme seul processus visant à aboutir à une solution politique consensuelle au différend régional sur le Sahara marocain.

Turquie/Grèce: six morts dans un séisme

vendredi, 30 octobre, 2020 à 20:03

Au moins six personnes ont été tuées et plus de 200 blessées vendredi dans une secousse tellurique d’une magnitude de 7 sur l’échelle de Richter qui a secoué la Turquie et la Grèce, provoquant des dégâts matériels et un mini-tsunami.