Le Centre culturel islamique Roi Fahd : un point de ralliement pour les musulmans de Buenos Aires pendant le mois sacré de Ramadan

Le Centre culturel islamique Roi Fahd : un point de ralliement pour les musulmans de Buenos Aires pendant le mois sacré de Ramadan

samedi, 18 mai, 2019 à 16:36

-Par Abdelkarim Chamssi-

Buenos Aires – A l’avènement du mois sacré de Ramadan, les musulmans d’Argentine convergent, à l’instar de leurs coreligionnaires à travers le monde, vers les lieux de culte, les mosquées et les centres islamiques en quête d’un sanctuaire spirituel afin de se rapprocher de Dieu par les prières et les bonnes actions et recréer tant bien que mal une ambiance ramadanesque leur rappelant leurs pays d’origine.

La mosquée relevant du Centre culturel islamique Roi Fahd de Buenos Aires, l’un des plus grands centres islamiques d’Argentine et d’Amérique latine, est le lieu de culte le plus visité par les musulmans de la capitale argentine qui y affluent en masse pour se rapprocher de Dieu en ce mois sacré de piété et de recueillement.

Depuis son ouverture, il y a près de deux décennies, la mosquée accueille des centaines de fidèles à l’occasion du mois béni de Ramadan, en particulier lors des prières du vendredi, d’al-maghreb, d’al-Icha et les tarawih.

Lors de ce mois sacré, la mosquée connaît une affluence exceptionnelle des fidèles dont certains s’y rendent accompagnés de leurs enfants pour les initier au 4è pilier de l’Islam dans un pays où l’ambiance du jeûne avec ses spécificités religieuses et civilisationnelles n’existe pas.

En ce mois de repentir, la mosquée devient ainsi un point de ralliement incontournable pour les membres de la communauté musulmane pour l’accomplissement des prières collectives.

Ce haut lieu de culte devient lors de ce mois sacré où le saint Coran a été révélé au Prophète, un refuge pour la communauté musulmane établie dans la capitale argentine qui, outre l’accomplissement des obligations religieuses, offre un espace idoine aux musulmans pour resserrer les liens de solidarité et de partage.

“Bien qu’il n’existe aucune ambiance du Ramadan dans l’espace public, cette mosquée, à l’instar des autres lieux de culte et des centres islamiques d’Argentine, offre aux expatriés musulmans une atmosphère propice au jeûne. Ils y passent le Ramadan comme s’ils étaient dans leurs pays d’origine”, se félicite Mohamed Bennis, acteur associatif marocain, résidant à Buenos Aires depuis 23 ans.

“De très bonnes relations de fraternité et de solidarité unissent les musulmans de différentes origines. Qu’ils soient originaires d’Asie, d’Afrique, d’Europe ou d’ailleurs, les musulmans se côtoient les uns les autres pour accomplir des prières collectives dans cette mosquée spacieuse”, a ajouté Bennis dans une déclaration à la MAP.

Selon lui, la bonne ambiance ramadanesque qui règne dans les mosquées de ce pays situé dans le Cône Sud du sous-continent américain, a été créée grâce à la contribution de tous les membres de la communauté musulmane.

“Toutes les conditions sont réunies aussi bien à Buenos Aires que dans le reste du pays pour que les musulmans puissent accomplir leurs devoirs religieux”, a souligné l’acteur associatif marocain, tout en louant la liberté de culte qui prévaut en Argentine.

Pour sa part, Hammam, un Libyen établi à Buenos Aires depuis plusieurs années, estime que les iftar collectifs organisés par le Centre islamique au profit des centaines de fidèles sont une opportunité pour les musulmans expatriés de revivre l’ambiance ramadanesque dont ils jouissaient dans leurs pays d’origine.

L’appel à la prière, les iftar et les prières collectives ainsi que les retrouvailles entre les membres de la communauté musulmane replongent les Musulmans de ce pays d’Amérique du Sud dans les souvenirs des mois de Ramadan passés dans leurs pays d’origine, a-t-il ajouté.

Quant à Marwa, une femme au foyer syrienne qui vit avec sa famille à Buenos Aires depuis près de deux décennies, elle a estimé que les valeurs et les enseignements de l’Islam réduisent les disparités pendant le mois sacré entre les musulmans d’Argentine issus de différents pays du monde et les unissent autour des valeurs de solidarité, d’altruisme et des prières.

Aux yeux de la ressortissante syrienne, les stades, les gymnases, les espaces verts et les aires de jeux pour enfants dont dispose le Centre permettent aux enfants de la communauté musulmane de se connaître, d’établir des liens d’amitié et de perfectionner leur niveau en langue arabe.

La mosquée du Centre culturel islamique Roi Fahd a une capacité d’accueil de plus de 1.500 fidèles, tandis que l’espace consacré aux femmes peut accueillir jusqu’à 500 fidèles.

Le Centre est doté aussi d’une bibliothèque contenant environ 10.000 livres sur les différentes disciplines islamiques et linguistiques.

À l’occasion du mois sacré, le Centre propose des visites gratuites, individuelles ou en groupe, aux fidèles, y compris les non-musulmans, les touristes et les Argentins, qui souhaitent connaître l’Islam et la civilisation arabo-musulmane.

La mosquée multiplie en ce mois béni les cours d’arabe ainsi que les colloques et les conférences scientifiques sur la civilisation et la culture islamiques, outre les concours de psalmodie du saint Coran.

En plus du Centre islamique, les musulmans de la capitale argentine disposent de plusieurs mosquées et lieux de culte pour accomplir leurs prières.

Selon des données non officielles, la communauté musulmane d’Argentine, établie principalement à Buenos Aires, représente 1,5% de la population totale du pays qui compte plus de 40 millions d’habitants.

Lire aussi

L’augmentation du budget alloué à la santé, source la plus importante d’accroissement du financement du secteur 

mercredi, 19 juin, 2019 à 15:53

L’augmentation du budget alloué à la santé demeure la source la plus importante d’accroissement du financement de ce secteur, a-t-on souligné lors d’un atelier thématique organisé mercredi à Salé sur “la mobilisation des fonds pour le système de santé entre limites de la capacité contributive et besoins du financement des soins”.

L’Aerospace Moroccan Cluster s’allie avec le groupement flamand FLAG pour développer la recherche au service de l’industrie aérospatiale

mercredi, 19 juin, 2019 à 14:18

Le Cluster Aéronautique du Maroc “Aerospace Moroccan Cluster” (AMC) et le groupement industriel flamand “Flemish Aerospace Group” (FLAG) ont convenu de développer des projets de recherche collaboratifs et échanger des informations entre les deux organisations pour la promotion de l’industrie aérospatiale.

18ème édition du Festival Mawazine-Rythmes du Monde: Une belle histoire musicale et humaine qui atteint l’âge de la maturité

mercredi, 19 juin, 2019 à 13:02

Rabat et le Maroc ont leur propre festival de musique et pas n’importe quel festival, le deuxième au monde en matière d’affluence.