Le groupe Kawa Generations fait voyager le public de Mawazine dans l’univers de la musique classique indienne

Le groupe Kawa Generations fait voyager le public de Mawazine dans l’univers de la musique classique indienne

dimanche, 23 juin, 2019 à 14:15

— Par Kaoutar Krifi —

Rabat- Le groupe Kawa Generations a réussi, samedi soir, à faire voyager le public du festival Mawazine dans l’univers de la culture indienne, magique et riche par sa diversité musicale, le temps d’un spectacle qui s’est tenu au site historique du Chellah à Rabat, présentant à travers danses et chants un héritage culturel qui reflète parfaitement cette civilisation et son originalité.

Avant l’ouverture de ce concert qui s’est déroulé dans le cadre de la 18ème édition du Festival de Mawazine-Rythmes du Monde (21-29 juin), la formation indienne a exprimé sa gratitude envers le public et le plaisir ressenti de présenter une soirée artistique au Maroc dans l’espace du site du Chellah, inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO.

Le groupe, composé de Hamid Khan, de Parveen Sabrina Khan et d’Ilyass Rafaël Khan, tous membres de la même famille, a ouvert le concert par une sélection de chansons et de morceaux instrumentaux envoûtants puisés dans les différents répertoires de la musique classique indienne.

Les amateurs de la musique indienne ont ainsi profité, lors de ce spectacle pétulant, débordant d’énergie positive et de joie, des chansons interprétées par Parveen Sabrina Khan, dont “Evening songs” ou musiques du soir, célèbres au Rajasthan et connues pour l’expression des émotions qui affectent l’être humain au fil du temps et des saisons.

Le public a également apprécié la chanson “Welcome” (Bienvenue), mais aussi la chanson “Painting” (Tableau) qui décrit fidèlement les traits de la vie en Inde et raconte, à travers les mots et la musique, des histoires qui célèbrent l’amour et le bonheur.

Les membres du groupe l’ont, par ailleurs, accompagné de leurs voix poétiques et suaves, partageant avec l’audience de beaux titres venant du cœur et allant au cœur, dépassant les limites frontalière et linguistique.

Avec leur prestation, Kawa Generations est resté fidèle à l’esprit profond de la musique classique indienne, qui mêle émotion, improvisation et créativité, mettant en avant un dialogue musical entre les instruments, particulièrement la tabla et transmettant avec succès aux festivaliers la richesse du folklore de la musique indienne.

Les membres du groupe ont aussi présenté au public une compilation d’extraits musicaux improvisés, leur donnant ainsi l’occasion d’apprécier leurs mélodies et leurs sons sur les divers instruments.

Et pour compléter ce paysage artistique, la cérémonie a été marquée, au grand plaisir des spectateurs, par des chorégraphies inspirées de la danse indienne exécutée par l’artiste indienne Vijaya Amita, narrant des contes indiens sur fond de musique et de cinétiques du corps et du visage.

Ce concert aura été à la hauteur des attentes du public, le transportant dès les premiers instants dans un voyage agréable, à la découverte du langage unique et authentique des membres du groupe qui ont laissé libre court à leur créativité et leurs innombrables talents artistiques.

À la fin de cette rencontre, qui restera dans les annales de l’espace du Chellah de longues années, la formation Kawa Generations a remercié les personnes présentes en leur offrant une magnifique chanson soufi.

Le groupe vient donc s’ajouter a la longue liste d’artistes qui ont marqué le site du Chellah de leurs plus belles créations au cours des éditions précédentes du Festival Mawazine, dont le programme de la 18ème édition s’articule autour de la thématique “de Bénarès à Jerez”.

Ce spectacle était porteur d’un message lourd, celui que la musique a cette capacité de construire des ponts entre les cultures, les générations et les peuples en s’adressant à l’humanité, sans exception, avec un langage universel.

Avec ses musiciens d’exception issus de la famille des Khan, musiciens du Rajasthan, Kawa Generations est considéré comme une référence de la musique classique indienne et possède un répertoire impressionnant de créations folkloriques, classiques et traditionnelles indiennes.

Avec ce concert, le Festival Mawazine des Rythmes du Monde poursuit sa mission de rapprocher la culture marocaine et les diverses cultures du monde, en se fondant sur la conviction fondamentale que la musique est un pont entre les cultures et les peuples.

Tout au long de sa durée, le public du festival aura rendez-vous avec une véritable aventure sonore, voyageant à travers les rythmes, les danses, les couleurs et les langages du monde entier et sera animé par des artistes de différents horizons.

A l’instar des éditions précédentes, le Festival Mawazine Rythmes du monde entend, avec cette 18ème session, faire de la ville de Rabat et de Salé un lieu de rencontre, de célébration et de divertissement où le public et les invités du festival partagent des moments reflétant les valeurs d’ouverture, de tolérance et de paix.

Lire aussi

Coup d’envoi de la 12è édition du Festival nautique international de Rabat

dimanche, 21 juillet, 2019 à 16:49

Le coup d’envoi de la 12è édition du Festival nautique international de Rabat (FNIR), qui se déroule du 21 au 31 juillet, a été donné dimanche à Rabat.

La région de Dakhla-Oued Eddahab s’est inscrite de manière positive dans la mise en oeuvre du nouveau modèle de développement des provinces du Sud 

dimanche, 21 juillet, 2019 à 15:47

La région de Dakhla-Oued Eddahab s’est inscrite de manière positive et efficace dans la mise en oeuvre du nouveau modèle de développement des provinces du Sud du Royaume, a souligné, samedi à Dakhla, le président du conseil régional, Yanja El Khattat.

Maroc-Jordanie : Signature à Amman d’une convention de coopération et de deux mémorandums d’entente

samedi, 20 juillet, 2019 à 18:01

Le Maroc et la Jordanie ont signé, samedi à Amman, une convention de coopération dans les domaines militaire et technique, ainsi que deux mémorandums d’entente relatifs à la concertation politique et à la collaboration entre l’Institut diplomatique jordanien et l’Académie marocaine des études diplomatiques.