Le Maroc, “socle de stabilité politique” en Afrique du Nord

Le Maroc, “socle de stabilité politique” en Afrique du Nord

lundi, 11 février, 2019 à 19:54

— Propos recueillis par Omar EL MRABET —

Madrid- Le ministre espagnol des Affaires étrangères, de l’Union européenne et de la Coopération, M. Josep Borrell, a indiqué que le Royaume du Maroc, un “partenaire d’envergure” qui mérite la place qui lui échoit sur les plans régional et international, constitue un “socle de stabilité politique” en Afrique du Nord.

Dans un entretien accordé à la MAP à l’occasion de la visite officielle de Sa Majesté le Roi Felipe VI et la Reine Letizia au Maroc à l’invitation de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, M. Borrell a souligné que grâce à ses réformes structurelles et profondes le Maroc a réussi à faire entendre sa voix et à cimenter sa place en tant que partenaire régional important.

“Le Maroc est l’un des rares pays du voisinage Sud avec lesquels l’UE entretient une relation très positive et dynamique”, a-t-il soutenu, relevant que son pays a la ferme volonté de jouer le rôle de “pont” entre Rabat et Bruxelles pour développer une coopération bénéfique pour toutes les parties.

“En défendant le Maroc devant l’UE, l’Espagne cherche à ce que les pays européens prennent plus au sérieux les problèmes de la rive méditerranéenne et accordent au Maroc un intérêt et un soutien particuliers”, a insisté le chef de la diplomatie espagnole, ajoutant que l’UE commence à prendre conscience de la dimension et de l’ampleur des défis communs, notamment en matière de politique migratoire.

“Nous sommes convaincus que le contrôle des flux migratoires passe forcément par une aide européenne au Maroc”, a souligné le ministre espagnol, faisant remarquer que la gestion migratoire, qui représente pour le Maroc “une charge et une responsabilité”, débouche sur des bénéfices pour l’Europe.

Dans ce contexte, M. Borrell a estimé que, contrairement aux thèses véhiculées par certains secteurs selon lesquelles le phénomène migratoire constitue une “source de problèmes et d’instabilité”, la coopération entre l’Espagne et le Maroc a démontré que l’immigration est une “richesse” pour le pays d’accueil.

En Espagne, plus de 800.000 marocains sont bien intégrés et contribuent au développement et à la croissance du pays. “Nous sommes très satisfaits de leur intégration et de leur apport à notre économie”, a-t-il martelé.

Revenant sur les accords agricole et de pêche conclus entre le Maroc et l’UE, le ministre espagnol a relevé que les opérateurs dans ces secteurs auront un “cadre de référence stable” où les investisseurs européens peuvent prendre leurs décisions en toute assurance et de même pour les exportations marocaines, notamment agricoles.

En ce qui a trait à la convergence des vues de l’Espagne et du Maroc dans les foras internationaux, M. Borrell a indiqué que les deux pays, conscients de l’importance vitale de la promotion des valeurs de paix et d’entente, coopèrent étroitement pour relancer plusieurs initiatives régionales en la matière et ce pour “transformer la thèse du choc des civilisations en une volonté de coopération et d’alliance”.

Lire aussi

Le rôle primordial des jeunes dans la promotion de l’éducation mis en exergue à Al Hoceima

samedi, 17 août, 2019 à 16:25

Les intervenants lors d’une rencontre organisée par le réseau “Les citoyens” ont souligné, vendredi à Imzouren (province d’Al Hoceima), l’importance primordiale de la jeunesse dans le développement et la promotion de l’éducation au Maroc.

Le Maroc prend part au 2e Forum Sino-arabe de coopération dans le domaine de la santé

vendredi, 16 août, 2019 à 17:29

Une délégation marocaine prend part aux travaux du 2eme Forum Sino-arabe de coopération dans le secteur de la santé

Kénitra: Une brigade des motards utilise son arme de service pour arrêter un récidiviste qui mettait en danger la vie des éléments de la police sur la voie publique

vendredi, 16 août, 2019 à 17:00

Une patrouille de la brigade des motards, exerçant dans la préfecture de police de Kénitra, a été contrainte vendredi de faire usage de son arme de service pour arrêter un individu aux antécédents judiciaires, qui était sous l’emprise de la drogue et qui exposait la vie des éléments de la police à une menace grave et sérieuse sur la voie publique.