Corée du Sud : Quand l’État soutient et oriente le secteur privé pour le bien commun de tout un peuple

Corée du Sud : Quand l’État soutient et oriente le secteur privé pour le bien commun de tout un peuple

vendredi, 8 novembre, 2019 à 10:13

Rabat – La Corée du Sud constitue un modèle de développement rapide grâce aux politiques industrielles bien établies et à l’État qui a joué un rôle crucial dans l’orientation et la coordination des activités du secteur privé, a affirmé le professeur Sungsso Kim, directeur de l’Institut d’études euro-africaines (IEAS) à l’université Hanyang de Séoul.

Intervenant lors d’une conférence tenue dans le cadre d’un cycle de conférences thématiques de l’Académie du Royaume du Maroc, encadrées par d’éminents hommes politiques, scientifiques et intellectuels sous le signe “L’Asie, comme horizon de pensée”, M. Sungsso a présenté les stratégies et les politiques mises en œuvre par la Corée du Sud au cours de la période d’industrialisation, ainsi que son système bureaucratique efficace.

Ainsi, le professeur a expliqué que l’État a réussi intelligemment à mettre au profit du secteur privé tous les moyens nécessaires, à le soutenir et à mettre en place des plans et des politiques, tout en lui laissant le choix et la liberté de prendre l’initiative et mettre en œuvre les décisions prises.

Dans ce sens, l’accent a surtout été mis sur les infrastructures, le système éducatif, la culture, l’exportation, ainsi que l’industrie chimique et lourde, a poursuivi M. Sungsso, du département des sciences politiques et d’études internationales à l’université Hanyang.

Il a ajouté que l’Etat a aussi œuvré dans le sens d’améliorer les conditions politiques du pays et d’encourager l’innovation et la création pour faire des sociétés coréennes les unes des plus actives et influentes au niveau mondial.

De cette manière, la Corée du Sud a commencé, crescendo, à trouver les voies vers de nouveaux marchés pour exporter ses produits et jouer le rôle de l’intermédiaire Scientifique et technologique, en tissant plusieurs relations avec les grands pays commerciaux et industriels, notamment les Etats-Unis et le Japon.

M. Sungsso a, en outre, loué la qualité du peuple coréen qui s’est montré toujours prêt à travailler d’une manière dure et continue et à se passer des objets et des manières de luxe pour le bien de tout un pays et pour asseoir les bases d’un équilibre tant escompté.

“Ils ont fait ça pour les générations futures. Pour leurs enfants et petits-enfants”, s’est-il réjoui, expliquant que la stratégie de développement adoptée par la Corée du Sud peut servir de modèle pour d’autres pays, notamment le Maroc.

Le Maroc a beaucoup de points communs avec la Corée du Sud, a affirmé le professeur universitaire, notant que géopolitiquement le Royaume est très bien positionné par rapport à ses relations internationales avec l’Union européenne.

Il a, en outre, souligné que le Royaume dispose d’une stabilité économique, politique et sociale et d’un système d’éducation, d’enseignement et de recherche bien mis en place.

Par ailleurs, M. Sungsso a indiqué que le Maroc a réussi à tisser d’importantes relations avec les Etats-Unis, en étant l’un des premiers pays à s’associer et à s’engager avec les USA pour lutter contre le terrorisme.

Et d’ajouter que la culture marocaine est très riche, comme en attestent beaucoup d’étudiants marocains à l’étranger, en l’occurrence en Corée du Sud où ils excellent et réalisent un énorme succès dans différents domaines.

L’Asie, Continent riche par sa diversité et véritable source d’inspiration, regroupe en son sein un large éventail de système de gouvernance, de mécanismes de développement économique, de traditions, de religions, de ressources, de langues, de cultures et de compositions géographiques.

De par sa vocation et ses missions, l’Académie du Royaume du Maroc est tout naturellement indiquée pour jouer un rôle primordial de déclencheur, de précurseur et d’initiateur de la mise en œuvre de cette vision, a-t-il dit.

M. Kim Sungsso a été désigné comme étant le chercheur le plus méritant en 2017 et par le ministère de l’éducation, en 2018, comme le meilleur chercheur en R&D (recherche et développement) par l’université Hanyang.

Il est membre de comités consultatifs sur les politiques du ministère des Affaires étrangères et du cabinet de Premier ministre coréen, ainsi que dans divers organismes.

Lire aussi

Doha: la bonne qualité de l’enseignement supérieur baliserait la voie à un avenir meilleur 

mercredi, 20 novembre, 2019 à 13:06

La bonne qualité de l’enseignement supérieur est à même de baliser la voie à un avenir meilleur, a assuré mardi à Doha, le ministre délégué chargé de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Driss Ouaouicha.

Projet de loi sur la grève : M. Amkraz plaide pour une approche de consensus et de concertation

mercredi, 20 novembre, 2019 à 12:15

Le ministre du Travail et de l’Insertion professionnelle, Mohamed Amkraz a plaidé, mardi à Rabat, en faveur de l’adoption d’un mécanisme consensuel et de concertation pour que la loi sur la grève puisse voir le jour.

Les Marocains de Séville célèbrent dans la joie et la mobilisation la fête de l’Indépendance

mercredi, 20 novembre, 2019 à 9:53

Cet événement phare de l’histoire du Royaume a été célébré à l’initiative du consulat général du Maroc à Séville, en présence notamment de représentants des associations marocaines œuvrant auprès des MRE dans les provinces de Séville, Huelva et Cordoue.