La valorisation des déchets triés allège la pression sur les ressources et amoindrit les émissions en CO2

La valorisation des déchets triés allège la pression sur les ressources et amoindrit les émissions en CO2

mercredi, 19 octobre, 2016 à 11:29

Propos recueillis par : Al Mustapha Sguenfle

Rabat – La valorisation des déchets triés allège la pression sur les ressources (papier, plastique,…) et amoindrit les émissions en CO2, a relevé Hassan Chouaouta, Secrétaire général de la Coalition pour la valorisation des déchets (COVAD).

La qualité des déchets valorisables est meilleure du fait que les déchets sont non souillés, tandis que la quantité des déchets à enfouir devient réduite, ce qui prolonge la durée de la décharge et lui procure une meilleure stabilité tout en assurant moins ou pas de récupérateurs informels sur les décharges, a-t-il précisé dans une déclaration à la MAP.

En effet, “les déchets valorisables triés ne sont pas acheminés vers les décharges. Ils sont collectés séparément vers des centres de tri (affinement) ou de valorisation”, a souligné M. Chouaouta, également président de l’Association marocaine des experts en gestion des déchets et en environnement (AMEDE).

Par conséquent, a-t-il  expliqué, “la réduction des quantités à enfouir profite au citoyen qui paie le service de gestion et supporte, in fine, les coûts des impacts et des mesures de compensation pour l’amélioration de la qualité de l’environnement”.

Donc, si utilisés avec efficience et efficacité, les déchets peuvent se muer en une ressource qui pourrait réduire l’empreinte écologique et stimuler l’économie. La Banque mondiale note, à cet égard, dans un rapport publié le 12 février 2016, que les déchets ménagers au Maroc constituent une ressource qui pourrait impulser l’économie et réduire l’impact environnemental “à condition d’être mieux gérée”.

De là, se dégage l’intérêt du tri des déchets, qui figure parmi les solutions de développement durable à même de permettre aux générations actuelles et futures de subvenir à leurs besoins vitaux.

Les ménages ont un rôle important à jouer dans ce sens, d’autant plus que les habitudes de consommation ont grandement évolué. Les ménages consomment, en effet, plus intensément de nouveaux produits mis sur le marché et, par conséquent, produisent une quantité croissante de déchets.

Cette prise de conscience citoyenne est en phase avec l’esprit du développement durable et converge avec le Programme national des déchets ménagers (PNDM), qui se fixe comme objectif de valoriser 20% des déchets ménagers au Maroc à l’horizon 2020.

Un objectif qui ne peut être atteint sans la contribution du citoyen et la conjugaison des efforts de toutes les parties concernées (collectivités, ministères, ONG,…), a souligné M. Chouaouta.

Conscients de l’intérêt de cette entreprise, les pouvoirs publics ont engagé plusieurs actions, dont la mise en place d’une écotaxe sur le plastique (avec éventuelle application à d’autres produits).

“Les recettes de l’écotaxe plastique, introduite par l’article 12 de la Loi des finances de 2014, peuvent être utilisées pour la promotion du recyclage et de la valorisation des déchets pour atteindre l’objectif du PNDM”, a fait savoir ce fin connaisseur du domaine.

Il a cité d’autres actions, notamment l’appui en cours pour la mise en place des centres de tri au niveau des décharges pour la promotion de la valorisation des déchets et la signature d’une convention de partenariat avec la commune de Casablanca pour la mise en place d’un système de collecte sélective des déchets.

En sus, plusieurs conventions relatives à la mise en place des filières de valorisation des déchets ont été signées (huiles usagées, batteries usagées, pneus usagés, huiles alimentaires, déchets ménagers, plastique, papier, carton,…).

Il a également noté la création de la COVAD en 2015, qui regroupe l’ensemble des partenaires concernés par la problématique des déchets (ministères, CGEM, opérateurs privés, experts, ONG,…) pour réunir les conditions de promotion de la valorisation des déchets au Maroc et en Afrique.

En somme, le tri des déchets ménagers profite à leur valorisation et recyclage, qui demeurent, de l’avis de Hassan Chouaouta et de beaucoup d’autres experts en la matière, une voie incontournable pour la réduction des quantités mises en décharge.

 

Lire aussi

M. Talbi El Alami s’entretient à Rabat avec le président du Conseil national suisse

lundi, 20 mai, 2024 à 21:05

Le Président de la Chambre des Représentants, Rachid Talbi El Alami, s’est entretenu, lundi à Rabat, avec le président du Conseil national suisse, Eric Nussbaumer, en visite de travail au Maroc à la tête d’une importante délégation parlementaire.

L’opération Transit, un exemple éloquent de la coopération étroite entre le Maroc et l’Espagne (responsable espagnole)

lundi, 20 mai, 2024 à 20:47

La Sous-Secrétaire d’Etat espagnole à l’Intérieur, Susana Crisóstomo, a souligné, lundi à Tanger, que l’opération Transit est un exemple éloquent de la coordination et la coopération étroite entre le Maroc et l’Espagne.

Coup d’envoi à Rabat de la semaine de promotion économique du Burundi au Maroc

lundi, 20 mai, 2024 à 20:15

Le coup d’envoi de la semaine de promotion économique du Burundi au Maroc a été donné, lundi à Rabat, en vue de promouvoir le potentiel économique du Burundi au Royaume dans divers secteurs d’activité et de favoriser le développement des partenariats d’affaires gagnant-gagnant entre opérateurs marocains et burundais.