Algérie: le MSP rejette la réforme constitutionnelle “avant l’élection présidentielle”

Algérie: le MSP rejette la réforme constitutionnelle “avant l’élection présidentielle”

samedi, 28 septembre, 2013 à 20:53

Alger – Le Mouvement de la société pour la paix (MSP), parti d’obédience islamiste, a rejeté, samedi, la réforme constitutionnelle en Algérie dans la conjoncture actuelle, allusion faite à la perspective du scrutin présidentiel, prévu en principe en avril prochain.

L’amendement de la Constitution ne devrait pas intervenir “avant l’élection présidentielle” car “les conditions actuelles ne permettent pas une entente politique” sur cette question, a dit le président du MSP, Abderrezak Mokri, lors d’une conférence de presse tenue à Alger.

Le MSP poursuivra “ses concertations avec les différents partenaires sur la scène politique pour aboutir à une vision unifiée en prévision des prochaines échéances”, a-t-il fait savoir, notant que ces échanges impliqueront le tissu associatif, les syndicats et les économistes pour élaborer “une charte de la réforme nationale qui servira l’ensemble de la société”.

Lire aussi

Prévisions météorologiques pour la journée du samedi 28 mars 2020

samedi, 28 mars, 2020 à 8:09

Voici les prévisions météorologiques pour la journée du samedi 28 mars 2020, établies par la Direction de la météorologie nationale:

Covid-19: le ministère de l’Équipement adopte une série mesures pour assurer la continuité du service public

samedi, 28 mars, 2020 à 7:22

Le ministère de l’Équipement, du transport, de la logistique et de l’eau a adopté une batterie de mesures pour assurer la continuité du service public par la mobilisation de tous ses secteurs et lutter contre la propagation de la pandémie du Coronavirus (Covid-19).

Liban: La finalisation du plan de relance économique prévue “à fin 2020”

vendredi, 27 mars, 2020 à 23:53

La finalisation du vaste plan de relance économique du pays, impliquant une refonte de la dette, est prévue “à fin 2020”, a annoncé le ministre des Finances Ghazi Wazni, après l’annonce, début mars, du premier défaut de paiement de l’histoire du Liban.